Journal 2007

!! Attention au virus ! :
"ma soeur a voulu que tu regardes ca" (C'est une petite phrase anodine mais assassine qui introduit un "cheval de Troie" dans l'ordinateur)

Journal 2007 par rubriques

Journal des années précédentes

Janvier *

réveillon *

Après la réunion de famille : Ma position *

Santé *

Sans pantalon *

Branches et connexions *

Ce soir Lundi sur ARTE: *

Spiritualité (suite) *

Commentaires sur l'actualité et la situation internationale *

Mars *

A Jac : *

Famille suite *

Nous sommes donc le 4 mars. *

En attendant les parents qui reviennent du Mali. *

Après la chorale, Olivier *

En Normandie *

Voici quatre jours que je vis enfermé… *

Promenade hygiénique dans les bois de Maulévrier *

Le petit Nicolas et Louis *

Echanges *

"DALI dans l'inspir" Gérard : *

Vers la Réunion, *

Les signes *

Mai *

Pour le 1, préparation des élections à Yvetot *

Les élections *

L'ordi a lâché *

Petit problème pourtant : *

Au lycée de Valabre *

Aluze à Cath et à ThM *

Gérard, une histoire de cœur. * *

Mon regard (avec Gérard) *

Les tensions de Françoise *

Juillet *

Framiso o o et l'esprit de la Gauche *

Concession Céline *

vers Chamonix *

Encore une bien bonne journée hier à Framiso ! *

La tortue d'eau *

Marc dit à Odile sur Messenger *

Concert à Ventabren *

Matthieu ne se sent pas chez lui *

Michel Bercot *

Magali *

Le retour des montagnes *

Le câlin du matin *

La semaine "stage danse" *

La parole et l'écrit *

Le père Luc *

Septembre

Dialogue avec les nus propriétaires *

Petit séjour à Yvetot avant la réunion familiale annuelle *

Rugby 2007 (Actualités) *

Ecologie alarmiste *

Les bienfaits de la pyromanie *

De la bonne éducation *

Jardinage au Clos Pierrot *

SFR *

Ce 14 sept *

Notre grande réunion familiale *

St Machin *

La Famille n'est pas gratifiante *

Sécheresse *

A Yvetot ou à Aix *

Micheline et Philippe *

Le roi Lear *

Février *

Me ressourcer *

Occupation des lieux *

Campagne présidentielle *

Bonsoir mes soeurs ! *

La St Valentin *

Oui le printemps est arrivé ! Peut être un peu tôt ? *

Que serai je dans dix ans ? *

Vivre ensemble *

Ce que je présente sur Internet *

Reçu ce mois *

Avril *

A la Réunion *

Famille Maison voir *

Sacré vote ! *

Une année pas comme les autres *

Ce que j’écris *

ce 25 avril *

Vers St Vaast la Hougue *

Une visite étrange *

A St Malo *

Juin *

En Normandie *

De retour *

La conversation (avec Joseph) *

La politique à hurler. *

Dialogue avec mon jardinier *

Les Thérèse *

Gros orage ce matin *

Si je n'existais plus … *

Nous avons chanté le Magnificat *

Yoga *

Peymeinade *

Sacré portable ! *

Mariage CJ du samedi 30 *

août *

Le nouvel ordinateur portable IBM *

Les pages de Josette *

Les changements de l'année *

Fusionnel *

Retour à Aix *

Un cauchemar *

les escargots. *

Confusion dans ma tête. *

Un voyage au Québec : c'est parti ! *

Nous avons quelques discussions et incidents ce 22… *

Rentrée de vacances *

 

Octobre

Le bûcheron et les écureuils *

Retour Canada *

Pluie et réchauffement climatique *

Relation *

Luke au jardin *

 

Novembre *

Haloween *

Vieux conducteur *

Les retombées du rêve *

Les chrysanthèmes *

Que reste t il de nos amours d'antan ? *

Je  ne vois pas de problème grave dans la famille. *

Distance et détachement *

Avec l'ordi *

L'organisation des fêtes de Noël et … *

Le 29 : Poursuivre Françoise *

… de la maison *

La situation évolue. *

 

          Décembre             
Articulations *
Position délicate *
Le cas d'Anne Françoise *
Ici et ailleurs *
Pour l'ordi *
Fraternité et la maladie du bonheur *
Déjeuner en tête à tête *

 

Janvier

réveillon *

Après la réunion de famille : Ma position *

Santé *

Sans pantalon *

Branches et connexions *

Ce soir Lundi sur ARTE: *

Spiritualité (suite) *

Commentaire sur la situation internationale *

 

réveillon

Pour un scoop : "Bonne année 2007"

Le réveillon du 31

Après la réunion de famille : Ma position

Le 2 au soir

Aujourd'hui seulement, nous avons pu parler un peu avec Sylvie de cette réunion de famille du 26 et des retombées.

Anne Françoise comme Jean Phi soutient que je ne cherche pas à dissiper les malentendus qu'il y aurait entre les enfants à propos de leur propriété et de la façon dont elle est occupée .

Je précise donc ma position : Mon objectif pour la maison n'est pas de la rentabiliser mais d'en faire un lieu de vie que je peux partager avec mes enfants, petits enfants et avec tous nos amis.

Je me suis engagé à l'entretenir afin que mes héritiers puissent en disposer dans les meilleures conditions.

Mon bénéfice est affectif car Dieu merci pour le moment je n'ai pas de soucis matériels, n'ayant pas beaucoup de besoins. Je suis heureux de m'y voir entouré de ceux que j'aime et pour cette raison je ne cherche pas à réaliser une équité entre les membres de la famille. Je propose à tous de s'y trouver une place et d'en profiter sans léser les autres. Si des problèmes surgissent nous en discutons avec les intéressés et en général trouvons une solution satisfaisante.

Quand Anne Françoise m'a interrogé sur mes besoins financiers à prévoir, j'ai répondu que les locataires pouvaient subvenir à l'entretien et aux charges de la maison d'un côté et de l'autre ma retraite à mes dépenses courantes. Il n'y aurait que notre vie entre Yvetot et Aix qui risquaient de grever le budget mais sans plus. C'est vrai que j'ai arrêté toute activité rémunérée et que la vie est chère.. mais il faudra voir comment ça se passe. Je fais mes comptes..

Je dois dire que sur le moment, je trouvais un peu mal venu et injuste d'être mis à l'origine des malentendus ou non dits régnants.

Je ne souhaite pas entrer dans un jeu "c'est pas moi" J'accepte de reconnaître que je n'aime pas les conflits et cherche à les éviter. Ce qui parfois n'arrange rien, c'est d'accord.

Il se trouve qu'il peut y avoir des problèmes relationnels avec les personnes qui, de passage ou en permanence partagent la vie de l'Escoubaire."

Ce qui n'exclue pas qu'il reste des questions matérielles à régler avec des jalousies sous jacentes pour le présent ou pour le passé.

La volonté de Thierry et de Jean Philippe de vouloir payer un loyer sans participer aux travaux est intéressante et servirait sans doute à solutionner cette question délicate.

Fixons donc une base de loyer au m² de surface occupée, comme pour les locataires actuels, et Matthieu déduira les travaux qu'il fait pour la maison. Il faut reconnaître qu'il est compétent et efficace quand il a décidé de s'y mettre. A lui d'accepter de discuter sur la nécessité d'entreprendre tel ou tel ouvrage et non seulement avec l'usufruitier mais aussi avec les propriétaires.

 

Matthieu a dit en public qu'il s'inquiétait à l'idée d'avoir à supporter les conséquences de mes choix de vie : " Que penses-tu de l'intervention de Mathieu pendant la réunion qui disait que, vue le changement de ta situation, il trouvait injuste que tu leur demande s à eux de participer à tes frais en devant demander un loyer plus élevé ? " m'écrit Sylvie.

Avec eux, bien détendus, nous avons échangé hier soir, surtout sur le programme de l'année et leurs vacances. Je tiens le plus possible à être présent quand ils s'en vont. Il n'y a pas de malentendu entre nous. C'est, semble t il, par rapport aux propriétaires héritiers, que Matthieu n'est pas à l'aise. Il y a sans doute un problème qu'il faudrait régler, à mon avis, avec une personne extérieure à la famille."

Le bilan de Sylvie

Santé

"Je viens d'appeler ton secrétariat, dis je à mon médecin traitant, et souhaitais tes conseils pour ajouter au renouvellement de ta dernière ordonnance un petit traitement pour mes ennuis dentaires.

Il ne me reste guère de dents mais celles qui subsistent se déchaussent et mon dentiste qui me soigne bien mais sans épargner mon porte monnaie, n'est pas optimiste."

Oui mon moral n'est pas fameux quand à mon avenir dentaire. Je suis amené à faire un traitement régulier des gencives à base de bicarbonate et de bains de bouche. Ce n'est pas encore trop gênant mais des soins plus importants et des interventions sont envisagés.

 

Sans pantalon

Dans la journée m'est revenu ce rêve curieux de cette nuit.

Sans âge particulier, j'étais à Bourguignon,( la propriété de famille vendue et dont on ne parle plus depuis dix ans) et j'arrivais en chemise dans la grand salle à manger à l'heure du café. Heureusement ma chemise était assez longue car, bien gêné, je n'avais ni slip ni pantalon et je cherchais ma maman pour me dire où se trouvaient mes affaires. Je me vois ensuite sortir dans la rue dans cette tenue mais un peu rassuré tout de même car j'avais une cravate… Les interprétations sont ouvertes.

 

Branches et connexions

Quel temps superbe ! Au point que c'en est inquiétant. Le réchauffement de la planète qui faisait les gorges chaudes serait il effectif ?

A droite à gauche, je taille les branches qui ont trop grandi et qui risquent de gêner. La sève pousse d'une façon inhabituelle et Joanna qui m'aidait aujourd'hui en avait plein les mains.

Oui elle était avec moi car s'est faite opérer (doit on dire et écrire "faite opérer" ou "fait opérer" ?) hier ; ses oreilles un peu décollées lui posaient des problèmes. Espérons qu'ils seront réglés.

A l'heure où j'écris, tout en attendant le conseiller France Télécom au téléphone (il ne faut pas être trop pressé et les quelques instants requis pour patienter se transforment aisément en plusieurs minutes) Joanna a retrouvé ses frères et sœur rentrés de l'école.

Samedi j'avais la garde de Tommy le pirate, il avait invité son copain préféré Adrien. Je n'ai pas eu beaucoup de mal à leur trouver des activités et ils n'ont pas arrêté de voyager dans leurs rêves jusqu'à la tombée de la nuit alors que j'émondais les arbres avec l'échenilloir.

 

Ce soir Lundi sur ARTE:

> Lundi soir à 22 H 20 sur ARTE, émission avec Matthieu RICCARD sur la méditation et les expériences scientifiques dans le cadre des sciences de l'esprit : depuis plusieurs années, des neurobiologistes américains mènent des expériences en laboratoire avec des méditants bouddhistes. Un département spécial a été créé pour eux.

Intrigués par la régulation émotionnelle liée à la méditation, les chercheurs veulent mieux comprendre l'esprit et sa relation au corps.

Et bien voilà ! Je viens de regarder l'émission en question.

J'ai apprécié l'atmosphère de paix qui semblait régner.

Je n'en tirerai pas de conclusion car je n'arrivais pas à suivre le fil de la démonstration.

L'émission semblait aller dans tous les sens mais elle traduisait bien le souci des scientifiques de définir le rôle de l'esprit sur la matière.

Je préfère la pratique personnelle ou en groupe que de parler ou d'entendre parler sur le sujet.

 

Spiritualité (suite)

A partir de quelques consignes proposées par le groupe "Poursuivre" je fais le point sur ma spiritualité :

Nous vous proposons quelques pistes de réflexion :

- Quelles traces mon parcours de foi laisse-t-il en moi ?

- Ai-je envie d’évoluer, de progresser dans ma vie spirituelle ?

- Quels sont les moyens que je me donne aujourd’hui ?

"Je me crois attaché à une foi chrétienne.

En référence à l'Evangile qui me semble le meilleur regard sur l'humanité, je cherche à pratiquer ce que j'ai intégré en y associant les principes philosophiques, bouddhistes par exemple, ceux qui me paraissent adaptés aux idées que j'ai sur la Vie. J'aime penser que, associant le principe de l'éternité de l'âme avec la résurrection des corps je pourrai me réincarner, vivre dans une nouvelle vie pour me rapprocher de la perfection de Dieu.

Ainsi je m'entraîne à méditer en centrant mon approche sur l'écoute, l'exercice de mon corps et le travail du souffle en particulier.

Si je reste très attaché à la terre, au jardin et à l'ordinaire des activités pour y trouver le salut de mon âme, je voudrais signaler que, sans rejeter ni méconnaître les différents charismes et autres approches, je trouve à alimenter ma foi aussi en utilisant Internet.. Qu'est ce à dire ?

La communication cœur à cœur, le présentation de textes, d'images, d'idées avec mes différents amis connus ou inconnus, me stimule. Elle est parfois difficile aussi cette communication, il faut l'avouer, quelque fois décevante mais elle est à l'image du monde actuel et si nous pouvons nous entraîner à échanger avec nos proches nous pouvons espérer que le message évangélique passera un jour ou l'autre.

Je suppose que nos enfants et petits enfants baigneront inévitablement et d'une façon que nous ne soupçonnons pas encore dans ce milieu qui se met en place.

J'attends un aspect convivial des pratiques traditionnelles catholiques. Je vais volontiers et régulièrement aux offices, surtout ceux de la fraternité franciscaine que je fréquente depuis plusieurs années, si je peux communier et partager avec des personnes que je connais.

Oui je souhaite progresser afin de me rapprocher de cet état de plénitude dans lequel j'ai la certitude que je serai après ma mort.."

 

Commentaires sur l'actualité et la situation internationale

En réponse à Clauss.

"Oui je vous rejoins dans votre analyse de la situation européenne.

Ici nous sommes en effet en pleine campagne électorale et c'est l'occasion de nous remettre en question. Que voulons nous pour le pays, pour l'Europe, pour le monde ? Serons nous toujours menés par la recherche du confort et du profit au détriment de la majorité de nos contemporains qui peinent sans pouvoir regarder plus haut et plus loin ?

Pratiquement pour les Français c'est un débat entre Ségolène Royal qui n'a pas de programme audacieux et Sarkozy qui veut préserver par l'autorité les avantages des privilégiés.

La Turquie c'est l'ouverture sur le monde du Moyen Orient. Saurons nous l'intégrer ?

Les petites affaires qui alimentent la presse ne sont guère reluisantes et le changement climatique pose en effet des questions.

Gardons l'espoir que les générations qui montent sauront faire face à tous ces problèmes qui seront les leurs. Il nous appartient de leur faciliter la tâche."

A Marie Claude :

Le 22 Tu m'écris dans la nuit, je te réponds au petit matin. Tu es Ma correspondante à cette heure.

Certes tu n'as pas envie de t'occuper de ton jardin et tu en fais beaucoup

C'est vrai qu'il fait froid au Canada et que nous pourrions en avoir un peu. S'il gèle ce sera minime, j'ai l'impression que nos protections seront inutiles. Ce sont les plantes qui ont déjà démarré qui souffriront.

