La vie de famille

Historique *

Inventaire *

Reprise des discussions (Sivi) *

Après la vente *

Voir "Un nouveau printemps (le 27 mars) *

Encore la vente *

Mise au point de Sylvie 15 avril *

les relations usufruitier copropriétaires *

Etat de L'Escoub le 10 juin *

Les conclusions *

proposition convocation de Matthieu *

commentaire post conclusion (le 27 juillet) *

Les travaux en été, sept, oct *

A David pour les travaux *

Craquotte 2 (30 oct) *

papamarc lapin Craquotte *

voici chez vous les chéris *

Eau … bama *

pages web à l'école de Paulhac *

Programme Noël *

courrier à Ann Fr 25 nov 08 *

  La vie de famille

Historique

Résumé de quatre années de recherche.

En 2004 j'accueille Françoise à l'Escoubaïre, elle coupe les ponts avec son mari. En 2005 elle déménage et s'achète une maison. En 2006 nous cherchons un statut entre Aix et Yvetot alors que les Delenne se préparent à prendre la maison en charge. En 2007, c'est le bouleversement dans la famille Bitterlin, discussions, accrochages, mises en cause, souffrances qui aboutissent aux grandes décisions : départ de la famille Delenne vers le Cantal et vente du bien. L'année 2008 nous voit assumer nos solutions, faire le deuil de nos attaches à la propriété et chercher un nouveau statut.

 

Inventaire

clic

Reprise des discussions (Sivi)

En parlant avec Papa, il me dit qu'il voit mal le projet de Françoise d'achat de maison dans le sud, tout en étant prêt à l'aider dans son acquisition. Il semble disposé à garder l'Escoub si on n'arrivait pas à vendre. Il semble également que les 845 000 euros de mise en vente soient contestés par les agences et les acheteurs. L'impossibilité d'obtenir un permis de construire, la maison étant situé en zone rouge, arrête, semble-t-il beaucoup d'élans. Pour ma part, je crois que nous n'avons pas encore fait le tour des possibilités et que nous devons à nouveau réfléchir.

Du point de vue financier, nous, les enfants-propriétaires, perdons de l'argent à vouloir vendre vite : d'abord il va falloir payer une taxe pour cause de non fin de l'indivision, d'autre part, papa étant encore vivant (Dieu merci !), il a droit à une part de la maison qui, donc, réduit les nôtres. Enfin, il va nous falloir réduire le prix pour arriver à vendre, alors que, si nous vendons plus tard avec quelques travaux fait dans le temps, la maison risque de reprendre de la valeur.

> Si papa est d'accord pour garder un appartement dans la maison et s'occuper de l'entretien et de l'accueil de locataires (quitte évidement à trouver une aide extérieur), pourquoi pas ?

> Il me semble que Jean-Philippe et Cordula n'ont pas non plus complètement abandonné leur rêve de revenir un jour en Provence et que l'ensemble des petits enfants seraient contents de garder encore un temps leur maison d'enfance. Pourquoi pas se laisser encore quelques années d'attente pour voir ce qu'il advient de tout cela et de ré envisager la vente plus tard si besoin, à moins que certains d'entre nous, leur vie changeant, aient envie de s'y réinvestir ?

> Sylvie

J'ai modifié ton texte Sivi et je te laisse l'envoyer à qui tu veux.

 

Après la vente

Voir "Un nouveau printemps (le 27 mars)

Marc Bitterlin a écrit le 7 janvier :

> C'est parti ! ou presque ...

>

> Laurence va faire visiter la maison et trouver des acheteurs. Bien sûr nous retiendrons le meilleur !

> La décision n'a pas été facile à prendre mais Françoise va nous chercher et découvrir (sans aucun doute) un superbe petit nid dans les environs...

> ...

> En Normandie la réinsertion ne paraît plus possible, l'avenir sera donc en Provence, avec Françoise mais d'une autre façon, dans un lâcher prise plus approprié à une situation où je crois que la vie n'est jamais finie et qu'il y a toujours moyen de rebondir d'une façon ou d'une autre.

