Halloween ?

   
Cette fête païenne, issue de la nouvelle civilisation américaine ! Cette mode qui devient un rituel du 31 octobre depuis quelques années ! Bon gré mal gré, nous y sommes passés !
Nous avons été mobilisés par les  enfants pour acheminer les petits enfants dans cette mascarade dénuée de sens. Serait ce une nouvelle façon de considérer la mort ?
Notons au passage qu’avec un opportunisme étonnant Ben Laden a resurgi comme pour donner au côté effrayant une certaine vérité.
Nous voici donc partis à Sigonce, la voiture « Espace Delenne » pleine de petits enfants et de Thérèse C. très attirée par ces mouvements de foule.
Il y a deux ou trois ans, dans les abords du château Bel Air qui se prête vraiment bien à la sinistrose, nous avions eu droit à un spectacle organisé par nos comédiens préférés Sylvie et Thierry. Il s’agissait d’un parcours initiatique sur un thème fantasmagorique qui aboutissait à une danse d’enfants déguisés en sorcières ou démons divers.
Cette année il s’agissait d’aller faire du porte à porte dans les rues de Sigonce afin de quémander des bonbons. Donc nos héros, dont le plus jeune Tommy avait trois ans, emmenés par Yaël (12 ans) déguisée à s’y méprendre en affreuse sorcière, se sont lancés dans l’aventure. Deux zoros, Luke et Tommy encadraient la troupe, pourtant ces derniers n’étaient guère rassurés. Grand père avait pour consigne de rester dans la voiture mais l’épreuve était trop risquée et Tommy pour s’y lancer, a exigé de tenir la main de l’ancêtre. Ce dernier a donc suivi, distant de quelques pas, la folle équipée.
Bien leur en pris car il y a eu un drame ! Sur le pas de porte qui surplombait un ruisseau d’écoulement des eaux, d’une maison visitée, voici que le groupe excité se met à compter les bonbons reçus. Tout à coup voici Luke qui disparaît tombant à la renverse dans le canal qui drainait la dernière pluie toute récente. Grand père accourt, s’apprêtant à récupérer l’accidenté au fond du trou. Il a du simplement constater les dégâts : des bottes pleines d’eau. L’émotion calmée, en faisant floque à chaque pas, le malheureux a suivi les autres sans broncher.
Les villageois blasés, comme nous le ferions de notre côté, se pliaient à donner leurs dernières friandises plus ou moins bonnes stockées près de la porte d’entrée en prévision de cette corvée annuelle.
L’opération a été couronnée de succès, le butin appréciable, les enfants, ravis, sont rentrés se mettre les pieds au sec et manger la soupe au potiron « vomis de sorcière » que Sylvie avait préparée.

vers Octobre vers Journal 2004

Sylvie, en commentaire de cette page que nous attendions tous ... sur Halloween, dit ceci :
"Je ne crois pas que Halloween soit dénué de sens : pour les enfants, c'est un moment où ils ont tous les droits, surtout celui de faire peur aux grands, aux adultes qui, d'habitude ont le pouvoir sur eux. C'est le moment aussi d'affronter leurs fantasmes de peurs, de sorcières et de fantômes en y jouant eux-même. Enfin, c'est une des rares fêtes où on leur laisse quartier libre où rien est organisé par les parents, où ils ont leur code entre eux. Vu le plaisir qu'ils ont tous, cela semble avoir du sens pour eux !"
Dites nous votre point de vue ! (cliquez)