L'actualité politique m'interroge un peu plus. La mort de l'abbé Pierre me touche.

Sur les ondes c'était François Bayrou qui intervenait aujourd'hui. Il propose une nouvelle constitution comme si c'était la solution ? Je suis les débats électoraux avec circonspection.

 

 

 

 

Février

Février *

Me ressourcer *

Occupation des lieux *

Campagne présidentielle *

Bonsoir mes soeurs ! *

La St Valentin *

Oui le printemps est arrivé ! Peut être un peu tôt ? *

Que serai je dans dix ans ? *

Vivre ensemble *

Ce que je présente sur Internet *

Reçu ce mois *

Me ressourcer

"Pour moi, avec mes lourdeurs, je me dirige à petits pas vers notre Grand lieu de Rencontre. J'aspire à la sérénité et je préfère participer de mon clavier à l'agitation du monde.

Je ne perds pas le fil pour autant et je jouis de tout ce qui m'est proposé."

C'est ce que j'écris à Gérard né, comme moi, un 2 mars.

Nous sommes mardi 6 févr. 2007 et je viens d'ouvrir mon journal par rubriques. J'y pensais depuis quelques temps et je vais le faire pour 2006. Mes archives, mes classements me passionnent ; j'imagine l'utilisation qui pourra en être faite dans quelques années. Je trouve que les échanges que j'ai avec mes différents correspondants sont de plus en plus riches. C'est un volet important de ma vie personnelle.

Pourtant je suis affolé de voir que le temps passe si vite. Je voudrais tellement pouvoir lire pour me ressourcer. (Mes débats avec Françoise, 8 , 7 )

Occupation des lieux

Pour faire avancer notre réflexion sur l'occupation des lieux à l'Escoub, Matthieu nous dépose un dossier avec l'évaluation de son investissement en 2006 et le relevé des factures pour l'année.

Nous connaissons la précisions de Matthieu en ce qui concerne la gestion et la tenue des comptes ; il nous en fait une belle démonstration. Merci à lui. (Voir les pages 1, 2, 3, 4, 5, 6)

Je trouve cette présentation tout à fait intéressante à examiner plutôt que de discuter dans le vide ou laisser la place aux fantasmes et aux à priori.

Le 16, Sylvie vient de faire une proposition que j'ai ratifiée.

 

Campagne présidentielle

Je sollicite mes correspondants pour participer à la campagne présidentielle.

A partir d'une réaction de Charles André qui demande d'éviter la simplification (manichéisme) le débat est lancé. Quelques personnes accrochent. C'est la satisfaction de s'exprimer et l'étonnement de constater que tout le monde est plus ou moins d'accord. Doit on s'intéresser à d'autres candidats ? Faudra t il voter utile, pour son parti, ou selon son cœur ? (chanson Sarkosy)

Blog PapaMarc2 (merci de cliquer ici)

-- Je sollicite mes correspondants pour participer à la campagne présidentielle en s'exprimant sur ce blog.

Soit en ajoutant directement des commentaires soit en me répondant par mail que je présenterai ensuite.

En toute simplicité.

Je ne tiens pas à m'exprimer sur la campagne présidentielle avec mes excuses Odile

Ce que je souhaite c'est de ne pas me faire rouler comme en 2002 . Je me suis vu voter Chirac au deuxième tour alors que mon cœur était vraiment ailleurs. Pourquoi ne me suis je pas abstenu ? J'aurais eu l'esprit plus tranquille. A ce jour j'aimerais une alternative entre Bayrou et S. Royal.

Bonsoir mes soeurs !

Je constate avec bonheur que nos échanges se font plus fréquents et qu'à l'écho que vous faites à mes courriers j'ai l'impression d'être attendu. Je lis des regrets, voire des reproches chez l'une ou l'autre quand je ne suis pas assez prolixe.

Je fais bien attention de m'adresser personnellement à chacune et vous savez que mes archives sont tenues méticuleusement pour le prouver et, c'est vrai, il m'arrive de relancer la correspondance par des liens qui renvoient sur mon site ou mon blog. Bien sûr il est nécessaire d'avoir la connexion ADSL pour consulter facilement les pages sur Internet.

Vous réagissez chacune à votre façon et pas toujours avec douceur mais c'est inlassablement un plaisir pour moi de vous lire. Bien entendu si vous alliez jusqu'à proposer votre participation aux textes que je propose sur le blog, je serais comblé.

Je profite de cette missive pour vous remercier encore de votre investissement l'année passée autour de mes 70 ans. Je souhaite à Jacques cette année de passer allègrement dans la dizaine suivante.

Je vous embrasse toutes les cinq et à bientôt !

A Geneviève

Je relisais dernièrement ton travail sur les écrits de Jean et j'y prend bien du plaisir. Tous les fax que nous avions échangés et que j'ai retrouvés pour certains sont effacés par la lumière tout en étant dans des dossiers. C'est plus efficace d'archiver dans l'ordinateur.

Il me semble que la dernière fois que je t'ai appelée (début janvier) j'étais à Aix et je n'avais pas de projet pour aller sur Yvetot avant mars.

Pour les vacances Françoise va chercher 2 de ses petits enfants et revient ici, à Aix. Cette année de transition, nous serons surtout à l'Escoubaire car je ne suis pas pressé de bouger mais il se prépare des remue ménage pour la maison et il sera sans doute intéressant de faire de la place.

Sans reprendre un petit conflit entre nous, conflit vieux comme Internet, je vous rappelle que je fais une différence entre un échange d'informations qui est pour moi une marque d'attention, de sympathie, destiné souvent à relancer la communication et, d'autre part, un message personnel qui vous est adressé.

Si vous ne répondez pas à ce dernier, c'est, à mon avis comme détourner la tête quand on vous adresse la parole. Il est si facile de renvoyer un petit mot : "Bien reçu" ou "Je répondrai plus tard" ou encore "Je n'ai rien à dire sur ce sujet"… Bien sûr les liens familiaux résistent à ces détails mais pourquoi s'en priver ?

Les histoires de famille.

La St Valentin

Ce 14 février "En cette St Valentin je te souhaite une bonne fête à tous les amoureux du monde." Mais oui !

A qui ? Je me sens plein d'amour inconditionnel et je ne satisfais vraiment personne. C'est Tommy qui par son insouciance et sa spontanéité m'émeut le plus. Ce mercredi matin il me disait "Tu m'emmènes au tennis tout à l'heure ? Sans Thérèse ?" Il faut entendre qu'il confond rapidement Françoise et Thérèse et que si je le transporte dans la voiture en allant faire les courses avec Françoise ce n'est plus la même intimité entre lui et moi… les dessins de Tommy

Je ne manquerai pas de dire que le printemps arrive malgré un temps bien couvert. Peu de soleil ces jours ci pour réchauffer l'eau de la maison grâce à nos panneaux solaires. Pourtant depuis quelques jours déjà les amandiers fleurissent et tout à l'heure j'ai aperçu les premières narcisses.

 

Oui le printemps est arrivé ! Peut être un peu tôt ?

Le 16 Les crapauds commencent à envahir les bassins pour s'accoupler et pondre leurs œufs ; de longs chapelets gluants qui se transforment en têtards au bout de quelques jours.

Les cyprès laissent échapper des nuages de pollen. Les abeilles se précipitent sur les fleurs d'amandiers qui défient la froidure des nuits et les relents de l'hiver. D'après le calendrier il dure encore un bon mois.

 

Que serai je dans dix ans ?

> Thérèse, que j'ai vue cet après midi était un peu déprimée.

> Que c'est long ! dit elle.

  • Voici dix ans que je la connais ...
  • Elle n'a plus trop de ressort. Elle a peur de tomber de nouveau et trouve le temps très long. C'est à dire, je crois, qu'elle n'attends plus rien . Elle n'est pas prête non plus à accepter de mourir.

> Que de changements pour elle. Que serai je moi même dans dix ans ?

Vivre ensemble

Il n'est pas facile de régler les difficultés à vivre ensemble.

J'ai pu dire, hier matin, à Anne Françoise et Matthieu une partie de ce que j'avais sur le cœur. Je m'en abstenais jusqu'à présent pour ne pas faire trop de remous pour ne pas nuire à la cohabitation. Je n'aime pas les conflits et à l'inverse de David je veux éviter les fâcheries. Il est toujours bon, à mon avis, de réfléchir et prendre du temps avant de s'exprimer surtout si l'on risque de blesser inutilement les personnes alors qu'il y a tout un versant des actes qui nous échappe. L'interlocuteur voit et ressent les mêmes faits d'une façon différente.

Je sais que ma peur des conflits se retourne parfois contre moi et qu'elle ne solutionne pas les difficultés. L'échec de mon couple en est un exemple.

Je citais donc Tommy qui devient plus exigeant ; il cherche à mesurer son pouvoir. Plein de vie ce n'est plus le petit garçon tendre et facile même s'il est câlin. L'autre soir sa maman lui demandait de mettre le couvert et, malgré son insistance, elle n'a rien obtenu. Je me voyais dans cette situation par rapport à ses parents sauf que je n'insiste pas et préfère me contenter des avantages que j'ai par ailleurs. Or ce n'est pas la meilleure solution ; Tommy, lui, obtient ce qu'il veut et ne perd pas pour autant l'amour de sa mère et moi on me reproche de ne pas être clair et d'entretenir des dissensions entre les uns et les autres.

Donc nous nous sommes expliqués ; il nous reste maintenant à établir un contrat de cohabitation et un règlement intérieur pour la maison.

Ce que je présente sur Internet

Je ne me considère absolument pas propriétaire de ce que je présente et mon point de vue est que tout ce qui est sur Internet appartient au monde entier.

Les personnes qui veulent protéger leur production peuvent le faire grâce à des programmes spéciaux comme Acrobat Reader. Certains le font très bien et je rouspète quand je ne peux pas enregistrer ce qui m'intéresse mais c'est le jeu.

Alors Christian je serais le premier intéressé par vos réalisations d'autant plus que je ne me suis pas lancé moi même dans la fabrication des pps

Ce que je n'aime pas dans certaines présentations c'est le côté prosélytisme ou "chaîne " à faire suivre pour gagner ou perdre je ne sais trop quoi en cas d'abandon.

Reçu ce mois

La voiture Pantone roule avec de l'eau Coca cola et Amérique , voyage en Italie

Quand les hommes vivront d'amour …(pps Florian Bernard)

Les pps catastrophiques : "Pour la paix" "Lettre à mes enfants"

Les belles photos : Iceberg la belle bleue vues 2006

 

Mars

A Jac : *

Famille suite *

Nous sommes donc le 4 mars. *

En attendant les parents qui reviennent du Mali. *

Après la chorale, Olivier *

En Normandie *

Voici quatre jours que je vis enfermé… *

Promenade hygiénique dans les bois de Maulévrier *

Le petit Nicolas et Louis *

Echanges *

"DALI dans l'inspir" Gérard : *

Les signes *

A Jac :

Maintenant partager sa vie avec une personne c'est évidemment prendre des risques. Mais à tout bien peser tu devrais t'en tirer avec plus d'avantages que d'inconvénients. Même en couple on est toujours seul en fait. Et les moments passés ensemble peuvent être très enrichissants.

 

Famille suite

Thérèse, ma chère sœur, toujours critique négative, me somme d'envoyer son message à mes enfants. Je l'appelle au téléphone et lui dit que je leur fait passer le message suivant

Nous sommes donc le 4 mars.

Françoise m'a offert pour le 2 le livre de Guy Carlier sur les présidentiables.

Un régal ! Qu'il écrit bien et il sait (lui…) oser et prendre position.

Chloé revient d'un séjour en montagne et écrit :

et tu est allé en normandi pendant

[b][a=62][c=45]cccccc LEs vacS eNfiN trEnkiL...[/c=27][/a][/b] a dit :

les vacs ou non

marc a dit :

Non non c'est Françoise qui est allée chercher deux garçons (de ses petits fils)et est revenue avec.

marc a dit :

Ils sont ici et les Delenne partent demain matin au Mali.

La semaine de Lambert

Tout se passe bien ! Ce dimanche 3, Lambert avant de débuter un stage de formation à Aix passe le week end avec nous. Et Thérèse C. la mi journée.

La semaine, celle que Lambert a passé en stage à visiter, de Cannes à Nîmes, les installations de traitement des eaux et d'en faire une étude critique.

La semaine donc a filé très vite. Sans avoir rien fait de spécial j'ai souvenance qu'elle a été animée. Des zones d'ombres à éclaircir, des scènes déchirantes, des "je te déteste" et ceci pour la seule raison que je souhaite aller voir Bérangère en passant à Paris jeudi prochain.

Tout le reste n'est que du tout venant pour Françoise qui pense à tout.

Depuis vendredi, depuis chez elle, en Normandie nous sommes en communication quasi permanente grâce à l'ordinateur, Messenger et la webcam.

 

En attendant les parents qui reviennent du Mali.

J'ai donc récupéré Tommy ce soir samedi 10 à 18h30. Je l'avais tout seul et nous en avons bien profité.

A peine la porte fermée sur ses copains avec qui il avait passé la journée

Là je n'étais pas trop fier car, j'avais bien préparé du riz au carottes ce matin, mais toujours à faire mille choses à la fois, l'avais laissé attacher… (même à feu doux, il était très cuit)

Ne riez pas ! Le fond la cocotte était teinté mais consommable. Bien sûr je n'ai servi que le présentable au jeune homme et me suis alloué une assiette de rizoto dont Tommy a été jaloux. Il a fallu partager…

"Et comme dessert Grand père ?"

Un pot de fromage blanc avec de la crème de marron a été apprécié mais après en avoir repris il a demandé… le vrai fromage.

C'est connu, il ne faut pas lui en promettre… mais en servir.

Epuisé par une rude journée il n'a pas demandé la télé ni fait d'histoires pour se coucher, dans le lit… de Grand-Père. (mauvais calcul pour ce dernier car le lendemain, la comédie était programmée)

Mais ! il y a un mais, car alors que j'écris ces lignes je l'entends redescendre l'escalier aux marches grinçantes… comme un zombie qui n'a pas encore retrouvé ses marques, il dort debout.

 

Après la chorale, Olivier

…une nouvelle inscrite qui profitait de ma voiture pour se faire parachuter sur le chemin comme deux autres de ses collègues m'interpelle :

"C'est vous Mr Bitterlin ? Auriez vous un fils qui s'appelle Olivier et qui aurait la quarantaine ?… C'était le copain de mon fils et je me souviens avoir été chez vous après une fête qui lui a laissé un grand souvenir."

Ma réponse a jeté un froid et l'ambiance était au recueillement…

Après plus de vingt ans Olivier fait encore parler de lui et je suis son père.

Sylvie, débordé par son administration, m'a appelé ce soir pour me dire, qu'au lu de ses courriers, je n'avais pas été très gentil avec son petit frère.

Etait ce son impression ? Sans doute puisque avant notre échange de ce matin il restait réservé.

Dois je m'excuser ?

Bises ++

Parle moi, si tu veux de Présidentielles j'aimerais savoir où tu en es et si Le Pen a des chances d'arriver au second tour...