>

Trois mois ont passé. Françoise a visité un nombre impressionnant de maisons et elle en a trouvé quelques unes à sa convenance. Pourtant pour différentes raisons, situation et prix nous ne pouvons pas faire affaire alors que rien n'est mieux, à mon avis, que de s'installer à l'Escoubaïre.

Nous revenons donc sur notre position de vendre la propriété alors que l'opportunité de trouver un acheteur au prix estimé ne se présentait pas. Françoise, rassurée par Sylvie, se repositionne différemment et accepte cette solution.

Je reste ouvert à vos commentaires et je vous remercie encore de la confiance que vous m'avez accordée en me soutenant dans la décision que je prendrai et des échanges que nous avons eus à cette occasion.

Avec toute mon affection.

ciepasseur a écrit :

>

> Il semble que cette décision vienne après beaucoup de réflexions, de recherches, de discussions entre nous tous, de revirements, d'appréhension, de tensions... il semble aussi que nous ayons tous joués le jeu de la décision de vendre l'Escoubaïre, ce qui nous permet de voir mieux les réalités du moment.

> J'ai partagé avec les uns et les autres. Peut-être, malgré les e.mails, n'avons nous pas pu bien tous nous suivre dans nos pensées...

> J'ai cru comprendre que l'Escoub ne vaut pas le prix que l'on demande, que, si on ne vend pas maintenant, la maison risque d'être encore dépréciée. Il semble que, du côté des "enfants" nous ne pensons pas que notre père fera des travaux conséquents pour "revaloriser" la maison (ce n'est pas son souci primordial), mais il semble également que nous soyons tous d'accord pour laisser les mains libres et en faire ce qu'il souhaite à sa manière (et donc, si Françoise reste avec lui, à la manière de Françoise aussi)...

> Ai-je bien tout compris ?

> Pour ma part, je serais contente que cela se passe ainsi, et de voir ce que cela donnera. Je ne suis pressée en rien. Je souhaite seulement que notre père aille dans le sens qui lui convient.

> Bien sûr, cela ne remet pas en cause nos rendez-vous pour trier, vider et partager si il y a lieu les meubles de l'Escoub. Je pense que Françoise aimera ramener ses affaires et qu'il lui faudra de la place...

> Voila, ce sont mes premières réflexions, j'attends les vôtres.

> Sylvie

>

Bien pour ta mise au point ! Je voulais te remercier spécialement pour ton intervention de samedi qui, comme tu l'as vu dans ma communication, a amené Françoise à modifier sa position.

Dans toute cette histoire, je suis heureux d'avoir obtenu, avec l'accord de tous, une solution qui me convienne. Je me félicite d'avoir su, sans trop de vagues, par des discussions et des messages, faire émerger mes préférences sans les imposer.

Je regrette, bien sûr, le départ des Delenne. La famille apportait à la maison un charme incomparable et une vitalité que nous aurons du mal à retrouver. Fondamentalement nous nous entendions bien et fonctionnions sans trop de heurts.

Merci à tous ! Je t'embrasse ++ et, derrière toi, tes frère et soeurs.

Moi aussi je suis contente de cette décision finale... certainement tout cela était incontournable pour arriver à définir la juste direction. Pour les Delenne, nous les regretterons tous ! Souhaitons leur bonne chance dans leur nouvelle vie et accompagnons les du mieux que nous pourrons, de loin...

Yaël est heureuse de cette décision.

Qu'en pensent mes frères et soeurs ?

Bisous.

Sylvie

Voir "Un nouveau printemps" dans le blog

Encore la vente

Papa,
Maintenant que vous avez pris la décision de rester, il ne faut plus revenir sur la vente de l'escoub. Installez-vous tranquillement et définitivement. La question pourra être revu si à un moment ou à un autre vous décidez de partir ! Y a-t-il encore quelque chose qui n'est pas clair pour toi dans la situation ?

Nous avons une douzaine d'enfants inscrit pour lundi, dont deux qui restront couché là. Y a-t-il une chambre disponible en haut ?

Bisous.
Sylvie

Ok ! C'est mon avis et c'est tout bon.

