les cerisiers en fleurs

dans la cuisine Humour : (les petites annonces québécoises) Faits divers  (sans queue ni tête)


les photos du mois
L'actualité "Canard"   Sagesse (?) et contes   un peu d'Histoire
Avril
les Rameaux, Pâques à Versailles, les pairesle rizà la poste

Le 3 - Je rentre du jardin. Avec le beau temps il était opportun de planter les dahlias mais en fait rien ne presse ; c'est tout sec et ils ne pousseront que lorsque l'eau sera tombée vraiment.

Mais voilà je risquais d'avoir des remontrances car c'est le 19 mars paraît il que l'on doit les planter ?
Alors j'ai pris ma bêche et mon courage et voilà le travail est fait.


le 8, déjeuner "dehors" en famille
un pont pour la tortue la tortue la tortue partage les pissenlits avec Tartine la lapine
les vidéos dans le jardin

 

   
Sylvie travaille en plein air avec un groupe de théâtre et les enfants sont allés courir.

Le dimanche des Rameaux chez les Franciscains.          

la première tulipe à la place de Suzanne La première tulipe ce 8 avril, a été cueillie malencontreusement par Jeanne et remplace Suzanne ...
Visite de Suzanne et de la reine d'Angleterre (voir)

la course aux oeufs Pâques !

Versailles

Les cloches du samedi de Pâques venaient à peine de passer dans le jardin que, après la course aux oeufs traditionnelle, le TGV nous acheminait en direction de Versailles via la gare de Lyon. C’était l’occasion qu’il ne fallait pas éviter de visiter le château.

Pourquoi avons nous été si nombreux à avoir la même idée ? Les statistiques sont formelles : avec la Tour Eiffel c’est le lieu touristique le plus visité de notre beau pays. J’ai réalisé alors que si je ne connaissais pas vraiment ce site c’est sans doute que je répugne à me mêler à la foule.

Le parc nous aura suffi même avec un droit d’accès de six euros ! Autant aller à Bagatelle, comme ma soeur Thérèse * !
Le jardin de l'Escoubaïre, d’une façon habituelle animé par les enfants, est plus tranquille et moins cher.

Les paires de Grand-père

voir l'album photos Pâques 2004 Parmi les petits enfants nous trouvons des paires caractéristiques Yaël et Chloé (12 ans)  rappellent les parents Sylvie et Hélène, Camilla et Joanna seraient Anne Françoise et Laurence si cette dernière avait été brune, les cousins Luke et Joanna (5 ans) font de belles bêtises ensemble.
Ainsi hier : « Alerte ! les enfants ont perdu la tortue ! » (voir plus haut)
Cinq minutes plus tard ce n’était plus leur problème. Ils avaient bien joué à faire la course et à cache cache et, comme dans la fable, l’animal avait gagné ! On passe à autre chose !
Tommy et Jeanne (3 ans), eux aussi font une paire efficace et inséparable. Si leurs jeux sont parfois redoutables ils ne manquent pas d’imagination.
Ainsi l'autre jour ils s'étaient confectionné une ligne pour pêcher les poissons dans le bassin : un bout de bois avec uns corde à laquelle était suspendu l'ouvre boite en forme de poisson que Thérèse avait offert à la maison.
Ce n'était pas du goût de Grand père qui faisant la grosse voix détachait l'objet précieux pour le remettre à sa place.
Alors Jeanne de s'écrier "Donne Grand père je vais le rejetter dans la piscine !" ...
Ici, c'est le chat CJ qui, attendant sa pâture, semble attiré par le poisson fictif

mariage "rock"


10 avril : (re)mariage de Marie Marchand.

Le riz

Comme un peu partout, je suppose, le riz est un plat banal à la maison. A concurrence des pâtes Jean-Phi en raffolait à se demander quand allait-il à la selle ?
Mon étonnement de voir une grande casserole emplie à ra bords au retour de mon week end se faisait une raison : ma fille avait préparé un repas pour un régiment qui s’était décommandé, d’enfants affamés.
Ou bien elle craignait que je ne trouve rien à manger dans mon réfrigérateur, presque vide il est vrai, mais avec cette quantité j’en avais pour une semaine ! après quoi je n’avais plus qu’à retourner à un régime normal et traiter la constipation. Alors,   me promettant de la questionner, j’ai entamé la préparation pendant deux jours et à tous les repas en variant les accommodements : au beurre, au ketchup, au tamari en soupe ... je ne manque pas d’imagination.
L’occasion se présente d’avoir des précisions : « Ah Papa ! j’ai oublié de te prévenir ou mettre un mot ; c’est du riz qui était infesté de vers et que j’ai fait cuire pour le chat ... » En fait, avec les glucides, j’ai bénéficié d’une ration supplémentaire de protides animales.
Et je n’ai pas encore fini ; si le coeur vous en dit, je peux partager.