 

En Normandie

Le 16 - Me voici installé pour quelques jours à Yvetot en Normandie. Devant la fenêtre, la campagne... J'ai trouvé une bonne place pour mettre l'ordinateur et suis ravi. La terre est à portée de mes doigts...


Ce n'est pas le même paysage qu'en Provence ! Ici c'est la verdure, les gras pâturages, la brume et le froid humide.

Lundi Il a neigé ce matin et il reste quelques traces blanches dans la prairie sous ma fenêtre. Il serait temps que le printemps s'installe maintenant.

 

Voici quatre jours que je vis enfermé…

Je suis bien pourtant ! C’est un peu la vie que je pressentais, une sorte d’antichambre…

Je me sens proche de la campagne qui est à portée de mon regard mais une campagne proche de la cité et de ses égouts. Pas d’animaux ! Quelques rares corbeaux sinistres. Les bœufs semblent encore enfermés ou vendus à la boucherie.

Françoise me regarde regarder le ciel normand toujours changeant. Peut être s’interroge t elle sur ce qui se passe dans ma tête. Je reste souvent ainsi, de longues minutes, comme si j’y cherchais le passé qui remonte pour moi dans ce pays.

Les noms des gens d’ici me semblent connus, ils évoquent des situations vécues mais je ne reconnais plus personne. C’est une ambiance à la Maupassant, des suicides fréquents…

Les amis que je connaissais bien et que je fréquentais, vieillissent encore plus vite que moi me semble t il ; les jeunes m’ignorent.

Une visite aujourd’hui chez Daniel et Monique me confirme que je ne suis plus en phase. Plus âgés que moi, ils s’accrochent ensemble et avec vitalité à leur environnement qu’ils n’ont pas quitté. Installés dans leur appartement confortable depuis peu, satisfaits mais menacés dans leur santé (surtout Daniel), ils semblent ne pas se poser trop de questions.

Colette F., dont j’appréciais le regard lucide sur les situations compliquées, devient presque aveugle. Elle passe son temps, ne pouvant plus rien faire d’autre, à donner de ses nouvelles par téléphone aux nombreux amis qui l’appellent et voudraient la sortir de ce mauvais pas.

 

Promenade hygiénique dans les bois de Maulévrier

Au programme ce matin : un tour dans " le bois " !

En levant le nez au dessus de l’écran, la campagne boisée pourrait bien faire l’affaire mais non il a fallu prendre la voiture pour atteindre les collines des environs de Caudebec au travers desquelles la Seine s’est frayée une vallée et réalise des méandres à n’en plus finir.

Je n’ai pas regretté. Françoise souhaitait remplacer sa rando du jeudi. Comme elle, j’apprécie la nature et elle est encore en tenue d’hiver en ces premiers jours de printemps.

Certaines zones fort bien entretenues dégageaient les sous bois et permettaient d’admirer les grands arbres qui ne ressemblent en rien à la pauvre végétation du Sud où la terre ingrate est grillée par le soleil et assoiffée une grande partie de l’année. Moins majestueux peut être que les forêts allemandes mais avec un petit air vieillot que les Nordiques pourraient envier.

Nous avons rencontré un vieux cratère qui coupait le chemin en lui faisant faire un détour. Affaissement de terrain ? Je pense plutôt à une bombe perdue lors de la dernière guerre, une de celle qui ont ravagé Yvetot en 1940.

Au loin les bruits des tronçonneuses nous assuraient que nous n’étions pas au bout du monde mais nous n’avons rencontré âme qui vive sinon le cheval, encore recouvert de sa fourrure hivernale, dans son enclos. Il semblait ravi de goûter les quelques poignées d’herbe que nous lui avons offertes.

Nous avons rencontré un vieux cratère qui coupait le chemin en lui faisant faire un détour. Affaissement de terrain ? Je pense plutôt à une bombe perdue lors de la dernière guerre, une de celle qui ont ravagé Yvetot en 1940.

Au loin les bruits des tronçonneuses nous assuraient que nous n’étions pas au bout du monde mais nous n’avons rencontré âme qui vive sinon le cheval dans son enclos, encore recouvert de sa fourrure hivernale. Il semblait ravi de goûter les quelques poignées d’herbe que nous lui avons offertes.

 

Le petit Nicolas et Louis

Ce soir nous étions à Sassetôt, Sassetot le Mauconduit (je refuse toujours de prendre le volant pour aller là bas…) Benjamin souhaitait quelques conseils pour tailler ses rosiers et groseilliers qui avaient pris une ampleur inconsidérée, d’être laissés à l’abandon ces dernières années. Nous avons fait le tour du jardin, armés de cisailles de fortune et … ça a " dégagé ".

Rentrés après avoir pris un bon bol d’air sur les flancs ventés du plateau cauchois, Louis m’attendait pour m’inviter à " jouer ". Pas à n’importe quoi ! S’étant construit dans sa chambre une cabane qu’il habitait comme Diogène son tonneau, en magicien, il " consultait ". Je devais me trouver des problèmes qu’il était susceptible de résoudre de la meilleure façon. De bonne grâce, j’ai improvisé des ennuis éléphantesques qu’il a effectivement réglés en un tour de magie.

Aussi étonnant que le petit Nicolas que Caroline Cartier a fait parler dans son " Quartier libre " et que Sylvie me recommande d’écouter ce soir.

 

Echanges

"DALI dans l'inspir" Gérard :

"Nous vous joignons un fichier sur Dali, remarquable et inspiré.

A très bientôt, dans le Bonheur de se revoir, nous qui ne sommes jamais séparé !"

"Oui merci Gérard (jamais séparé ou Nadia) !
J'ai trouvé aussi ce diapo sur Dali très bien fait ! C'est un plaisir, je trouve, de voir ces compositions."

Aux Malentendants :

"Ces faits de la vie de tous les jours, agréablement présentés, me paraissent bien intéressants pour se rendre compte des difficultés des Malentendants.
Pour moi c'est l'ordinateur qui me permet de trouver aisément le contact avec mes correspondants connus ou inconnus. C'est seulement dans un temps différent mais dans un même esprit de fraternité.

A Maurice pour son site Voyage en 201 en 1956

www.tourfrance-201.fr ", si tu veux mettre un avis ?                                                      

"Ravi d'inaugurer les commentaires de ce blog tout à fait réussi.
Qu'imaginer d'autre comme note que 20/20 ?


C'est vivant, réaliste, et méritoire. Oui les jeunes de l'époque et ceux de chez Renault en particulier en avait dans leur sac pour se lancer dans ce tour de France en 201."

Oui je regarde régulièrement ce site. http://charlesdelcourt.canalblog.com/

C'est original mais un peu trop professionnel !

Comment apprécier la valeur d'une photo ?

Nous partons en fin de semaine à la Réunion ; nous tâcherons d’en faire de belles nous aussi.

Le 27 Oui je suis sur place, sommes rentrés ce midi à Aix.

J'ai du interrompre ma prise en mains du jardin à cause de la pluie.

C'est tout de même trop fort ! On s'est gelé sous la pluie la semaine dernière en Normandie et en partant hier un soleil de printemps. Hier et ce matin nous traversons la France avec un ciel tout bleu et en arrivant à Avignon les gouttes commencent.

Ici je trouve un terrain tout sec mais le ciel ne nous accorde que quelques éclaircies cet après midi. Alors je retrouve mon ordinateur... (L'orage n'arrivera pour nous que le 29.)

 

Vers la Réunion,

A l’aéroport emmenés par JPhi et Cordula qui étaient en visite après leur installation à Munich, nous arrivons bien sûr, avec deux heures d’avance mais il fallait être absolument à 16h sur place et si possible en avance… Je suis résigné au stress de Madame mais un peu inquiet d’avoir du laisser Thérèse toute seule à la maison en attente de son frère Etienne qui exact d’habitude, avait pris du retard.

Nous étions largement les premiers et nous installons l’ordinateur qui permet à Françoise de commencer à se mettre à jour et moi de démarrer le journal de bord. Alors qu’elle va faire un tour et est ravie de se faire draguer par un policier..

Avant donc de prendre mon tour sur le clavier j’appelle au téléphone Anne Françoise à qui j’avais confié Thérèse. Pour me rassurer elle monte à l’étage voir si Thérèse était encore sur place mais elle s’était débrouillée pour ouvrir la porte à son frère et partir sans alerter la maison.

Apparemment il s’agit d’un gros transport car la grande salle d’attente de l’aéroport se remplit et nous nous apprêtons à passer une nuit.. blanche.

Françoise s’est occupée de tout organiser le voyage elle a pris contact d’abord avec Noël A et avec Fernande ensuite qui doit nous accueillir. J’apprécie de n’avoir eu à m’occuper de rien en toute confiance. Si j’avais été tout seul, je me demande si je me serais décidé à partir.

Les signes

Les photos "de famille" rue F Léger,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avril

A la Réunion *

Famille Maison voir *

Sacré vote ! *

Une année pas comme les autres *

Ce que j’écris *

ce 25 avril à JPhi *

Vers St Vaast la Hougue *

Une visite étrange *

A St Malo *

A la Réunion

De façon inhabituelle je commence mon journal le 16. Je concentrais mes efforts sur le voyage à la Réunion

Famille Maison voir

J'ai bien du mal à réaliser que, pour la maison, ma façon de penser et d'agir ne convienne pas toujours aux uns et aux autres.

.

Françoise écrit de son côté : *

 

Sacré vote !

Ce matin, je crois que je me suis enfin décidé pour un candidat.

J'abandonne à regrets Ségolène qui me faisait espérer un renouveau dans le paysage politique ne serait ce que pas sa condition de femme. Mais en fait je la trouve enfermée dans un appareil PS peu rassurant et pas assez à gauche. Alors, tant qu'à faire, je ferais plutôt confiance à un centriste et Bayrou semble honnête.

Et en fait, c'est le seul qui à mon avis est capable de battre Sarkosy au deuxième tour. Et malgré tout ce que j'espérais , ce dernier à toutes les chances de passer le premier tour. Or il y a un problème c'est qu'aujourd'hui Ségolène remonte et distance Bayrou donc elle a plus de chances de passer que lui, notre vote risque d'être inutile.

Malheureusement je ne vois pas Ségolène battre Sarko au deuxième tour, nous sommes dominés par la Droite.

Nous avons encore quelques heures pour réfléchir…

Patrice soulève une question importante : devons nous voter pour faire passer un candidat ou bien pour exprimer ce que nous pensons et ce que nous souhaitons pour notre pays. Autrement dit voter utile ou exprimer ses opinions.

Et je me rends compte que de toutes façons mon vote risque de ne pas être utile. Bayrou ne passera sans doute pas et Ségolène se fera battre par Sarkosy.

Le 22, les jeux sont faits pour le premier tour. Cette fois, en majorité, on a voulu voter utile, est ce bien démocratique ? Pour le deuxième tour ce sera, encore, ou la Droite derrière Sarko ou la Gauche derrière Ségolène.

"Je suis un peu inquiet de ce premier tour!

L'avance de Sarko laisse craindre que ce con soit en tête au second tour et alors on prendra pour cinq ans d'un "régime" inquiétant pour la santé.

Que faire pour que Ségolène passe ? Disons qu'elle n'est peut-être pas géniale la Ségolène et j'en conviens, mais en face de l'autre c'est une merveille !!!" (Georges)

 

Une année pas comme les autres

Un hiver doux, un printemps tardif et chaud, des élections qui accrochent, des remous familiaux, un orage se prépare t' il ?

Nous venons de faire un beau voyage à la Réunion. Accueillis et partageant la vie d'une famille traditionnelle nous avons pu connaître le maximum de ce département français si loin et à la fois si attaché à la métropole.

Ce 19 avril commence comme hier. L'herbe est presque grasse, tout démarre, c'est le temps des arbres de Judée et du lilas. Le jardin n'est pas encore sec mais il faut déjà arroser pour donner un coup de pouce ou de pousse à ce qui vient d'être planté. Il me semble croire encore à l'avenir au moins pour le jardin.

Ce que j’écris

Ce que j’écris devient une mémoire pour moi et pour des lecteurs éventuels. J’y puise matière à échanges avec Françoise ou éventuellement avec d’autres correspondants. Je peux afficher des extraits sur Internet. Je peux y revenir et en modifier les termes mais je souhaite que ce ne soit pas sujet de disputes ou de discussions douloureuses.

 

ce 25 avril

Nous partons le 24 et passons donc à ce fameux carrefour où Olivier s’est tué. Je ne rate pas mon quart d’heure de déprime et je ne souhaite pas faire du sentimentalisme pour le 25 avril mais préférerais que l’on n’insiste pas sur ma fête.

A JPhi :

" Nous sommes donc à Yvetot mais nous repartons faire un tour dans la Manche.
Juste pour te dire qu'en ce jour et après être passé sur la route... à Lambesc hier, je pense particulièrement à toi qui m'avait accompagné et qui a vécu des moments douloureux et inoubliables il y a 21 ans ".

Je me fais tirer l’oreille pour m’absenter jusqu’au 7 mai à la perspective de rater la répétition de chant du 2 et le scrutin du 6. J’aurais préféré accompagner Françoise à St Vaast et rentrer plus tôt qu’elle pour me retrouver un peu seul. J’apprécie la vie de couple mais elle arrive à me peser à la longue. Je trouve que le maternage me sera sans doute plus nécessaire dans quelques années.

 

Vers St Vaast la Hougue

Nous passons à Yvetot après une dizaine d’heures sur la route pour la reprendre le lendemain vers le Cotentin.

Contact agréable avec la famille Houdan et Françoise semble heureuse malgré son épaule qui lui fait mal depuis plus d’un mois.

Les promenades le long de la cote à proximité des plages du débarquement de 1944 me font rêver. Dans quelle aventure ces personnes, de ma génération ou presque, se sont lancés ? Autre chose que de voter oui ou non pour Ségolène.

 

Une visite étrange

Avant de rentrer sur Yvetot, nous sommes allés voir Anne Marie D. qui vit en ermite dans un petit coin de la Manche, St Jean de la R. Je l’ai connue à Jouy en Josas, au Montcel, une internat privé, où j’ai fait mes premières armes d’enseignant. C’est un certain Mr Magnin, professeur à l'IREP de Paris où je préparais le professorat d'EP, qui m’y avait introduit. Avec Jacques, responsable des sports, nous  sommes devenu amis. A cette époque et pour soigner principalement leur fille Elisabeth des suites d'une polio, il s'est lancé dans la kinésithérapie.

C’était dans les années 58-60. Elle, était alors professeur de lettres mais ne bénéficie maintenant d’aucune retraite si ce n’est d’une petite pension de son mari.

Elle communique par téléphone exclusivement. Après avoir refusé longtemps, comme beaucoup, l’utilisation d’un ordinateur elle avoue maintenant qu’elle va probablement s’y mettre.

Je correspondais par courrier postal sporadiquement avec elle mais nous ne nous étions pas vus depuis quarante ans au moins. Si sa silhouette a beaucoup changé elle a toujours la même voix très jeune ; c’était un petit bout de femme bien frêle, originaire de Franche comté et maintenant elle est pleine de rhumatismes.