La communication était une formalité que toi et Thierry, me semblait il, me demandaient de passer "question de relation". Et pourquoi JPhi n'aurait il pas confirmé lui même, (ou Laurence ) au nom des nus propriétaires, que nous ne vendons plus ?

Pour la chambre c'est OK.

Bises ++

Ah, je comprends ton intention ! En effet, c'est bien de continuer à nous informer qu'il y a toujours des personnes intéressées et que, vu la décision qui a été prise et approuvée par tous, il faut maintenant répondre à ces demandes. Qui veut bien s'en charger ?

 

Mise au point de Sylvie 15 avril

Pour Jean-Phi, c'est mieux de se retrouver le 28 et 29 juin. Donc si vous êtes tous d'accord on se garde ce week-end de rangement de l'Escoub.

Il me semble que, même si la décision de ne pas vendre la maison a été prise, il ne faut pas cesser de garder le contact entre nous et d'exprimer nos pensées par rapport à l'Escoubaïre. Je trouve que nous avions lancé une bonne dynamique d'échange entre nous depuis l'été dernier et il ne faudrait pas la perdre. Il serait bien de se garder un moment durant le week-end de juin pour faire une petite réunion comme les autres fois afin de définir ensemble de l'avenir de la maison.

En attendant, plusieurs points me semblent importants de préciser car j'ai donné mon avis à papa et Françoise, pensant, après discussion avec chacun d'entre vous, que vous seriez d'accord, mais il serait bon que vous confirmiez ou que vous évoquiez vos avis différents.

Quand à la garde de l'Escoubaïre :

- Bien que la maison soit notre nue propriété, nous considérons, tant que papa est vivant, que c'est à lui d'abord d'en faire ce qui lui semble bon, d'en profiter et d'y faire, s'il le désire des travaux.

- De ce fait, nous sommes favorables à l'idée que Françoise aménage l'Escoubaïre à sa façon, avec l'accord de Papa.

- Si le désir de Françoise est d'y apporter ses meubles, nous sommes prêts à enlever ceux qui gênent (après que les Delenne aient récupéré les leurs et que eux où ceux d'entre nous qui en ont besoin aient choisi parmis les autres).

- Nous nous retrouvons fin juin pour trier et vider les parties "communes" peu visités depuis longtemps : garage, cave, mezzanine....

Nous demandons à ne prendre en charge aucun travaux, ni d'entretien, ni de rénovation ni les charges de la maison. Françoise et Papa gèrent l'accueil des locataires de la maison et de la salle.

- pour le moment, pour moi, je n'ai pas besoin de l'argent de mes parts et ne demande rien pour une durée indéterminée.

Et vous ?

- Que se passera-t-il si Papa disparaît. Quel contrat faisons-nous à Françoise ? Que propose-t-elle ?

Pour finir, vu que la situation a changé et que la maison devient celle de Françoise et de Papa, ont-ils des conditions à nous demander de respecter quand nous venons chez eux ?

Voilà, je sais que tout cela prend du temps et rien n'est pressé, mais merci de donner des petits signes...

Sylvie

 

les relations usufruitier copropriétaires

Proposition du 7 mai :

> Je voudrais revenir sur ce qui me tient à cœur et que je n'ai pas encore explicité.

> En votre qualité de nus-propriétaires vous ne pourrez jouir de la maison ou la vendre qu'après mon décès (à moins que d'ici là je vous propose autre chose et que nous en décidions ensemble). Avant cette échéance, en ma qualité d'usufruitier, j'en ai la jouissance et je bénéficie des loyers. J'en ai aussi la charge de l'entretien courant. Par contre, les travaux concernant le gros œuvre et certaines charges d'impôts ou d'assurances devraient vous revenir à vous les nus-propriétaires. Bien sûr, je suis bien conscient que cela peut être difficile pour vous à assumer et c'est pourquoi je l'ai toujours fait jusqu'à présent. Je note que vous me demandez de continuer.

