Sagesse ?

Paroles de sagesse, Petits bonheurs, Débats

Infidélité

L’infidélité m’insupportait et la vertu outragée se proclamait.

Il me fut infidèle et trahit ses promesses, se délivrant sans doute d’un très vieil asservissement.

Je restai seule et désorientée et la ville saccagée désespéra longtemps.

Des décombres et gravats, sur la place désormais nette, émergea peu à peu un nouveau regard.

À qui était dédiée ma fidélité têtue et parfaite ?

À lui ou à mon fouillis de croyances mal déblayé ?

Et lui ? Pourquoi nous infligea-t-il ce rejet méchant et violent ?

L’infidélité serait- elle fille de l’ignorance sur soi et de l’aliénation à autrui ? Et ma fausse fidélité issue de l’attachement forcené à l’invisible de mon histoire ? Dépendance, délivrance !

Lâcher les fidélités obscures qui à mon insu m’attachaient !

Regarder les contraintes serviles, les habitudes de pensée, les croyances de mon clan ; les rejeter comme périmées ou choisir de s’y conformer en toute clarté.

Si fidèle à moi désormais je sais être, je choisirai peut-être d’autres liens et me permettrai, j’espère, la liberté et la loyauté.

J. D.



Pour moi, AIMER.

Je crois qu'il y a plusieurs façons d'aimer, et plusieurs façons de le manifester.
Aimer d'amitié, d'amour, aimer passionnément, aimer tendrement.
On peut aimer et ne pas avoir de désir sexuel. Deux hommes, ou deux femmes peuvent avoir beaucoup de complicité, d'amitié, de tendresse sans avoir de désir physique, sexuel (quoique !! il y a toujours du sexuel dans une relation, dit on). Ils se témoignent alors des signes - paroles - gestes affectifs ou matériels de cet "amour- amitié là".
Dans les paroles prononcées, les mots dits par l'un ne résonnent pas forcément comme il le souhaiterait à l'oreille de l'autre. Ils n'ont pas la même valeur, le même engagement.

Il peut y avoir ce que moi j'appelle des dérapages : dépendance unilatérale, pédophilie, homosexualité (masculine ou féminine), aventures multiples et éphémères. Dans ces cas les manifestations peuvent être le reflet d'un déséquilibre affectif et l'individu ne se trouvera pas comblé par ce genre de relation, même si il y a un sentiment. D'où la nécessité de poser peut-être des limites (qu’elles soient naturelles, civiles, religieuses, de bon sens....) qui permettent à chacun de s'y retrouver.

On peut avoir du désir et ne pas aimer. Particulièrement, quand on croise un homme ou une femme qui séduisent. Ceux ou celles avec qui on a beaucoup de complicité aussi, et tout ce qui touche au "commerce du sexe", tout ce qui peut être érotique. Tout ça peut provoquer du désir, le désir. Mais du désir sans amour, c'est la sexualité qui prend le dessus, pas l'amour. Et c'est important de ne pas s'illusionner.

AIMER d' amour avec son cœur, dans son âme, dans son intellect mais aussi avec son corps, avoir envie, désirer, s'approprier sans brimer, en laissant la liberté de l'autre s'épanouir, fusionner sans enfermer, avec complicité. Trouver l'harmonie à deux.

AIMER de façon inconditionnelle. Satisfaire, combler, résister aux chocs.

Aimer s'enracine dans une durée, un long terme, un échange, une réciprocité et engage peut-être avec une notion de fidélité à définir..

AIMER c'est vraiment aussi synonyme de liberté, de vérité, d'indépendance par opposition à dépendance dans son sens restrictif, d'autonomie. Maîtriser ses émotions, ses pulsions. C'est accepter de se laisser aimer aussi tel que l'on est.

Bien sûr on peut aimer, plusieurs personnes, plusieurs hommes, plusieurs femmes, à des degrés divers telle une pyramide, mais aussi de façon identique. Par exemple des parents aiment tous leurs enfants de façon ultime, inconditionnelle. Ce qu'ils donnent à l'un ne retire rien à l'autre. On peut aimer, vivre un grand amour et éprouver de l'amitié pour d'autres.

Notre salut n'est -il pas d'essayer de nous aimer les uns les autres ? Pour y parvenir, il faut, je crois, beaucoup de sagesse et de bonne volonté et un cœur gros comme ça , MAIS surtout s'aimer soi-même .

Les relations d'amitié - d'amour entre les uns et les autres ont des limites, pour chacun et chacune différentes, c'est pour cela que les relations entre tous sont si difficiles, aléatoires mais riches.


Pour moi, ça c'est S'AIMER.

Françoise



Où est la Vérité ?


Un homme désirait connaître la Vérité.

Il s'adonna d'abord aux plaisirs, avec méthode. Il rechercha les jouissances, les sensualités et les enchantements que renferme le monde, s'initia à l'alchimie des senteurs, des couleurs, des sons et des saveurs. Il explora le raffinement, la légèreté, les voluptés, apprit à déguster les vins les plus délicieux, à savourer les mets les plus fins, à donner et à recevoir les caresses les plus exquises. Mais les plaisirs s'usèrent et bientôt le lassèrent. Où la vérité se trouvait-elle ?

Il voyagea aux quatre coins du monde, rencontra les prêtres et les chamans, les sorciers, les mages et les magiciens, les astrologues, les envoûteurs et les devins, les sages et les thaumaturges auxquels le monde a donné naissance. Mais il ne trouva auprès d'eux que des bribes de vérité. Rien qui pût le satisfaire vraiment. Il s'en retourna chez lui un peu déçu, mais riche d'un savoir: il n'y a de vérité nulle part.

Bien qu'il n'eût pas trouvé la Vérité, il continua cependant à chercher. Sans plus bouger de chez lui, il étudia toutes les religions, poursuivit toutes sortes d'ascèses, pria, loua et exhorta tous les dieux dont on lui avait parlé lors de ses voyages. Un jour, il cessa toutes ces pratiques. Il était un peu déçu, mais riche d'un savoir: il n'y a aucune évidence concernant Dieu.

Il était maintenant parvenu à son vieil âge.

Quelle était donc la Vérité en ce monde ? Le jour de son soixantième anniversaire, il se rendit compte qu'il s'était toujours trompé. Il avait cru chercher la Vérité mais en fait il s'était évertué à trouver des certitudes. Il savait maintenant qu'il n'y a de certitude nulle part.

Au seuil de la mort, il trouva enfin une vérité : l'incertitude est le donné fondamental de la vie, sa force dynamique, son espace de liberté, la source de toute jouissance et la racine de toute spiritualité.


les différents débats vers site 2004