 

A St Malo

Nous avions pris rendez vous et là encore c’est un voyage dans mes souvenirs que

nous avons entrepris. Retrouver la Bretagne et les souvenirs de famille.

En voyant ma marraine je retrouve sa mère il y a cinquante ans …

Quelle importance, vraiment, pour les générations nouvelles ce qui s’est passé à cette époque ? Quand je suis chez moi à Aix, je n’y pense pas.

 

Pour le 1 mai *

Les élections *

L'ordi a lâché *

Petit problème pourtant : *

Au lycée de Valabre *

Aluze à Cath et à ThM *

Retrouvailles avec Gérard et Nadia, une histoire de cœur. * *

Mon regard (avec Gérard) *

Les tensions de Françoise *

Mai

Pour le 1, préparation des élections à Yvetot

C'’était la fête au 25 av F. Léger, pour son anniversaire. Le beau temps exceptionnel aidant les enfants et petits enfants se sont éclatés dans la maison de la grand-mère.

Raphaël et Guillaume très engagés derrière Bayrou ont beaucoup parlé des élections. Françoise passe volontiers de longs moments à discuter avec eux mais j’ai été déçu qu’elle n’ai pas tenu à voir avec moi la totalité du fameux duel Sarko-Ségo le 2 mai à la télé. C’était un rendez vous avec vingt millions de nos contemporains et une occasion unique d’évaluer les candidats. Si Ségolène s’était bien préparée, j’ai trouvé la prestation de Sarkosy irréprochable ; sa formation d’avocat lui a facilité la tâche. Je n’approuve pas ses idées et sa politique de Droite et, bien que suffisant, je trouve, il était redoutable. A n’en pas douter il a eu l’avantage. Ségolène a montré sa force de caractère, son humanité et ses faiblesses. Elle se sera bien défendue. Je continue à croire qu’elle est porteuse d’une chance de changement. Je voterai pour elle, certes mais il me semble que ce sera pour une cause perdue.

 

Les élections

Je suis déçu du résultat. Malgré son arrogance qui cachait ses faiblesses Ségolène était notre espoir. Nous aurions peut être eu la Politique vue par une femme ! Mais occupons nous des législatives !

Pour moi Sarko représente la défense des nantis et des privilégiés.

Il commence à faire parler de lui... en passant trois jours de vacances sur le yacht de Vincent Boloré et après s'être reposé au Fouquet's. Guy Carlier, ce matin (10 mai), était incisif comme pas deux.

Bien sûr les dirigeants de Gauche protestent bêtement mais ils en auraient fait autant. Sarkosy a au moins le mérite de vivre en conformité de ses opinions. Pour moi je trouve scandaleux de vouloir rassembler et gouverner en soutenant les inégalités.

 

L'ordi a lâché

L'horizon s'éclaire un peu. Même si rien n'est réglé encore.

Françoise (c'est son anniversaire aujourd'hui...) revient de consulter un chirurgien car elle avait toujours très mal à l'épaule depuis deux mois. Il lui faut de la rééducation... et un traitement médical à base de piqures.

L'ordi ne veut plus redémarrer ! Sébastien Vire va s'en occuper mais il n'est pas optimiste.

A Yvetot, juste avant le départ j'avais rédigé une mise au point en 5 parties pour expliquer là où j'en étais. Malheureusement je ne l'ai envoyée à personne et ne l'ai pas sauvegardée sur mon disque externe. Or l'ordinateur portable a lâché tout d'un coup. Le texte était clair, Françoise avait rebondi par écrit, de son côté, en modifiant ce que je disais à sa place et j'avais l'intention de le mettre au point avant de le communiquer. Voilà donc que j'en ai perdu les éléments et que je ne suis pas sûr de les retrouver ni dans ma tête ni ailleurs.

Les élections perdues pour la Gauche m'ont laissé un goût amer. J'avais voté Bayrou au premier tour pour aller dans le mouvement qui avait une chance de battre Sarko mais comme prévu, ce dernier a été le plus fort et le Centre comme la Gauche se trouvent à la dérive. A l'image de trop d'électeurs Françoise a mis le bulletin fatidique dans l'urne et il nous faut assumer des choix politiques différents.

Il nous faut aussi gérer le double domicile Aix-Yvetot qui reste pour le moment en suspens.

  1. La maison de Françoise reste inhabitée la plupart du temps et risque d'être une charge luxueuse à assumer.
  2. Les trajets sont longs, fatigants et onéreux.
  3. A l'Escoubaïre l'atmosphère est encore lourde et la place de chacun mal définie. Si je ne me sens pas indispensable, j'ai l'impression que l'équilibre repose sur moi. Quand je n'y suis pas, Flavie fait de son mieux pour le jardin mais pour cette raison aussi c'est dur pour moi de m'absenter.
  4. Notre entourage ne sait plus où nous trouver pour faire d'éventuels projets.
  5. Françoise reste très accrochée à Yvetot pour être proche de ses enfants et petits enfants mais de moins en moins intégrée à la région. Alors qu'à Aix elle s'est entourée d'amis sympathiques qui ne veulent plus la lâcher. Si elle ne se sent pas tout à fait chez elle à la maison elle apprécie d'y habiter et n'est plus pressée de s'en retourner au Nord.

 

Petit problème pourtant :

Anne Françoise m'a passé un savon amical ce matin. Elle m'a invité à déjeuner ensuite pour l'anniversaire de Matthieu donc tout se passe relativement bien.

Elle m'a reproché, dans les fichiers joints de faire facilement des "généralisations" .

D'après elle Matthieu est vexé et démobilisé parce que j'ai osé écrire qu'il n'était pas très généreux.

Que faire pour réparer cette inexactitude dans la généralisation ? C'est vrai qu'il rend parfois des services bien utiles sans les comptabiliser. Donc je fais amende honorable.

 

Au lycée de Valabre

Nous avons eu une très belle journée.

Nous avons passé ce dimanche à répéter un concert que nous donnerons en juin. Après une série de week end depuis deux ans avec les chorales de la région nous prenons bien du plaisir avec ce Magnificat de Reutter

Voici donc la page photos pour aujourd'hui 13 mai : (clic)

 

Aluze à Cath et à ThM

Merci beaucoup de nous avoir invités à cette fête bien réussie. J'ai été ravi de mettre à jour mes connaissances de la famille Perret et de tous vos enfants et petits enfants.

Je suppose que les photos du week end t'ont plu car tu ne m'en dis rien...

Merci aussi pour ton message détaillé (je dois dire que je n'en avais plus l'habitude...) Les confitures de Françoise, qui a réalisé 12 pots contre 19 pour Odile, sont très bonnes, malheureusement pour sa fierté un peu liquide...

J'envoie un lien pour la dernière page photos d'ici que je viens de réaliser : clic

Nous discutons avec Françoise au sujet de sa maison à Yvetot. Mon avis est qu'elle pourrait sans doute la louer au moins pour les vacances. Par Internet on pourrait sans sans doute des citadins, en immeuble par exemple, qui seraient bien contents d'avoir la proximité de la campagne ? Qu'en penses tu ?

Gérard, une histoire de cœur. *

Nos voisins presque les plus proches, nous ne nous étions pas vus depuis quatre ans.

Il faut dire qu'en septembre 2003 Gérard s'est fait opérer du cœur. Une transplantation qu'il attendait depuis plusieurs mois et qui devenait de plus en plus urgente.

Plus jeune que moi de six ans, nous avons la particularité d'être nés le même jour de l'année. Alors que je la pressais, Nadia nous a raconté cette épopée dans les détails. Gérard retrouve une vie normale seulement depuis quelques temps. Il paraît se porter à merveille tout en prenant des précautions qui apparaissent un peu décalées : il ne doit pas faire de mondanités avant les beaux jours alors qu'il reçoit chez lui des stages de plus de 30 personnes et impose une distance pour éviter les virus du fait de son immunité diminuée, la poignée de main de rigueur. Il affiche et annonce une satisfaction évidente d'être sorti d'une situation qui le menait au tombeau à brève échéance. En quelque sorte il a réalisé ce qui semblerait un de ses rêves favoris : devenir un être d'exception ; on pourrait dire un zombi et ce avec le concours de la science médicale.

Je connais son parcours depuis les années 80 ; chef d'entreprise, il fréquentait le milieu de l'Analyse Transactionnelle et je le voyais venir ici régulièrement en "costume". Je me souviens des démêlés qu'il a rencontrés avec le président de l'association du moment, des affrontements entre psychopathes dominateurs. Après avoir pris sa retraite assez tôt il s'est consacré à la construction de son domaine, aux randonnées, aux études religieuses et à l'ésotérisme. mais son cœur a montré des signes de faiblesses…

Muni d'un cœur "en or", avec Nadia, ils mènent maintenant une vie délivrée des soucis matériels, qu'ils veulent affranchie des contraintes du temps. "Tout est là" dit il.

 

Mon regard (avec Gérard)

Gérard, à qui j'ai communiqué mon texte, n'a pas vraiment apprécié…

Je m'interroge. Mon regard est il dur, déformé, malsain ?

Je lui demande de ne pas prendre mal mes expressions…

besse gerardnadia a écrit :

> Ne t'inquiètes pas, il y a fort longtemps que je remets les projections personnelles de mes interlocuteurs a leur place et que je ne m'identifie pas à elles ! C'est en plus un bon moyen d'exercer de "LA COMPASSION" et de voir ou on en est !

"Merci de ta compassion ! il n'empêche que nous pourrions discuter en tête à tête car l'autre soir, quand tu me posais des questions sur moi, je trouvais qu'il était bien tard pour y répondre."

Je me mets en retrait (encore plus du fait de ma retraite) des êtres et de leurs activités. Je me sens proche des enfants comme s'ils étaient eux mêmes proches de là où je vais. Je me sens plus d'affinités pour les personnes en difficultés que de celles qui réussissent. Mes centre d'intérêts sont très limités, mon horizon aussi.

Vue de ma fenêtre, Françoise, bien qu'elle le conteste, ne semble pas en accord (de cœur) avec moi. Elle se démarque de plus en plus de ce que je vis et je me demande ce qui la tient encore près de moi. Ses attaches, ses activités différent des miennes. Elle est lumineuse, certainement ! Elle échange avec moi, certes, comme elle le fait si bien avec tout le monde. Je me sens à l'aise avec cet aspect d'elle même mais où sont les engagements de fin 2004 : "Je resterai bien tranquille avec toi là où tu seras" (c'est ce que j'avais compris) ?

Les tensions de Françoise

Nous avons des discussions houleuses ce matin dans lesquelles je suis continuellement mis en cause. C'est peut être le prix pour me mobiliser mais je tente d'y échapper. J'aimerais ne pas être trop bousculé.

La personnalité "Taureau" de Françoise est différente de la mienne. J'admire la façon dont gère sa vie et je refuse de prendre les responsabilités de ses agissements, par exemple pour habiter à Aix ou à Yvetot. J'ai un lourd handicap celui d'être bien plus âgé qu'elle ; je peux m'adapter provisoirement sans peser sur son avenir. Elle ne comprend guère que je garde une certaine distance

De nouveau à Yvetot fin mai

Nous sommes bien arrivés en Normandie pour quelques jours. J'ai accompagné Françoise qui avait un décès dans sa famille.

Le temps est gris et froid aujourd'hui ! Je suis couvert comme en hiver. Des alternances de soleil qui fait éclater le paysage et d'averses qui le nourrissent.

Comme l'ordinateur portable est en panne nous avons transporté le fixe ici et nous avons réussi (avec un peu de mal) à nous connecter. C'est tellement confortable quand tout marche ! Pourtant le son ne fonctionne pas.

 

 

Juin

Journal juin *

En Normandie *

De retour *

La conversation *

La politique à hurler. *

Dialogue avec mon jardinier *

Les Thérèse *

Gros orage ce matin *

Si je n'existais plus … *

Nous avons chanté le Magnificat *

Yoga *

Peymeinade *

Sacré portable ! *

Mariage CJ du samedi 30 *

En Normandie

"Nous sommes bien arrivés en Normandie pour quelques jours. J'ai accompagné Françoise qui avait un décès dans sa famille.

Le temps est gris et froid aujourd'hui ! Je suis couvert comme en hiver.

Comme l'ordinateur portable est en panne nous avons transporté le fixe ici et nous avons réussi (avec un peu de mal) à nous connecter. C'est tellement confortable quand tout marche bien !"

Ce dimanche 3 qu'il fait beau ! A peine la pluie cesse que le premier rayon de soleil fait éclater la nature si belle et si luxuriante en ce mois de juin.

Le petit jardin est bien sympathique. Un peu de taille, un peu de désherbage après une pratique de yoga et je reprends le clavier pendant que Françoise est partie à la messe. Là je ne l'accompagne pas, je sens mal le regard critique de l'environnement catho et je préfère rester un peu seul.

Hier je suis allé faire quelques visites impromptues, au Clos Pierrot, au moulin de J.Marie G., chez les amis Colette et Marcel, et enfin faire un coucou à Colette P.

Petit à petit je vais pouvoir me détacher de l'Escoubaïre ; je me le dis intérieurement mais dès que je suis sur place à Aix, je me sens encore très important alors qu'à Yvetot je suis vraiment en retraite. Et puis il y a ces déplacements, longs et onéreux.

Comment Françoise va t elle occuper sa maison ?

Et moi de l'Escoub en attendant qu'un nouveau statut lui soit donné, société civile immobilière ou prise en mains par un propriétaire ?

 

De retour

… à mon bureau, je me précipite sur la déclaration d'impôts en ligne. C'est une formalité plus facile grâce à la technique Internet et aux imprimés pré remplis et simplifiés.

J'ai retrouvé le jardin abondamment arrosé par les dernières pluies qui ont gêné Anne Françoise et les enfants dans leurs travaux de rénovation des peintures du bassin.

Elle, prépare la fête pour la communion de Camilla dimanche prochain. La communication étant un peu difficile ces derniers temps, j'ai du mal à suivre son programme et j'avais oublié cette manifestation. Tout est rentré dans l'ordre maintenant, nous avons repoussé la réunion programmée avec nos amis et la famille va pouvoir occuper le jardin tranquillement.

C'était l'époque des cerises, Françoise fait des confitures. Nous en avons rapporté de chez Odile à Trémont lors de nos haltes sur le chemin du Nord. Ici les arbres que j'ai plantés sont presque tous morts mais il en reste un jeune près du sable qui a poussé tout seul. Je cueille aussi du tilleul pour ma sœur Thérèse qui apprécie plus ces attentions que les échanges que je persiste à faire avec elle par mail.

La conversation (avec Joseph)

Aujourd'hui 7 belle journée bien qu'on nous annonce des orages. Françoise est partie randonner avec ses amis et je me retrouve avec mes réflexions.

Le soir, 18h, on sonne c'est Joseph qui vient demander l'hospitalité pour la nuit. Je lui tient compagnie en effeuillant le tilleul et il me donne quelques précisions historiques sur le débarquement de 1944 qu'il a vécu et dont il a des souvenirs précis. Puis je vais tondre la pelouse afin que le jardin soit présentable pour dimanche; Françoise ne rentrera que vers 20h30 et je la laisse tenir la conversation ce qui ne l'ennuie pas en général.

 

La politique à hurler.