> Cependant, ces charges et ces travaux sont payés sur mes réserves personnelles qui devraient vous revenir à mon décès. Or, ce capital disponible, à mon décès sera séparé en 5 parts. Je me propose de noter ces charges et qu'elles soient déduites de vos parts personnelles lors de ma succession.

> Dans un même souci de clarification et pour qu'il n'y ait pas de problèmes je vais faire le point sur ce que j'ai avancé aux uns et aux autres et qui n'a pas été remboursé pour que ce soit déduit également de votre part.

> Il serait souhaitable aussi que chacun se penche sur l'inventaire des meubles de la maison en vue d'une répartition ; en précisant ceux que vous souhaiteriez choisir et ceux que vous désireriez emporter maintenant, avec mon accord dans ce dernier cas. Il sera aussi possible de laisser en dépôt, ici ou ailleurs, les autres meubles qui vous reviendraient plus tard.

Mille bises de Marc

Etat de L'Escoub le 10 juin

Mes chéris

Je me fais un plaisir et un devoir de vous entretenir sur la maison même si je n'ai pas trop de questions sur le sujet de votre part.

Je sais nous nous verrons à la fin du mois mais ce n'est pas une raison pour ne pas échanger avant.

Seule Sylvie répond gentiment à mes courriers.

Ce qui a déjà été réalisé dernièrement :

* la présentation du jardin qui a profité des averses de fin mai début juin.

* le toit (voir clic) remplacement des tuiles et traitement des infiltrations.

* la remise en état du mobilhome qui va être occupé très prochainement malgré un délabrement important.

Ce qui me pose problème tout en étant essentiel pour Françoise c'est la réfection du coin cuisine. J'hésite par exemple sur la pose de pare feuille dans le cellier et les WC.

Le bassin baignade a été nettoyé et rempli mais je suis inquiet par une perte d'eau importante qui me fait hésiter à l'entretenir dans l'état.

Après les animations sympathiques pour Tommy et Joanna il est prévu des réjouissances pour Luke et William le 21 et le 24 du mois.

Dans la tristesse des prochains départs je vous attends donc comme prévu.

Et vous embrasse tout plein.

 

Les conclusions

Le texte officiel

proposition convocation de Matthieu

Annefr a écrit :

> Bonsoir à vous tous,

> A l'occasion de votre week-end famille Bitterlin du 28 et 29, auriez-vous une demi-heure, peut-être plus à me consacrer ?

> Je souhaiterais vous exposer ma vision des choses sur ma présence à l'escoubaire depuis 1994 et notamment sur ces 2 dernières années qui furent pour moi particulièrement désagréables.

> Dans mon propos ,je parlerais de Marc, Françoise, Sylvie, Thierry, Laurence, David, Jean-philippe, Anne-françoise et bien sur de moi-même.

> Toutes les personnes citées intéressées par ce que j'ai à dire sont invitées à être présentes, ainsi que Cordula si elle le désire.

> Je vous propose samedi à 15 h.

> N'hésitez pas à me proposer d'autres horaires qui vous conviennent mieux.

> Matthieu

Coucou les chéris !

Pour ma part, pas de problème ! Ce sera avec beaucoup d'attention et d'intérêt que j'écouterai Matthieu.

Je suis ravi de cette occasion d'échanger en vérité.

Je n'aurai sans doute pas de réaction à ce que j'entendrai car j'ai exprimé au fur et à mesure ce que j'avais à dire. Néanmoins je prendrai des notes.

Je souhaite que derrière cette annonce solennelle tout se passe dans l'amour et le respect des uns et des autres.

Je vous embrasse.

Je trouve très bien la proposition de Matthieu. Je crois que nous avons trop peu d'occasion de nous retrouver tous ensemble pour échanger et pour faire le point, même si c'est pour des choses peu agréables... Donc, comme papa, j'écouterais Mathieu avec attention. Par contre, Thierry n'avait pas l'intention de venir, il est très occupé avec les travaux de la maison et le stage qui commence la semaine prochaine. Il serait d'accord pour se libérer dimanche après-midi. Peut-être pourrions nous consacré la journée de samedi au trie à l'Escoubaïre et le dimanche après-midi aux différents types de réunion ? Cela nous arrangerait bien.