Jeudi 15 - Vous êtes plusieurs, parmi  mes correspondants, à m’avoir proposé des recettes pour accommoder mon riz. Je vous en remercie. Je vais devoir aller faire des courses pour suivre vos conseils car vous n’avez pas toujours noté que mon réfrigérateur était quasiment vide. Je remarque que vous n’avez guère montré d’empressement pour répondre à mon invitation de venir le partager. Je ne comprends pas bien.
Mais en fait, vous avez raison et je ne vous ai pas tout dit :  William (7 ans) offusqué dernièrement de me voir finir mon bol de riz s’est exclamé :

#jardin« Arrête Grand père ! Le riz, c’est pour le chat et il n’en aura plus si tu manges tout ! »

A l'Escoub, le soleil d'Avril nous fait nous installer dans le jardin

A la poste

avec les lunettes de Thérèse C vendredi 16 avril
Je suis très rigoureux dans mes rapports à l'argent, tout le monde pourrait s'en être déjà rendu compte.. (n'insistons pas).

M'apercevant vers 16h que j'accumulais dans mon tiroir les loyers en liquide qui m'étaient remis j'ai estimé que ça faisait désordre et même pas très prudent. Il fallait donc remédier à cette situation. J'ai donc décidé rapidement de changer cette façon de procéder et d'apporter une solution efficace.
J'ai ramassé mes différentes enveloppes et me voici arrivé au bureau de poste qui par bonheur n'était pas surpeuplé. Je fais donc la queue en espérant pouvoir passer avant 16h30.
Tout se passe bien pour moi ; mon tour arrive.
L'agent préposé, fatigué, semble t il, par une dure journée et voyant derrière moi la queue s'allonger désespérément au moment de la fermeture,  m'interroge.
  • C'est pourquoi ?
  • Puis je déposer de l'argent sur mon compte ?
  • Oui bien sûr ! Combien ?
  • Euh !
Faisant une rapide évaluation des différentes enveloppes que je tenais je réponds au hasard mais avec un charmant sourire :
" mille huit cent euros !"
J'étais parti à la va vite devant aller chercher les enfants à l'école et n'avais pas pris le temps de classer les billets.
  • Bon donnez !
J'abandonne les enveloppes qui répandent leur contenu sur le comptoir déjà très encombré. J'entends des murmures dans mon dos et n'ose pas me retourner.
«Je suis désolé, dis je, je ne les ai pas bien rangés !»
  • En effet !
Le malheureux met un certain temps à rassembler et empiler les exemplaires du même chiffre ... puis il commence à compter !
Le silence s'était installé dans la salle maintenant bondée !
Il prend un imprimé spécialement édité pour cette opération, note, calcule et marque un temps d’arrêt. Il avait largement dépassé le chiffre que j’avais indiqué et il  restait une quantité notable à comptabiliser.
« Deux mille quatre vingt quinze » annonce t’il en relavant la tête et me fixant d’un oeil réprobateur.
  • Je suis désolé, dis je, redonnez moi le surplus ; je reviendrai plus tard !
photo Thérèse C : Marc et son nouveau pull Manifestement il ne voulait pas me rendre mon argent ou bien il ne tenait pas à me revoir de si tôt. Il appelle donc la chef à son secours.
Pour libérer le guichet et sans doute pour apaiser les remous qui commençaient à se révéler, celle ci prend mon cas en main avec bonhomie et recommence à compter ...
Je reste confondu devant tant de zèle, la laisse terminer et remettre les total largement raturé au préposé.
Après avoir hésité en constatant que mon compte révélait une origine parisienne, celui ci me remet un reçu que j’accepte en me confondant en excuses publiques qui ne me coûtaient rien.
Il ajoute alors cette sentence très sensée : « La prochaine fois donnez le compte exact ! Au revoir Monsieur ! »
Je suis parti avec un sourire gêné vers la salle, semble t il bien contente de me voir disparaître.

vers Journal 2004 vers site 2004