Alors que je m'occupais de la cuisine… en l'absence de Françoise j'ai le droit d'approcher cet endroit privilégié et il fallait bien que je prenne en mains la préparation de la soupe de Joseph, … j'entends un hurlement. Devant la télé, Joseph conteste la campagne électorale comme si, avec ses cris il avait le pouvoir de crever l'écran. Habitué aux comportements burlesques de notre ami je ne réagis pas

Comme beaucoup de Français, je dois être un brin désabusé. C'est vrai que notre nouveau président, en s'agitant de tout côtés, donne l'impression qu'il va changer le monde.

Le premier tour des Législatives de dimanche prochain s'annonce très favorable à la Droite : une nouvelle "vague bleue" en perspective. La Gauche est morcelée, désemparée, quasiment inexistante. Les riches prennent de plu en plus de place, les pauvres du Tiers monde se noient en tentant la traversée pour ramasser les miettes de notre surconsommation ; la pollution s'accroît.

Est il vraiment nécessaire d'aller voter ?

Les résultats sont pitoyables. Dans leur bonne foi ceux et celles qui ont voté Sarkosy veulent assurer leur position en l'enflant démesurément telle une baudruche. L'abstention a atteint un taux record peut on espérer un sursaut pour le deuxième tour ?

Dialogue avec mon jardinier

C'était une belle occasion pour moi, le jour de l'anniversaire de Laurence d'aller voir le film qu'elle m'avait recommandé et d'y emmener Françoise.

De la douceur, de la tendresse, des belles images prises dans la réalité toute simple d'un retraité de la SNCF amateur de jardin et d'un peintre qui découvre autre chose que la grande vie parisienne. Les deux copains d'enfance se retrouvent pour finir un bout de chemin ensemble.

Darroussin et Auteuil nous font rêver… Bon, je vais aller jardiner et m'occuper, entre autres travaux, de mes dahlias que je cultive religieusement depuis plus de vingt ans (toujours les mêmes, rentrés en hiver, replantés au printemps).

 

Les Thérèse

Je trouve que Thérèse C. semble en forme ces temps ci. Elle se plait à Puyloubier même si l'entourage n'est pas toujours à sa convenance.

Pour les sorties, elle est toujours "partante" et ses rendez vous réguliers chez le coiffeur sont une occasion supplémentaire mais font partie des petits plaisirs qui doivent lui coûter cher par rapport à son budget...

Elle s'est bien remise à la peinture et va pouvoir exposer chez son coiffeur, justement !

A ThM

"Hello Thérèse ! Tu dois être débordée ou tu boudes ?

Comment vas tu ? Quelles nouvelles ?

Allez encore un petit sondage : Françoise me disait récemment de ne pas envoyer de lien sur mes nouvelles pages car mes proches savent bien que je mets à jour régulièrement mon site et que s'ils sont intéressés ils peuvent y aller d'eux mêmes.

Qu'en penses tu ?

Je te souhaite tout de bon et t'embrasse."

"Je ne suis pas d'accord avec Françoise, car, lorsqu'on veut trouver une page en partant de ton site, on rencontre des difficultés. Je préfère de beaucoup que tu nous indiques l'adresse de la dernière page mise à jour, ce qui nous permets d'y aller vite, sans tâtonner. Je suis effectivement assez occupée et n'ai pas de "nouvelles" à donner sur mon quotidien." ThM

 

Gros orage ce matin

C'est une bénédiction d'avoir de belles pluies le 15 juin. Pourtant d'autres inquiétudes persistent avec le mauvais temps : les inondations.

Entre deux averses il est bon de vérifier que les écoulements ne sont pas bouchés. Rien n'est solutionné une fois pour toutes ; il faut sans cesse vérifier et traiter les problèmes qui arrivent. Armé de la pioche il faut dégager les passages d'eau au risque de se faire tremper si l'eau se remet à tomber sans avertir.

Si je n'existais plus …

Sur ce thème j'ai laissé aller mon imagination et j'ai vu plusieurs options dans la vie de Françoise. Après une période conventionnelle de deuil, un retour à Yvetot évident dans un premier temps puis soit une reprise en douceur avec Etienne soit un nouveau partage de vie entre Aix avec Robert (par exemple) et Yvetot et sa famille.

Il me paraît extraordinaire de continuer à vivre sur cette terre à l'âge que j'ai. Mes repères familiaux masculins, mis à part mon grand père Georges, et les aînés de la famille Lamy ont disparu. Certes ma résistance a diminué mais ma forme et mes forces sont presque intactes. Je me sens pourtant menacé à brève échéance, j'en suis heureux car j'aspire à une autre vie tellement plus vaste, sans limites.

Nous avons chanté le Magnificat

Rutter est un compositeur anglais moderne, quel talent ? Etonnamment son œuvre est magnifique. Plus jeune que moi, il est né en 1945 ; je me sens peu de chose… Certains passages ("et misericordia" par exemple) que chantait la soliste m'ont attiré des larmes d'émotion.

Nous étions près de 300 sur la scène à Montfavet, plus que dans l'assistance. Nous avons redonné le spectacle le samedi suivant dans la cathédrale d'Aix. Nous avons bien chanté,Un moment inoubliable, un total succès ! Une acoustique excellente grâce à l'assemblée qui amortissait l'orchestre, près de 600 entrées ! Magnifique !

A Michel Camatte :

"A moi de vous remercier de vos encouragements "cher Maître" !

Votre direction, lors de ces concerts, était prestigieuse et fort agréable."

Yoga

Je pratique seul le yoga, par toujours régulièrement je l'avoue mais pense très souvent au groupe en lui souhaitant la persévérance qui devrait apporter les bénéfices que nous souhaitons tous.

Dès que je me retrouve tranquille je me programme une pratique de yoga que je gère suivant mon inspiration. Me reviennent alors toutes les séances que j'ai dirigées et les groupes que j'aimais beaucoup.

"Merci de me parler du un peu du yoga selon ma demande, dis je à Marie Claude. C'est vrai que c'est un volet de ma vie qui compte beaucoup dans le sens où j'y retrouve un certain équilibre quand tout ne va pas comme je le souhaite."

Je prends aussi du temps sur l'ordinateur qui me permet de rester en lien avec mon entourage.

Peymeinade

Nous étions aujourd'hui 25 à Peymeinade près de Grasse avec Micheline B chez Fr et Fr Serrurier.

François est mon cousin germain, ils sont installés depuis onze ans dans le Sud et ils ont perdu un de leur deux fils il y a cinq ans. Il avait trente ans et un peu casse cou mais il a disparu dans des circonstances étranges. Après la journée j'envoie un mail :

"Je me sens très bien à côté de vous même si la parole ne vient pas si facilement sur place...

Non ce n'est pas un problème de surdité mais de secondarité ! J'aime saisir au delà des mots l'émotion qui est derrière et j'ai beaucoup apprécié que Françoise (de Peymeinade) nous parle de Laurent, François de son jardin, de sa piscine etc..."

Sacré portable !

Il nous a lâché un mois après la fin de la garantie…

Aujourd'Hui (28) seulement, nous apprenons que 650 euros de réparation pour remplacer la carte mère n'est pas une solution réaliste !

Il va nous falloir le remplacer. Bonjour les affaires ! En attendant David, notre bidouilleur, l'a récupéré pour en extraire des pièces utilisables.

Curieuse fatalité quez celle qui s'abat sur ces deux machines, l'une volée sans assurance et l'autre hors service au bout d'un an. Elles étaient acquises à l'usage de Françoise pour communiquer d'ici ou avec Yvetot entre nous !

 

Mariage CJ du samedi 30

Rien à voir avec le chat de Cordula mais la consécration de l'intégration de Françoise à Aix. En fait il s'agit de C.F ; j'avais mal lu les initiales calligraphiées sur le carton qui marquait les places à table. Charlotte, fille de Henri N et Elisabeth, et Frédéric.

Un grand mariage dans la haute société, des gens de l'hôtellerie, du barreau, professeurs d'université, propriétaires terriens ou agents immobiliers mais aussi du groupe de randonnée dont Françoise est une personne incontournable et irremplaçable. Depuis plusieurs jours elle a été le bras droit de la maîtresse de maison, une avocate, à qui elle a prêté main forte avec son sens pratique et son organisation.

J'étais "invité" comme un prince consort (et qu'on sort avec difficultés vu le peu de goût que j'ai à me mêler aux réunions mondaines). Bien mal à l'aise avec mes problèmes d'audition pour me mélanger ou faire connaissance dans un brouhaha incessant. Peu motivé non plus pour aller me trémousser sur la piste de danse, je dois dire que le temps m'a paru bien long.

Dans des moments de bonheur, j'ai tout de même accroché le maire de PSR et l'avocat à qui nous avions confié notre "séparation" il y a une bonne quinzaine d'années.

Et donc, en ce 1 juillet, je ne me pousse pas pour suivre Françoise au rendez vous du lendemain de fête ! Les invités vont continuer sans moi à se régaler (sans fin ou sans faim) avec les pâtisseries qu'elle a confectionnées depuis quelques jours.

 

Juillet

Framiso o o et l'esprit de la Gauche *

Concession Céline *

vers Chamonix *

Encore une bien bonne journée hier à Framiso ! *

La tortue d'eau *

Marc dit à Odile sur Messenger *

Concert à Ventabren *

Matthieu ne se sent pas chez lui *

Michel Bercot *

Magali *

Le retour des montagnes *

Le câlin du matin *

La semaine "stage danse" *

La parole et l'écrit *

Le père Luc *

++ *

Framiso o o et l'esprit de la Gauche

Le 3 - Hier nous sommes allés à Puy Ste Eusèbe (au dessus d'Embrun) passer l'après midi avec les Marchand.

Décidément nous passons des moments bien riches en fréquentant François et Lisette ! J'ai pu justifier mon besoin d'écrire et ma position politique. J'ai entendu Françoise dire qu'elle apprenait la patience à mes côtés… Je n'en suis guère étonné et grand bien lui fasse car cette vertu n'est jamais inutile, ici ou ailleurs.

Avec Jphi (au travail, à Munich, sur Skype)

[10:02:40] Jean-Phi a dit : Au niveau politique, es-tu en contradiction avec Lisette?

[10:03:27] Marc a dit : Oui en contradiction avec Lisette François et Françoise aussi.

[10:04:15] Jean-Phi a dit : Ah oui? A quel sujet?

[10:05:47] Marc a dit : Mais c'était sympathique car ils ont une écoute très bienveillante. Ils m'ont demandé si je reconnaissais que Sarkosy faisait un bon président et si la Gauche pouvait apporter des idées constructives !

[10:07:37] Marc a dit : J'étais le seul à avoir voté Ségolène bien qu'elle m'énerve dans ses discours. Je trouve qu'elle n'a guère les sens de la communication et qu'elle passe très mal.

[10:10:22] Jean-Phi a dit : Je suis tout à fait d'accord avec toi. De plus, hier, je lisais le Financial Time qui est un journal européen (d'origine anglaise) qui décrivait le traité simplifié comme un renoncement à l'Europe et en particulier, le retrait de la "concurrence juste", la fierté de Sarko, qui ne permettra plus à la commission de surveiller les grandes fusions et, donc, d'éviter les monopoles. Ainsi, les braves Français se focalisaient sur leur marchés publics protégés qui s'ouvrira tôt ou tard et ne voyaient pas tout ce que le retrait de cette phrase aller permettre. C'est l'arbre qui cache la foret...

[10:20:42] Marc a dit : C'est intéressant en effet ce que tu écris car pour un non initié c'est dur de percevoir dans quel abîme Sarko nous emmène ! Il en met plein la vue à tout le monde !

[10:26:03] Jean-Phi a dit : Oui, il est très fort en communication et a pris à la Droite dure et l'extreme droite, l'art de prendre l'exemple précis imparable. On ne peut que dire: "c'est vrai" ou "aaah". Mais, dans le fond, ce n'est jamais tout blanc ou tout noir...

[10:31:01] Marc a dit : Tout à fait !

[10:32:00] Cordula & Jean-Phi a dit : Tu vois ? Je suis bien le fils de mon père!

[10:38:12] Marc a dit : Pour ma part, hier, je défendais l'esprit de la Gauche comme une volonté d'attention aux démunis, un souci de justice et fraternité bien qu'elle ait encore beaucoup de chemin à faire. En tous cas un refus d'accepter une politique de Droite que je vois comme favoriser d'abord les privilégiés pour enrichir éventuellement les autres ensuite.

[10:38:42] Cordula & Jean-Phi a dit : Oui. Encore d'accord.

 

Concession Céline

Alain Viel me signale que la concession sur la tombe de Céline arrive à expiration.

Je suis bien embarrassé. Je n'étais pas préoccupé de cette question, je dois dire. Pour un peu j'aurais pu m'occuper directement de cette affaire mais Françoise a préféré aller en montagne que de venir à Yvetot en début du mois. Ensuite elle reçoit ses petits enfants ici à Aix.

Pour moi j'arrose mon jardin tous les jours...

vers Chamonix

Je suis seul jusqu'à lundi ou mardi. J'ai demandé à Matthieu, ce matin, de programmer une mise au point avant les vacances. Les enfants partant à Pourrières deux jours nous pourrons nous rencontrer demain.

Comme l'année passée Françoise s'est programmée, avec ses amis, une randonnée en montagne de plusieurs jours. Elle doit aussi y rencontrer ses enfants, la famille Houdan, qui prennent leurs vacances avec Etienne, comme dans le temps, avant 2004. Cette année là a été un tournant important dans leur vie de famille. J'ai longtemps cru que la situation n'était pas irréversible et qu'ils pourraient retrouver tous les deux un modus vivendi. Etienne n'est pas souple pour le moins et Françoise est Taureau, autant dire que ce n'est pas facile d'arrêter cette dernière dans son élan.

 

Encore une bien bonne journée hier à Framiso !

J'y suis retourné tout seul. C'est une mise à jour, un ressourcement pour moi. Je me suis arrêté sur la route pour acheter un melon, prometteur par son odeur, était il satisfaisant ? Je n'y ai pas goutté.

De nouveau nous avons parlé de "territoire d'intimité" . même si je ne veux rien cacher je dois m'attacher à m'en préserver un.

Odile m'envoie le fichier sur les affrontements enfants parents "l'archéo prurit des anciens adolescents". C'est une belle description et une explication des propres difficultés de l'auteur(e). Je vais méditer dessus.

 

La tortue d'eau

Il y a une dizaine d'années, avant les vacances d'été, Lambert nous avait confié deux petites tortues d'eau qui risquaient de s'ennuyer dans le minuscule aquarium de l'appartement parisien.

Elles se sont fort bien adaptées aux bassins du jardin en restant sous la glace l'hiver.

L'une a grossi deux fois comme sa compagne qui est sans doute un mâle.

Il semblerait que, pour la première fois elle cherche à se reproduire et à poser des œufs.

 

Marc dit à Odile sur Messenger

marc dit :

Ici c'est grand beau ! Les enfants partent pour une semaine avec une dizaine de vélos dans la remorque ensuite ce sera une période de foule et d'agitation dans la maison. Il y aura des enfants partout ; les cousins Charbonnier et autres pour un stage de danse organisé par Matthieu.