Bises à tous.

Sylvie

Après réflexion (le 12 juillet)

La réunion de famille autour de Matthieu le 28 juin s'est déroulée au mieux. Nous étions prévenus et nous nous étions donnés la consigne de l'écouter sans intervenir. J'ai pris des notes.

Il a dit qu'il avait beaucoup investi de son temps, de ses compétences et son cœur pour constituer et améliorer les lieux.

Il nous a dit sa déprime depuis 2006 quand il s'est vu contesté dans sa façon d'habiter la maison. Heureusement, Anne Françoise l'a soutenu continuellement et il n'y a jamais eu de tensions entre eux deux.

Nous ne nous sommes pas rendu compte, sauf Jean Philippe peut être, combien il était difficile d'habiter au sous sol. La lumière ne rentrant bien que le soir et combien de fois ils ont été obligés d'éponger l'eau qui rentrait de partout après les fortes averses d'automne ou de printemps.

"Tout était à refaire dans l'appartement" et pour la maison il a réalisé de multiples travaux "de qualité", privilégiant la finition à "l'à peu près de Marc".

Durant les quatorze années d'occupation il a réalisé des aménagements (remarquables, certes) qui "valorisent" la maison, ainsi la salle de bains, l'isolation de la terrasse au dessus de la chambre d'enfants, la pièce centrale et le coin cuisine de l'appartement, la réfection du patio dont le soubassement avait été "mal étayé", la bonde de fond (et la mise en place du hublot) de la piscine, les branchements du mobilhome. Il a dirigé la mise en place des panneaux solaires et l'installation pour l'eau chaude avec agrandissement des portes d'accès de la chaufferie ainsi que multiples autres petits travaux de plomberie.

Par souci d'économie il récupérait des matériaux à bas prix en vue des aménagements qu'il réalisait à 75% du tarif normal. Sur la demande de Marc, il est intervenu par ses conseils dans les déclarations d'impôts et la surveillance de travaux de modification des écoulements.

Il a participé à la vie de la maison dans les années 2000-2003 en intervenant dans les différents qui ont surgi à propos de Julien ou de Jean Noël.

Il a géré les activités dans la salle de groupe en améliorant les lieux et en prenant sur lui les règlement difficiles des loyers.

Il a pris une part très active dans la mise en place de la réunion de famille Lamy Bitterlin en septembre 2006.

Quand il s'est agi de vendre la maison ou de la retirer de la vente il n'a pas été suffisamment consulté à son goût alors qu'il s'était investi là aussi.

En somme il conteste l'expression de "profiteur des lieux" qui lui aurait été attribuée en avançant qu'il a donné largement plus que ce qu'il "fallait faire".

 

Il est certain que Matthieu a eu la volonté de provoquer une réunion sans doute pour libérer ses tensions personnelles, éviter de partir sur des malentendus et sauvegarder une harmonie familiale. Il a souligné et ce point nous était commun, que, durant notre co habitation, nous avions l'un et l'autre le souci de ne pas créer de conflit qui engagerait ou mettrait mal à l'aise les autres membres de la famille.

Il est déçu, me semble t il, de constater qu'il n'a pas été reconnu dans son investissement comme il l'aurait souhaité. Il a mis directement en cause les uns et les autres Nous pourrions seulement regretter de ne pas avoir assez insisté sur tous les moments de bonheur que nous avons eu pendant ces années passées ensemble.

 

 

Le texte débattu avec Sylvie

> Pour ma part, j'aimerais souligner que l'Escoubaïre à toujours été pour moi un lieu de retrouvaille avec ma famille : mon père, mes frères et sœurs et de suivre mes neveux et nièces dans leur évolution.

Pour Yaël c'est un lieu sacré, vu que, pour elle, n'ayant pas de frères et sœurs, ses cousins sont sa famille. Je souhaite que la maison garde cette fonction et qu'elle puisse en être de même pour la famille de Françoise. Outre le caractère familial, c'est un lieu extraordinaire d'accueil pour toutes les personnes qui y sont passées, amis proches ou lointains, stagiaires. C'est un lieu également de fête où l'espace invite à la danse, aux jeux, à la convivialité. C'est également un lieu de calme et de repos où l'on peu venir se ressourcer sans se sentir éloigné des activités citadines.

> Je me rappelle le terme que j'ai employé lorsque j'ai fait visiter l'Escoubaïre pour la première fois à Thierry : "c'est la maison du bonheur". J'espère donc que notre dernière réunion aura permis de "relâcher" les tensions accumulées par les difficultés de cohabitation et de relation entre nous tous et que chacun aura plaisir à retrouver ce lieu qui nous tient à cœur... Je voudrais remercier en particulier Papa de tout le temps et le cœur qu'il met dans l'entretien de cette maison et Anne-Françoise et Mathieu d'y avoir (outre les tâches matérielles effectuées par Mathieu) apporté joie, vitalité, convivialité. Je remercie leurs enfants d'y avoir mis toute leur fraîcheur.

> Pour ma part, j'y ai programmé des stages pour enfants en espérant bien y retrouver le petit groupe de cousins, noyau fondateur de cette dynamique. L'Escoubaïre est plus approprié que notre maison pour accueillir un groupe d'enfant et cela permettra au grand-père, si il le souhaite d'y voir de l'animation !

> Pour les stages adultes, j'aimerais aussi en faire plus à l'Escoubaïre et, si Françoise et Papa sont d'accord, continuer à faire un accueil d'hébergement au premier étage. Les personnes accueillies étaient toujours très contentes.

> Sylvie

 

commentaire post conclusion (le 27 juillet)

Je pense que Matthieu peut être remercié aussi de nous avoir signalé que son projet de s'établir un "chez lui" était dans l'air depuis longtemps et que le Cantal n'était pas un choix au hasard. Il y pensait depuis longtemps et les événements de ces deux dernières années n'ont été qu'un déclencheur supplémentaire pour faire aboutir son projet.

 

Les travaux en été, sept, oct

Oui David ! Pour les travaux, j'aurais pu t'en parler comme j'en ai parlé à Jean Phi que j'ai vu un peu plus longtemps samedi dernier. Désolé !

Nous avons eu des explications avec Françoise…

Elle mettait la pression pour voir la pièce faite avant d'installer ses meubles. Je n'avais pas la conscience tranquille et j'étais prêt à recompter mes sous pour vous faire travailler.

Alors j'en ai parlé à Claude (qui avait réalisé la cuisine, le cellier et la salle de groupe). Tout de suite il m'a proposé de faire un devis qu'il m'a donné, détaillé et chiffré. Le total se montait à 4000 € ; ce qui faisait déjà une économie de 800 € (ce n'est pas négligeable à l'époque où l'on vit). Je réfléchis un peu et j'en parle alors à Rachid qui venait se faire régler les travaux réalisés dans l'appartement du bas (les delennes...) et différents petits raccords sur la terrasse : total 5600 €. Dur à digérer mais il m'avait fait un prix initial à 7500 €... que j'avais repoussé.

Pour le séjour, Rachid me propose sur le champ une estimation globale à 1500 € . Je n'hésite plus et accepte. Tu comprendras, je suppose.

En plus, j'ai eu des mauvaises surprises avec le règlement des travaux cuisine qui dépassaient le contrat que j'avais accepté avec Françoise. Je ne suis pas content et elle se dit désolée mais je dois banquer.

Après tout ça j'espère être tranquille un moment, pour habiter chez Françoise en gardant mon bureau et le jardin...

Pour trois jours, elle est à Yvetot et je ne sais pas si elle va arriver à vendre sa maison pour réaliser son souhait d'acquérir un bien par ici. En fait, qu'elle loue ici ou en Normandie, c'est à réfléchir.

Voilà je pense m'être bien expliqué et tu ne m'en voudras pas j'espère ?

Bises +

 

A David pour les travaux

Merci tout plein de ta compréhension et d'avoir pris du temps supplémentaire sur ta nuit pour me la signifier.