 

Concert à Ventabren

"Alors ! Je suppose que tu es contente de cette soirée hier dimanche à Ventabrun. C'était tout simple et bien sympathique ! dis je à Josette.

Pour moi j'ai été très intéressé de voir votre travail et j'ai bien aimé les "spirituals"

Après avoir récupéré la voiture menacée nous n'avions pas trop le cœur à retourner papoter. Je suppose que tu as retrouvé tes amis et que tu ne nous en veut pas."

Josette répond :

"…Ce sera un bon souvenir, maintenant que j'ai accepté les évènements tels qu'ils se sont passés. Le lundi soir 9 juillet, après une journée de réparations symboliques multiples, j'avais une pêche d'enfer. J'ai eu aussi un échange de mails avec Gilles, qui ont fini de me rasséréner."

 

Matthieu ne se sent pas chez lui

En fait je ne crois pas trop qu'une réunion entre frère et sœurs pourrait arranger les choses. Mais plutôt une personne de l'extérieur. C'est pour cette raison que j'ai alerté Marie Jo. Pourtant je me demande, ce matin, si je ne projette pas mes phobies, mes craintes sur l'actualité qui n'est sans doute pas si noire. Je m'inquiète un peu de la réaction que pourra avoir Marie Jo même si elle est bien disposée.

Je téléphone à Suzie pour la tenir informée de mes craintes et je rappelle Matthieu pour le lui dire alors qu'il se gèle avec ses enfants dans la région bordelaise.

J'envoie un mail à Marie Jo :

"Cette nuit me sont revenues les histoires de famille et leur actualité.

Je suis un peu inquiet, cette année, sur "l'ambiance" à l'Escoubaïre. Matthieu a été secoué, semble t il, par la façon dont j'ai remué les relations avec les uns et les autres qui fonctionnaient bien en apparence mais sur des non dits.

Nous pourrons en parler de vive voix évidemment si le sujet t'intéresse mais je crains qu'Anne Françoise se sente mal à devoir naviguer pour tenir le cap sans avoir les commandes. Il y a quelques ressemblances avec 1985-86. Il est bien possible que la famille Delenne s'organise pour aller habiter ailleurs.

Il serait peut être bon qu'elle te fasse confiance pour l'aider."

 

Michel Bercot

"J'aimerais bien que, dans ton blog ou autrement, dis je à Anne, tu reviennes sur "Michel", pour faire le point sur ce qu'il a laissé, le fruit de son travail et de son enseignement. Bien sûr c'est comme tu le sens toi !"

Magali

Alors que, en l'absence de Françoise, Bernadette (V.) vient partager une soirée avec moi je lui présente la page Magali * que je réalise en un temps record le mardi matin de 7h à 8h.

La visite de Magali et la journée passée ensemble m'ont ravi. Une fantaisie de jeunesse (à côté d'elle, dans notre visite à la ferme, j'avais l'impression d'être redevenu jeune et intéressant).

 

Le retour des montagnes

Toute bronzée et les traits tirés par le soleil, Françoise est rentrée inquiète de ce que j'ai pu faire pendant son absence.

Nous avons du mal à nous mettre à jour. J'étais loin de me douter que ce que j'ai écrit à Alain V. l'indisposerait tant. " Françoise a préféré aller en montagne que de venir à Yvetot en début du mois." Le thème récurent "Bérangère" a été aussi invoqué et le "territoire d'intimité" discuté sans elle à Framiso est revenu sur la sellette.

Malgré tout j'ai droit aux récits des promenades enneigées avec Henri et Robert ainsi que des émotions marquantes éprouvées sur les grands glaciers.

Le câlin du matin

Levé tôt, j’aime retrouver, dans le jardin, la fraîcheur au lever du soleil. Un petit tour pour dire bonjour à la nature, en laissant sur place, pour changer, le tuyau d’arrosage. Et, si l’eau n’est pas trop froide, un plongeon rapide dans la piscine. Quelques ablutions, des étirements, des respirations, une " salutation au soleil " et je monte la tisane de romarin thym non pas à Romorentin mais dans la chambre à coucher pour la partager avec Françoise encore toute endormie. Quelques caresses, des bisous ...

En forme pour ouvrir l’ordinateur, le vrai petit déjeuner viendra plus tard.

 

La semaine "stage danse"

23 juillet marc a dit :

Ici, Roseline, nous sommes maintenant au calme après une semaine bien remplie. Il fait beau mais avec le vent du Sud qui semble menaçant. Profitez bien de vos petits enfants. Constance qui est en pension chez sa grand mère jusqu'au 1 août avec sa sœur Victoire, vous fait des grands signes avec la main mais vous ne les voyez pas évidemment.

Oui tout se passe très bien. Françoise est bien occupée avec ses petites filles qui prennent toute son attention ou presque.

Nous avons vu beaucoup de monde la semaine passée et les contacts avec les uns et les autres, surtout avec Sylvie, m'ont fait du bien. J'avais l'impression que la maison vivait. Pas tout à fait comme avant car les cousins étaient "logés, accueillis" par Anne Françoise et Matthieu et ils s'arrangeaient avec eux. J'ai manifesté cependant ma solidarité avec le nouveau système et il n'y a pas eu de fausses notes apparentes. Pourtant les invités hors famille de la fête du samedi, Dagatti, amis des Pierre Delenne, enfants Legoanvic, affectaient de ne pas me connaître. David était de bonne humeur et, avec Laurence, ils ont pris de belles photos dont j'ai fait quatre pages et, pour ménager les susceptibilités, j'ai fait bien attention de ne pas afficher celles qui concernaient la famille Anciaux…

 

La parole et l'écrit

Jean Phi, qui a trouvé une autre entreprise, et Cordula se sont décidé à s'installer à Paris en octobre. Il nous a envoyé une belle vidéo pour l'annoncer. Encore une aventure pour eux.

"Ta parole est Vérité"… La mienne est ma vérité du moment… mes écrits devraient rester un peu plus longtemps. Je voudrais que ce que je rédige, sans faire de l'exhibitionnisme, puisse être lu par qui s'intéresse à moi. Je supporte difficilement avoir à me censurer mais je dois veiller à ne pas faire de provocation en recherchant des stimuli aux conséquences incertaines.

Nous avons discuté tard dans la nuit avec Françoise. Le thème principal était justement de découvrir quels étaient nos jeux (psychologiques) favoris. Pour moi, tout en n'hésitant pas à me montrer sur mes pages, ce serait "Pauvre de moi" . Pour Françoise qui s'étale bien volontiers au téléphone par exemple, ce serait "le tribunal". En fait, nous recherchons chacun à notre façon des stimuli pour compenser les difficultés que nous rencontrons.

Le père Luc

Ce lundi 30 juillet, le père Luc, le doyen de la fraternité est décédé à l'âge de 95 ans. Il est resté solide comme un roc jusqu'à la fin ou presque. J'ai l'impression que le Seigneur qu'il semble avoir servi sans faille comme un bon et loyal serviteur lui avait accordé la grâce de rester sain et vigilant jusqu'au bout. Quelle vie exemplaire et quelle belle fin de vie on souhaiterait obtenir et qu'il a sans nul doute méritée !

 

 

août

Le nouvel ordinateur portable *

Les pages de Josette *

Les changements de l'année *

Fusionnel *

Retour à Aix *

Un cauchemar *

les escargots. *

Confusion dans ma tête. *

Un voyage au Québec : c'est parti ! *

Nous avons quelques discussions et incidents ce 22… *

Rentrée de vacances *

 

Nous sommes en Normandie pour une semaine ; j’ai abandonné les arrosages journaliers qui finissaient par m’obséder et je me sens en vacances.

 

Le nouvel ordinateur portable IBM

Après 24 h de difficultés j'ai réussi à utiliser normalement l'ordinateur qui m'a causé des angoisses. Notre voisin Brice m’avait proposé et vendu cet appareil d’occasion pour remplacer l’ACER qui avait lâché. Cette machine IBM qui date de 2003 me convient en fait bien que je la trouve plus fatigante mais ce n’est qu’une impression. Elle me ménage encore des surprises parfois ainsi, pour éviter les problèmes et beug, je suis amené à l’utiliser en retirant la batterie.

Je n’ai pas réussi, non plus, à bien configurer la messagerie Thunderbird ce qui m’amène a répondre ou envoyer des messages sur le site Orange.

 

Les pages de Josette

A une époque où tout va se régler et se montrer sur Internet, l’attitude de Josette me demandant, bien gentiment je dois dire, de supprimer les présentations que j’ai faites pour elle sur mon site, me parait désuète. Tout en voulant respecter les points de vue de mes amis et proches, j’ai du mal à comprendre. Autant revenir à l’époque des diligences ou mieux aux peintures préhistoriques qui avaient leur charme, il faut le dire.

 

Les changements de l'année

C’est décidé, la compagnie du Passeur quitte Bel Air à Sigonce et achète une maison au pied de la montagne de Lure. Une affaire financière importante mais moins risquée que la négociation du château de la Belle au bois dormant qui était resté le rêve de Sylvie et Yaël.

Jean Philippe a pris, lui aussi, un tournant en abandonnant Munich pour signer un contrat à Paris. Avec Cordula, ils auraient aimé trouver un poste en Provence. En attendant, ce sera, espérons le, un tremplin pour réaliser un souhait qui serait de venir partager la maison d’Aix avec ceux qui y seraient, une solution que je voudrais voir se réaliser.

 

Fusionnel

Je ne sais comment gérer les appétits et la relation avec Françoise qui voudrait s’installer, elle aussi, à l’Escoubaïre. Cet après midi (7 août), par une discussion avec JPhi sur Skype, j’ai eu l’impression d’être compris dans mon mal être. Je disais : " Déjà que je trouve Françoise contrôlante et envahissante (en ce qui concerne ma vie personnelle principalement)... Et, à Yvetot, dans sa famille, je suis une potiche alors que j'aurais préféré être reconnu. On ne se refait pas sa vie si facilement. "

J’aimerais prendre de la distance avant que nous nous sentions mal ou plus exactement vivre plus ce qui nous convient, chacun de notre côté.

 

Retour à Aix

Nous débarquons de nouveau à l'Escoubaïre après avoir eu un temps idyllique à Yvetot alors que toute la France se plaignait du froid et de la pluie. Nous avons fait le voyage en voiture et il est vrai que de la région parisienne jusqu'à Valence c'était plus que couvert...

Laurence, Flavie, Anne Françoise, ont du se relayer chacune leur tour, tous les jours, dans le jardin et se sont donné du mal pour maintenir les végétaux hors sécheresse. Nous sommes loin de l'exubérance de la végétation normande à cette époque.

J'ai repris le tuyau d'arrosage en mains et j'ai fait le tour qui m'était habituel comme pour encourager chaque plante à survivre encore quelques jours.

La vie reprend avec deux autres enfants (Antoine et Espérance). Antoine est étonnant, il semble avoir déjà une grande partie du monde dans sa tête. Je le trouve curieux, observateur, attentif, réfléchi. J'imagine pour lui un avenir très brillant.

 

Un cauchemar

Fin juillet Colette est allée faire un séjour en Normandie avec son appareil de photos. Lors d'une visite qu'elle nous a faite à Yvetot elle m'a demandé de stoker une réserve de ses vues pour libérer sa carte. Très content de rendre ce service à Colette, pour une fois que je suis reconnu dans ma spécialité, je lui fait un beau dossier que je place quelque part sur mon disque externe.

En revenant à Aix je ramasse mes données pour les archiver. Que s'est il passé dans le transfert ? Mystère ! Impossible de remettre la main sur le dossier "Colette" !

Je suis catastrophé de la perte pour Colette et vexé d'en être l'auteur. Je me suis fait avoir tel un débutant.

les escargots.

Au lever du soleil je suis allé dialoguer avec le jardin. Douceur, fraîcheur, c'est bon d'en profiter. Curieusement, prêt à démarrer ma salutation, je me suis vu entouré d'une multitude d'escargots au risque de marcher dessus. Ils retournaient se cacher dans les ombrages après avoir sucé l'humidité de l'herbe donnée par l'arrosage de la veille. Je les ai ramassés mais pour en faire quoi ? Pas de poules à l'horizon pour en profiter. Anne Françoise, au retour des vacances en vélo, semble intéressée et entreprend de les faire dégorger dans une installation de sa confection.

Août à Aix (photos) et http://papamarc2.blogspot.com/ C'est marqué !

Confusion dans ma tête.

Je trouve que le jardin et la maison sont lourds à porter ces temps ci. Les relations avec les enfants (voisins) sont ébréchées. Ils cherchent à vivre ailleurs.

Il y aurait donc urgence ! Jean Philippe m'a fait la leçon hier (13 août). Gentiment mais en m'invitant à faire des choix. Ceux que je distingue :

* Soit continuer à gérer la propriété des enfants et ce avec une espérance de vie de dix ou vingt ans selon JPhi.

* Soit demander à Matthieu et Anne Françoise ou aux enfants en SCI d'assurer la gestion et de me verser un viager.

Françoise, moins motivée pour vivre à Yvetot, "s'installerait" volontiers ici mais je crois que ce n'est pas concrètement possible et je crains d'être envahi par son environnement matériel et familial, moi qui aspire à la tranquillité...

Après réflexions, je ne me vois pas changer de statut dans l'immédiat car rien ne peut se décider, même si la solution n'est pas à écarter, quand à la vente de la maison par exemple. Je continuerai donc à en assurer l'entretien en bon usufruitier. Je demanderai aussi aux nus propriétaires, sans revenir sur le passé, de prendre en charge ce qui leur revient à savoir les travaux d'amélioration et de rénovation des lieux qui s'avéreraient opportuns. Ce que j'assurais jusqu'à présent. C'était l'objectif initial de la fameuse réunion familiale qui aurait dégénéré selon l'estimation de certains.

Un voyage au Québec : c'est parti !

Désireux de changer d'air, lassé de la sécheresse de cette région "surensolleillée", attiré vers mes correspondantes fidèles, une promotion, une offre alléchante et me voici tenté de mettre à exécution, sans attendre, le projet dont je parlais comme d'une éventualité : partir pour faire un nouveau séjour au Canada.

Françoise, toujours partante, n'hésite pas et en quelques minutes nous prenons notre billet par Internet. Une heure plus tard Micheline, de la province de Québec, est prévenue et nous donne son accord pour nous recevoir un jour ou deux.

Nous voici maintenant à préparer activement notre périple à venir, du 7 au 16 octobre. Nous aurions bien emmené Thérèse C. qui est, elle aussi par principe, "toujours partante" mais ses chaussures pointues ne lui permettent plus de faire de grands voyages… Nous nous contenterons de faire, à Marie C. la Québécoise qui la surveille à distance, une bise de sa part.

[10:49:35] Marc a dit : Je me retrouve seul pour la journée et il a plu un peu cette nuit ! Quel événement ! Pas suffisamment pour faire reverdir le jardin assoiffé mais j'ai pu aller faire une belle récolte d'escargots ce matin.

[10:50:46] Marc a dit : Je suis en train de mettre au point mon journal de voyage pour le Canada.