L'ouvrier qui a bien avancé maintenant, travaille seul, assez vite (tout en arrêtant pas de téléphoner... je l'entends marmonner avec ses écouteurs) et il a pris des précautions pour protéger les lieux.

Je ne sais pas quelle est la qualité des produits mais je fais confiance à Rachid qui ne m'a pas déçu pour le moment si ce n'est pour le patio où il reste des taches par terre.

Je te souhaite une bonne journée de dimanche et espère que ton boulot est tout bon pour toi.

Bises +

 

Craquotte 2 (30 oct)

Craquotte va toujours bien et occupe tout le jardin en s'en faisant un territoire.

Elle apparaît plutôt le soir mais aime voir du monde. Elle vient donc me tenir compagnie quand je jardine. Elle grignotte à son rythme les épluchures ou les croquettes que l'on veut bien lui déposer.

La cabane des enfants au milieu du jardin semble être son lieu de séjour privilégié.

C'est un bonheur de plus pour agrémenter l'espace.

Je joins ici l'inventaire actualisé à ce jour et espère avoir régulièrement de vos nouvelles tout en me réjouissant de vous voir tous à Noël.

Bises +

 

papamarc lapin Craquotte

Pour Joanna, Tommy et Cie !

et des gros bisous de Grand père.

--

 

Sujet : [PapaMarc] Le lapin Craquotte

Bien sûr c'est une lapine ! Elle a même eu de nombreux rejetons.

Jusqu'au 1 août elle habitait dans un super enclos à côté des enfants. Ces derniers partis, il a fallu lui trouver une autre cabane. Quelle tristesse ! Mes visites quotidiennes ou bi quotidiennes pour lui donner sa pitance ne la réjouissait pas outre mesure ; à n'en pas douter, elle préférait de beaucoup les farces qu'elle pouvait faire à Joanna quand elle s'échappait dans sa chambre.

Elle s'est donc débrouillée pour prendre la clé des champs. Ayant goûté à la liberté elle n'a pas voulu réintégrer sa prison quand, pour la protéger des prédateurs, j'avais réussi à la capturer.

Depuis deux mois maintenant elle vit en liberté dans le jardin et se montre bien sociable. On dirait qu'elle ne craint rien quand on est dehors.

Chaque jour, en découvrant le jardin comme si je ne le connaissais pas, je cherche Craquotte qui se montre là où on ne l'attend pas.

Je disais dernièrement :

"Craquotte va toujours bien et occupe tout le jardin en s'en faisant un territoire.

Elle apparaît plutôt le soir mais aime voir du monde. Elle vient donc me tenir compagnie quand je jardine. Elle grignote à son rythme les épluchures ou les croquettes que l'on veut bien lui déposer.

La cabane des enfants au milieu du jardin semble être son lieu de séjour privilégié.

C'est un bonheur de plus pour agrémenter l'espace."

 

voici chez vous les chéris

Voici chez vous les chéris

clic

 

Eau … bama

Bonjour les chéris !

Des trombes d'eau le 4 novembre ! Oui des trombes comme jamais vu !

Malgré tout aucune infiltration dans la maison ou dans la salle. Je suis vraiment satisfait des travaux réalisés pour les écoulements et pour ce que je préconisais depuis des années en ce qui concerne les abords côté Ouest. Matthieu, lors de son passage hier, se renseignait…

Ici, comme ailleurs c'est toujours le mauvais temps mais c'est pas grave... nos ordinateurs se portent bien... Françoise s'en est allée donc en Normandie pour déménager sa maison.

Elections américaines

"Oui oui pourvu qu'Obama gagne !" disais je le 4 novembre.

Comme je le vivais pour la catastrophe du 11 septembre 2001, il se passe quelque chose aux Etats Unis qui pourrait changer la vie, dans le bon sens cette fois.

Mercredi 5 nov. 2008. Seul devant mon ordi je suis avec émotion le triomphe d'Obama.

Oui c'est un moment historique, nous ne pouvons pas rester insensible à cet espoir de changement qui intéresse le monde entier.