 

Nous avons quelques discussions et incidents ce 22…

Tout se passe fort bien avec nos hôtes de la semaine à savoir la famille Labrunye. J'aime beaucoup les petites filles qui me font craquer et comme moi beaucoup d'autres, Camilla et Joanna notamment.

Françoise avait peur que je me sente envahi comme je l'écrivais plus haut, elle m'interroge souvent sur mon état. J'ai en effet, utilisé cette expression mais dans un sens plus secondaire.

J'accepte volontiers qu'elle se recharge avec ses amis et de mon côté je veux défendre mon territoire d'intimité.

Je peux très bien m'isoler lorsque les conversations me fatiguent. Je ne suis pas souvent disposé à mettre mon énergie à suivre le fil surtout quand on parle fort pour me faire participer. Même quand le sujet m'intéresse comme pour la politique j'ai du mal à m'insérer dans les échanges.

Si elle me trouve méprisant (c'est son expression et elle attribuait à Etienne cette qualification) je reconnais que je suis volontiers moqueur car je supporte parfois avec difficultés, son maternage et ses attitudes contrôlantes.

Détail significatif : après avoir constitué un fichier rassemblant tous les éléments de la préparation du voyage en Québec, je m'apprête, pour les informer de l'évolution du projet, à le communiquer à nos amis Pascal et Mireille qui se joignent à nous pour cette aventure. Françoise proteste, le libellé ne lui convient pas et veut surseoir à l'expédition. Je rédige alors un petit texte d'annulation que je fais mine de leur envoyer et que Françoise reçoit dans sa messagerie. Surprise et tout en se défendant, il me semble qu'elle rit jaune en se rendant compte de son exagération.

Bref, "têtu", c'est le qualificatif qu'avec un peu d'étonnement je me vois attribué. C'est sans doute approprié et peut être en rapport avec un problème d'identification, de survie. Je refuse de me laisser accommoder sur des terrains que je sillonne avec quelque habileté, je pense : la messagerie avec les fameuses copies si pratiques, les pages web. Je cherche à faire passer les informations de façon claire sans réserver de privilèges ou préférences à qui que ce soit, avec le seul souci de ne pas nuire ou choquer.

 

Rentrée de vacances

Les enfants sont revenus à la maison après avoir fait des exploits en championnats de "Course d'orientation" William et son cousin Adrien sont champions de France de course en relais.

Les Certano, après un grand tour en Espagne, ont rejoint aussi le domicile et préparent la rentrée. D'après la carte reçue, David aurait réalisé l'exploit de se laisser embarquer… dans uns randonnée. Sur les photos que Laurence nous a jointes il semblerait que les robes espagnoles ont séduit les filles.

Malheureusement le locataire du mobil home n'a pas attendu la fin des vacances pour passer dans un autre monde. Est ce la pollution ou sa dépendance à la cigarette ? Il avait beaucoup de mal à respirer…

Les fortes chaleurs de la fin août n'ont pas découragé le jardinier qui continue d'arroser sans faiblir afin de garder un peu de verdure. Avec l'aide de Raphaël, et selon le désir de Jean Philippe qui craignait l'ombre du cyprès sur l'appartement qu'il rêvait d'habiter à l'Escoubaïre, le grand arbre qui dépassait considérablement la hauteur de la maison, a été abattu. Du temps où le terrain était complètement nu, Annie, à l'occasion d'un de ses rares passages ici, nous l'avait offert. Je l'avais planté, je me souviens, avec sa motte entourée de paille ; il avait déjà près de deux mètres, c'était en 1978.

Septembre

Dialogue avec les nus propriétaires

Avant de partir d'Aix, début septembre 07, j'ai, (Escoub55555) bien discuté avec Matthieu et Anne Françoise

[21:17:19] Jean-Phi a dit : et ?

[21:18:41] Escoub55555 a dit : C'était cool ! Matthieu s'est radouci du fait que j'ai pris très favorablement son idée de partager la maison pour qu'il se sente chez lui.

[21:19:58] Jean-Phi a dit : tu penses donc à un partage de la maison ?

[21:20:09] Escoub55555 a dit : Je ne pensais pas jusqu'ici que ce soit pratiquement réalisable mais il fait en sorte de me convaincre.

[21:20:54] Escoub55555 a dit : Ils ont cette option ou bien partir dans le Cantal.

[21:22:07] Jean-Phi a dit : bien

[21:23:07] Escoub55555 a dit : Si sa présentation est honnête et juste je préférerais en fait qu'ils restent sur place.

[21:24:16] Jean-Phi a dit : je te comprends.

[21:24:58] Escoub55555 a dit : Maintenant c'est un problème pour les autres nus propriétaires s'ils voulaient vendre la maison pour réaliser eux aussi leur part.

[21:28:37] Escoub55555 a dit : Françoise préférerait que j'investisse avec elle dans un lieu à nous mais je ne vois pas encore comment.

J’accepte donc maintenant l’idée de séparation (ça me rappelle quelque chose…) :

  1. C’est leur désir, semble t'il et celui de leurs enfants.
  2. Ils sont les mieux placés pour gérer les problèmes qui pourraient se présenter pour la maison si je devais quitter le poste.

Il faudra l’aval des nus propriétaires pour entériner le projet que Matthieu devra présenter en détails et chiffré.

Donc, nous repartons pour une nouvelle année de transition et de questionnements. Je vais reprendre la gestion de la salle de groupe jusqu’à ce que nous lui trouvions une nouvelle affectation.

Françoise et moi, comme en 2007, allons résider à Aix tout en nous partageant avec Yvetot. Il sera tout à fait envisageable dans un deuxième temps d’aller s’installer ailleurs en gardant un petit pied à terre à l’Escoub (je pensais à la salle du bas, chaufferie plus cave) si notre choix de lieu est la Normandie par exemple.

Matthieu devra faire en sorte de rendre la partie qu’il choisit indépendante, électricité, eau, chauffage. Ce n’est pas un problème m’a-t-il dit. Il restera cependant des charges de copropriété, à savoir les améliorations et rénovation de la maison plus celles du lotissement dans les millièmes qui lui sont attribués. Il va être urgent notamment de refaire les écoulements des eaux usées de la maison au tout à l’égout. Autant de questions à examiner avec les nus propriétaires pour la prise en charge.

Voilà ! Je reprends cet ancien message pour faire suite.(le 20sept)

Nous, avec Matthieu et AnnFr, venons de faire la passation des pouvoirs pour la salle et nous avons fait une petite mise au point. Je résumerais la situation en disant que rien n'avance pour le moment et que chacun est repris par les activités habituelles de début d'année. Suis sans nouvelles de JPhi ; ils doivent être aussi bien pris par leur déménagement : aux dernières nouvelles ils s'installent à Courbevoie ; lui commence à travailler début octobre.

J'ai été très surpris que Matthieu, du message précédent que j'ai communiqué aux enfants ce début de mois, n'ait retenu que le "si" dans la phrase :

[21:23:07] Escoub55555 a dit : Si sa présentation est honnête et juste je préférerais en fait qu'ils restent sur place.

Sylvie m'a confirmé que ce pouvait être mal interprété en effet et que je dois faire plus attention à ce que j'écris.

Autre point : Matthieu ne veut rien avancer et chiffrer sur le partage de la maison. Il estime que c'est aux nus propriétaires de faire des propositions.

De mon côté je voudrais que soit suivie ma demande de responsabiliser les nus propriétaires par rapport aux travaux de la maison. Par exemple il est urgent d'entreprendre la modifications des écoulements à la sortie de la maison pour rejoindre le tout à l'égoût.

Il y a eu des discussions orales notamment avec Sivi. Il semble que je suis bien seul à faire le point par écrit et de prendre les risques de l'expression pas toujours juste et par conséquent de la mauvaise interprétation. Comment, en effet, présenter clairement la situation sinon la mettre noir sur blanc ?

Sivi propose donc de faire un petit groupe de discussion par mail entre les nus propriétaires et l'usufruitier et dans lequel chacun devra répondre. (Utiliser la mention "Répondre à tous")

Elle lance son affaire

Petit séjour à Yvetot avant la réunion familiale annuelle

Voici quatre jours que nous sommes à Yvetot et j’ai l’impression d’y être depuis bien plus longtemps. Confortablement installés le temps s’écoule tranquillement et en plus il fait beau.

Nous avons emprunté la tronçonneuse de Xavier et de conserve, Françoise et moi, nous avons consacré notre après midi à rendre décente la haie Ouest. Dans cette région ou tout pousse parfois plus vite qu’on ne le voudrait elle avait pris une ampleur démesurée. Il existe des " taille haies " mais il fallait un outil plus conséquent. Et notre intervention a été opérante. Françoise, la fourmi normande a manié l’outil très habilement à mon grand étonnement. Il y a maintenant de quoi faire un grand feu de joie.

Sur le blog

 

Rugby 2007 (Actualités)

Les mines sont déconfites. Quelques minutes à peine après avoir quitté le vestiaire, la défaite se lit sur les visages des joueurs du XV de France comme on pourrait lire dans un livre ouvert. Mais à la mauvaise page. La fête annoncée pour des joueurs qui avaient effectué une préparation de tout premier ordre avec des matches amicaux réussis a tourné au vinaigre. La faute à cette maudite pression qu'ils n'ont pas su gérer. "J'ai encore la boule au ventre. C'est un mélange de colère et de déception. Il y a eu un excès de confiance, un manque d'humilité. Il y avait beaucoup de pression, on a peut-être joué le match avant", confie un joueur, le visage crispé…(agence France Presse)

 

Ecologie alarmiste

http://fabrice-nicolino.com/index.php

http://www.liberterre.fr/gaiasophia/agriculture/desertification/index.html

 

Les bienfaits de la pyromanie

Les feux de branchage ne sont pas autorisés en cette saison dans tout le pays, de Caux compris… Pourtant je n’arrive pas à me débarrasser de mes habitudes qui sont de brûler les branchages coupés. Je ne conteste pas le bien fondé de les emporter à la décharge et c’est parfois bien pratique.
En bordure du terrain, avant la future mise en place du chantier d’extension du lotissement, il a été abandonné un tas de pierraille envahi par la végétation. Nous avons donc un endroit tout indiqué pour y brûler les déchets de la taille.
Dimanche avait été choisi pour cette tâche et les garçons se sont faits un plaisir de participer à leur façon. Armés, chacun, d’un pistolet à eau ils se sont attaqués au feu en tentant de l’éteindre. Bien sur, leurs efforts sont restés vains comme si les flammes se jouaient d'eux et s’alimentaient au lieu de disparaître.
Trois jours après le feu couve toujours dans les profondeurs du tas et une légère fumée dirigée au gré du vent signale le cratère matin et soir.

Sur le blog, le feu : clic

 

De la bonne éducation

Pour l’anniversaire de Guillaume Françoise avait organisé un goûter, bonne occasion pour un rassemblement familial. Antoine., 7 ans et demi, est dépendant d’accès de gourmandise qui lui donnent des audaces. Ces temps ci, il semble manifester de la rébellion envers ses parents alors qu’en vacances chez sa grand-mère, il nous avait apparu curieux, éveillé et docile. Il demande donc, poliment, une part de tarte qui, hors de sa portée, restait seule dans le plat. Sa mère, un peu catégorique, je le pensais alors, lui refuse gentiment cette faveur. Il a beau insister en pleurnichant, elle reste inflexible. Pour ma part, j’aurais volontiers négocié en partageant le bout de gâteau avec d’autres amateurs éventuels.

Mais Grand-mère trouve une solution en proposant au pauvre Antoine en perdition, (la maman a eu peur) une tartine avec de la confiture.

Jardinage au Clos Pierrot

Sur le blog

Ayant proposé mes services comme jardinier aux actuels propriétaires du Clos Pierrot, j’ai été embauché sans hésitations. Une faveur ou ma bonne réputation, je ne me prononcerai pas.
Le rendez vous était fixé à neuf heures. Avec mon nouveau patron, nous avons commencé par faire le tour du jardin en répertoriant les travaux à effectuer. Je me rapprochais avec émotion des souvenirs que j’avais laissés sur ce terrain et qui m’avaient quitté pendant plus de trente ans. Ainsi la pierre tombale perdue sous les arbres de la butte du tournant de l’entrée. J’y avais enterré le chien Ploum que nous avions recueilli blessé à quelques centaines de mètres de là, sur la route. Les enfants avaient adopté l’animal pendant quelques mois mais, malade, nous avions du le piquer. C’était l’époque où Françoise venait garder les enfants pendant la journée dans la jardin, elle se souvient bien de la brave bête. L’emplacement du bac à sable des enfants qu’Alain a remis à jour par hasard en fouillant le terrain pour faire un écoulement d’eau derrière l’actuelle grange qu’il a reconstruit de ses mains. Cet endroit a été retrouvé gràce aux sacs plastiques qui étaient placés sur le sol et destinés à isoler le sable de la terre..


Le mardi 11 sept

(Quel souvenir sur cette date ! En 2001 c'était un mardi aussi - clic)
[12:53:09] Escoub55555 a dit : Bonjour JPhi ! C'est ton pppppppppppppppppppppaaaaaaaapaaaaaaaaaaaaaaaa
[12:53:47] Escoub55555 a dit : J'ai encore passé la matinée au Clos Pierrot. Je m'éclate !
[12:59:19] Escoub55555 a dit : Il fait un temps superbe ici et cet après midi, avec Françoise cette fois, nous allons continuer à tailler les lauriers que j'avais plantés il y a quarante ans et qui sont devenus des arbres, une vraie forêt vierge.
Nous étions contents et fourbus à la fin de la journée mais nous avions mis deux tronçonneuses hors service …

Voir la page photos clic

 

SFR (sacré téléphone !)

Je me suis trompé de rechargement. Je souhaitais un rechargement normal de communications pour la France. Serait-il possible de changer.

Merci de votre réponse.

Est il possible de transformer mes crédits pris dans la méconnaissance et qui ne me servent à rien :

Vers SFR, Europe et Maghreb, Téléchargements.

Sinon je mets mon appareil à la décharge ou je continue à m'en servir uniquement pour avoir l'heure ou un carnet d'adresses. ( aucune réponse)

 

Ce 14 sept

C’est peut être de me trouver à Yvetot qui me rend nostalgique ?

Comme chaque année le 14 septembre je pense à ce que fut notre vie de couple. Voici 45 ans aujourd’hui nous faisions la fête à St Maur Joinville dans des conditions particulières mais ineffaçables.

" Non je ne regrette rien " comme dirait la môme Piaf. Nous avons sans doute réussi notre vie ensemble et dans la séparation ; ceux et celles que nous avons aimés et avec qui nous nous réunirons un jour ou l’autre dans un autre monde, pourraient en témoigner.

Parmi les femmes que j'ai aimées et qui m'ont dit m'aimer, certaines m'ont fermé définitivement la porte, d'autres ont poursuivi des relations plus ou moins amicales avec moi. Aucune pourtant ne me semble avoir été vraiment heureuse.

Ce 14 sept. donc, Françoise est aux anges. Nous sommes allés à Roissy et nous avons ramené Henri à Yvetot après avoir fait une escale à Rouen pour des démarches de Sécurité Sociale. C’est vrai que, dans ce cas, je me sens moins important mais elle est tellement heureuse et fière de son fils…

 

Notre grande réunion familiale

Sur le blog

Notre grande réunion familiale s'est déroulée cette année dans le Pays d'Auge chez Bernard et Fr. Lamy. En fait nous n'étions pas très nombreux en comparaison des autres années.