Maintenant, l'euphorie passée, les dures réalités vont réapparaître. Nous voudrions tellement que ce soit les autres qui nous rejoignent ! Nous aimerions sans doute que tout le monde parle français, par exemple ; lentement et distinctement pour moi.

Bises à vous !

http://papamarc.blogspot.com

--

 

pages web à l'école de Paulhac

(envoyé à 11 personnes)

J'ai mis aussi des commentaires et ils sont affichés.

Il faudra voir aussi : la page de Paulhac

Bises +++

> Bonjour à toute la petite famille,

> j'espère que vous allez bien , en tout cas moi je vais bien. Vous savez, moi je vais avec Tommy à l'école de Paulhac. En classe, nous avons un site internet que vous pouvez regarder :

> http://www3.ac-clermont.fr/etabliss/ecole-paulhac/

> ; chaque jour, nous écrivons une phrase du jour qui concerne toute la classe, soit une actualité locale, régionale, nationale ou internationale...

> bonne lecture

Joanna

>

>

Dans la classe de Virginie, il y a une nouvelle fille qui s’appelle Joanna et elle est en CM1.

Son frère ,Tommy, est en CE1 dans la classe d’ Isabelle.

Ils venaient de Aix-en-Provence et ils habitent en ce moment à Cussac . Ils se sentent bien ici, ils jouent avec nous dans la cour de récréation .

 

Programme Noël

Bonsoir ma chérie !

Nous discutions programme Noël avec Françoise.

Elle serait prête à organiser une fête le 24 ici et partir le 25 à Yvetot pour chercher les cartons qu'elle n'a pas pu embarquer au début de ce mois.

Si je ne peux voir mes enfants et petits enfants qu'entre Noël et le 31 je reste ici sinon je l'accompagne et nous revenons pour la fin du mois.

Bises +++

compagnie du passeur a écrit :

> Papa,

> Merci pour ces petites infos diverses.

> J'ai vu que tes petits enfants auvergnas se mettent à internet, en particulier Johanna. Tu peux donc un peu communiquer avec eux. Ils seront là le week-end prochain, je coirs, Yaël a une course avec eux.

> J'avais noté les coordonnées de tes amis réunionnais quelque part mais je ne sais plus où. De toutes façons, on travaille tellement qu'on n'a plus le temps de faire autre chose. Ce serait peut-être mieux que tu leur écrives directement.

> On prendra donc le lit deux places au passage mardi. Il faut quand même que je vois avec les Delenne qui semblaient aussi interessés.

> Bisous.

> Sylvie

>

Bonsoir mes chéris !

Nous discutions programme Noël avec Françoise.

Elle serait prête à organiser une fête le 24 ici et partir le 25 à Yvetot pour chercher les cartons qu'elle n'a pas pu embarquer au début de ce mois.

Si je ne peux voir mes enfants et petits enfants qu'entre Noël et le 31 je reste ici sinon je l'accompagne et nous revenons pour la fin du mois.

Bises +++

 

courrier à Ann Fr 25 nov 08

Hello ma chérie !

Je n'ose plus t'écrire ; mon courrier tombe dans le vide.

Je suis content t'entendre quand je t'appelle au téléphone mais tu sembles si occupée, j'ai du mal à me brancher.

C'est bien que vous fassiez votre vie en Auvergne mais j'étais plus rassuré de vous voir ici, de sentir les enfants pas loin (tiens je n'entends même plus les voisins ; on dirait qu'ils sont partis eux aussi. Une nouvelle Albane s'installe en bas mais c'est différent).

Je viens d'aller faire un petit coucou à JPhi par Skype dans son bureau. Je l'ai vu et je lui ai parlé quelques instants pour ne pas le déranger comme si il était dans la pièce à côté.

Comment pourrais tu nous relater ce que tu vis là bas ? Ne pourrais tu pas faire une sorte de journal ? Ou un enregistrement ?

J'aimerais savoir si les travaux avancent maintenant que j'ai vu comment c'était. Et puis les petites histoires des enfants...

Vous êtes de nouveau par ici dans 10 jours ; pourrait on vous voir pour un repas ?

Bises à toi ma grande chérie.