Nous sommes partis d'Yvetot le samedi après midi après avoir laissé Esther et Henri, avec qui nous avions déjeuné, fermer la maison.

Bernard nous a fait visiter des coins sympathiques qui témoignaient de la richesse du pays étonnamment vert. Des églises, des manoirs que nous avons vus de loin comme celui d'André Gide et, en cette journée du Patrimoine, nous avons eu droit à la visite guidée du Val Richer propriété des descendants de Fr. Guizot. Apparemment c'est une sorte de kolkhoze qui tient contre vents et marées alors que notre famille semble se disloquer quelque peu.

Bien accueillis dans la Vallée des Tanneurs par les Bernard nous avons passé une soirée et une journée de dimanche fort agréables.

Je retiens un bon moment du samedi soir, Christian vantant les mérites de l'oncle Jean et de ses mémoires "Dans la forêt des souvenirs", quatre tomes conséquents, illustrés et mis en pages par ses nièces. L'auteur en a distribué des exemplaires à tous ses proches en les dédicaçant. Quel plaisir, en effet d'apprécier la qualité de sa prose, l'humour, la gentillesse de notre oncle décédé en 1993 à 97 ans. Il y relate avec justesse, doigté, humanité, une grande partie du dernier siècle, la vie de la famille en Algérie et en Métropole ainsi que ses engagements sociaux.

C'est alors qu'à plusieurs reprises et d'une façon incongrue, Pierre lance à Christian "Il faut que tu lises "Aumônier de la France libre". (René de NAUROIS, Éditions Perrin) …

 

St Machin

Sur le blog

Pour moi une ombre ; j'ai du perdre mes lunettes correctrices de soleil pendant les différents déplacements lors de notre parcours du Pays d'Auge. Pour mes sœurs Odile et Thérèse pas de problème, St Expédit va faire son travail, il suffit de l'implorer et de bien chercher partout… Hélas nous avons eu beau retourner le dimanche sur différents lieux visités nous n'avons rien trouvé. Qu'à cela ne tienne le St Machin n'est pas pressé il suffit d'y croire et de continuer les recherches.

Par chance il ne demande rien en gages comme St Antoine qui est surchargé paraît il. J'ai pu croire un moment que le saint travaillait dans le mystère et qu'il fallait lui laisser le temps car mardi soir un email nous informe que des lunettes ont été trouvées chez Bernard. Mécréant que je suis ! J'ai sauté de joie et averti mes sœurs qu'elles avaient gagné. En effet ce matin le facteur m'apportait un colissimo avec une paire de lunettes. Hélas ce n'était pas les miennes !

 

La Famille n'est pas gratifiante

le 22 J'avais idée d'aller à Framiso aujourd'hui car je réalisais tout d'un coup que François et Lisette y étaient. Et puis non, je me lasse de la route à faire 4 heures et près de 100 € pour quelques bons moments. Et puis s'ils avaient envie de me voir ils m'auraient fait signe. (Tout comptes faits, j'ai eu Lisette au téléphone et nous sommes allés avec Françoise à Framiso).

La Famille ("élargie", sus jacente, que je distingue de ma famille directe et sous jacente) n'est vraiment pas gratifiante, vraiment peu de réponses de la part des 45 personnes à qui j'ai envoyé le lien pour les photos du week-end dernier. (En fait j'ai fini par avoir quelques messages de remerciements : Monique C., Nicole L., Marie Edith A.). Et Thérèse, et Odile… à qui j'envoie mes commentaires ne font que me répondre (quand elles ont le temps) sur un ton bourru.

 

Sécheresse

La piscine est abandonnée. En ces temps de sécheresse, il est opportun de récupérer l'eau pour en faire bénéficier le terrain de l'Escoub. Sur le blog.

Dans deux semaines nous partons au Québec où il fait grand beau temps en ce moment. Mais verra t on les couleurs d'automne si spectaculaires dans ce pays ? Ne sera t il pas trop tard ?

 

A Yvetot ou à Aix

Nous discutons d'avenir alors que je m'efforce de vivre le temps présent le mieux possible.

Notre sort commun dépend il de celui de l'Escoubaïre ? Pour moi la réponse est non quoique…

Jean Phi aurait souhaité reprendre une partie de la maison et Françoise aurait aimé se sentir chez elle à Aix. Des vœux pieux qu'il est difficile de réaliser dans l'immédiat.

Dans un premier temps nous nous attachons à éclaircir la situation de l'Escoub pour la faire passer d'une maison communautaire à une propriété multiple.

Les Delenne veulent être chez eux. Les nus propriétaires souhaiteraient récupérer la valeur de leurs parts plutôt que d'avoir à assumer les charges leur incombant. Autant de soucis compréhensibles.

Nous ne sommes pas clairs sur les possibilités de session vente sans de fortes plus values. L'indivision demanderait quinze ans à partir de la donation avant de pouvoir se défaire pour réaliser une opération.

Pourtant je fatigue ; il serait temps que, de mon côté, je tire un trait et que je laisse la place. Laurence qui est venue me voir aujourd'hui, l'a bien compris et me verrait m'installer ailleurs. Cette sécheresse accentuée aujourd'hui par une chute de température et des vents violents me décourage. J'ai l'impression que tout tombe en ruine, que, sans arrosage intensif, la nature ingrate va reprendre ses droits. Plusieurs arbres ont séché, il faudra continuer à abattre ce que j'ai planté. (Voir)

L'eau a coulé sous les ponts (peu sur le terrain…) mais les temps ont un peu changé depuis le 5 mars 2006 alors que j'écrivais "Histoire d'A" * J'ai "lâché" plusieurs attaches, les enfants ont grandi et chacun a pris ses distances. A l'Escoub, ce n'est plus la même ambiance ; je m'y sens chez moi, bien sûr mais pas plus qu'ailleurs. Que ce soit à Yvetot ou à Aix j'ai besoin d'avoir du temps seul et de rencontrer mes ami(e)s en aparté.

 

Micheline et Philippe

Au milieu des questionnements sur la vie à Aix je suis amené souvent à retrouver mon frère aîné comme je le faisais de son vivant. Il est décédé en 1991 à l'âge que j'ai aujourd'hui. Micheline vieillit tranquillement dans cette ville où ils sont venus en 1973. Nous la voyons à différentes occasions et dernièrement elle nous a laissé le livre qu'elle a fini d'écrire en 2005 "Harmoniques d'une vie".

Une bonne idée, je trouve, de se présenter. Si elle se montre brillante, riante, courageuse, elle l'a été sans doute.

Comme je le fais souvent, j'ai parcouru l'ouvrage en le commençant par la fin. J'aime partir de ce que je connais et remonter le fil pour découvrir la personne et peut être ce que je cherche. En fait, elle ne dit probablement pas tout ce qu'elle pourrait dire et, par exemple, je n'ai pas trouvé d'explication au fait que sa dernière fille Pascale ressemblait tant à Philippe…

Le roi Lear

Quelle mise en scène ! La télé ne recule devant aucun moyen technique neige, hémoglobine, coups de feu pour rendre la pièce de théâtre encore plus saisissante. Piccoli, certes bien entouré, reste la vedette inoubliable.

Il s'agit, pour Shakespeare de partage de royaume mais ne serais je pas un nouveau roi Lear avec tous les rebondissements engendrés par la partition de l'Escoubaïre ?

Souhaitons qu'elle ne soit pas aussi tragique que sur la scène de ce soir.

Octobre  

Le bûcheron et les écureuils

Grand père était de garde ce mardi soir. C'est un peu la fête ! L'événement devient exceptionnel tellement l'organisation familiale est serrée. Une réunion de parents sans doute ; une occasion pour Grand père de se sentir encore un peu utile.

Après le dîner donc c'est Joanna et Tommy qui viennent chercher Grand père. Toutes affaires cessantes, il va vérifier les progrès de Tommy en lecture. Le livre de classe est vivant et plein de suspens. Il y a bien encore des L E LE mais les aventures de Chippie, Gafy le fantôme et les autres sont mille fois plus intéressantes que ce que Grand père était contraint d'assimiler quand il était petit.

Vient ensuite la séance de "lecture de l'histoire" qui remplace la prière du soir. La famille se rassemble sur le dos du lecteur, un silence religieux s'installe. Ici, un étrange bruit de l'extérieur. Un revenant ? Il se fait insistant : ce sont les lapins, bien familiers, qui réclament à manger. Ils menacent d'entamer sérieusement la porte en bois de la serre où ils sont parqués. Un croûton de pain et nous voici tranquilles.

C'était l'histoire du bûcheron et des deux écureuils qui avaient pris l'habitude de venir dormir dans les sabots tout chauds du travailleur des bois. Or un soir l'homme décide de partir au cinéma et les petits animaux se retrouvant sans couchette le suivent tout naturellement. Ils passent dans la salle sans billet et s'installent sur le dossier d'un siège pour visionner le film. Horreur ! il s'agissait de la destruction d'une forêt par des machines apocalyptiques. Le bûcheron pleurait et les écureuils se révoltèrent ce qui créa la panique dans le cinéma…

L'heure du couvre feu avait sonné ; William dormait déjà dans sa chambre, il était un peu sonné par un œil poché, résultat d'un erreur d'appréciation dans un jeu avec ses camarades d'école. Les trois autres n'ont pas tardé à le rejoindre au pays des rêves mais Tommy n'a pas manqué d'exiger la présence de Grand père à côté de lui pour s'endormir.

Retour Canada

Nous, avec Françoise, Pascal et Mireille, avons passé un excellent séjour au Québec.

Nous sommes encore sous le charme et grâce à l'accueil de Marie, Micheline et Magali, c'est un souvenir qui ne nous quittera pas de si tôt.

Je pense que les personnes intéressées sauront revenir sur les pages qui s'agrémentent de nouveaux commentaires au fil du temps.

Alors que à peine partis le temps s'est remis au beau au Canada, c'est l'été indien, ici il fait froid et, pour éviter le gel la nuit, j'ai rentré mes plantes d'intérieur qui ont passé un bel été dehors.

Je reviens de Marseille où j'avais une réunion avec un groupe d'anciens de la Vie Nouvelle.

Ce jeudi 25. J'étais seul, Françoise partie en randonnée. Le thème de la journée était un partage créatif de notre joie de vivre… A l'intention des membres du groupe, j'avais cueilli un beau bouquet de chrysanthèmes et leur ai dit que j'appréciais me retrouver avec des anciens de la région.

Pluie et réchauffement climatique

Depuis cet après midi il commence à tomber quelques gouttes, cette pluie tant attendue ! Vite, en rentrant de Marseille, j'ai pris 20 minutes pour ressortir toutes mes plantes que je venais de rentrer il y a quelques jours alors qu'il commençait à faire froid.

21h : Grande nouvelle : il pleut sérieusement. Une petite pluie fine qui mouille bien si le Mistral ne souffle pas demain pour tout sécher... L'année passée, nous avions eu la première pluie pour la fête de famille (clic)

Je reviens d'une réunion sur l'environnement une conférence faite par Annick, une amie de longue date, professeur émérite à l'université de Géographie. Les prévisions sont bien pessimistes en général pour nos enfants et petits enfants… Ils risquent le réchauffement climatique avec des conséquences funestes, sécheresse, déplacement de la végétation, famines. Seule l'espérance en une capacité d'adaptation de l'humanité peut nous rassurer.

Voir l'article

 

Relation

Donc Françoise est partie ce matin et je l'ai abandonnée avec des sentiments partagés. D'une part content de me retrouver seul ; suis nostalgique des 15 ans de vie de célibataire que j'ai vécus depuis 1989 après le départ de Marie Jo. D'autre part un peu coupable de la laisser faire le trajet seule. Elle avait accepté que je ne la suive pas car elle avait programmé une semaine familiale. Tout en se faisant un environnement d'amis et d'activités ici elle est loin de se détacher de ses filles avec qui elle correspond pratiquement tous les jours par téléphone ou par Internet. Son problème pour lequel elle n'a pas de solution pour le moment est d'avoir une maison à Yvetot qu'elle voudrait bien transporter à Aix...

J'ai un peu de mal parfois avec ses attitudes controlantes, maternelles, "mère poule" qui s'occupe de tout et qui est plutôt critique qu'encourageante.

Pourtant voici ce que je lui écrit ce soir :

"Oui ! Bien que nous soyons éloignés maintenant et nos occupations divergentes je te sens toujours tout près.

J'aime notre relation, celle que je rêve : une liaison authentique, complice, légère, tendre, profonde, sensuelle, respectueuse de l'indépendance et de la liberté de l'autre. Une entente sans obligation, sans formalisme, sans possessivité.

Rester soi même ne pas avoir peur de froisser, ne pas avoir peur d'être jugé, se savoir accepté pour ce que l'on est, se savoir aimé et attendu, ne pas se sentir dépossédé par les activités ou les relations de l'autre, profiter à plein des instants que nous vivons, capitaliser leur intensité et attendre les retrouvailles dans une connivence partagée."

 

Luke au jardin

Quittant avec regrets les vidéos prises quand il était bébé, Luke, qu'accompagnaient sa maman et sa grande sœur, est venu rendre visite à Grand père, cette fin octobre. En l'absence de ses cousins partis en vacances pour quelques jours, il a accepté de bon cœur de mettre la main à la pâte ou plutôt à la terre. C'est en effet l'époque des rituels travaux d'automne, il s'agit de mettre les bulbes de dahlias à l'abri des gelées car si nous ne manquons pas de soleil les écarts de température sont redoutables pendant l'hiver. La terre très calcaire s'épuise et nous devons l'amender. Et si nos bulbes pourraient repousser l'année suivante sans dommage malgré le gel, un hivernage en cave leur fait beaucoup de bien.

Notre apprenti s'est donc investi avec énergie en maniant les outils pour ramasser les plantes. Pas de problème avec la brouette vide ! Mais une fois débordante c'est une autre affaire ! La maman a du voler au secours de l'ouvrier un peu vexé d'avoir a ramasser une nouvelle fois son chargement…

Très fier de ses occupations, il a peut être réalisé qu'à huit ans, il n'y a pas que des jeux ou des bêtises à faire dans le jardin de Grand père ?

 

Novembre

Sur le blog *

Vieux conducteur *

Les retombées du rêve *

Les chrysanthèmes *

Que reste t il de nos amours d'antan ? *

Je  ne vois pas de problème grave dans la famille. *

Distance *

 

Sur le blog

 

Vieux conducteur

certains vieux conducteurs sont dangereux… m'écrit Lambert.

Par appréhension de ce qui peut arriver sans doute mais d'après les statistiques, ce sont surtout les jeunes conducteurs qui ont les accidents.

Voici bientôt 54 années qu'un examinateur a accordé le permis de conduire à un jeune homme de 18 ans et un mois qui n'avait pris que deux leçons juste pour avoir le droit d'être présenté par l'auto école.

Il pourrait présenter ses "trucs" pour éviter les pépins et les dépenses d'énergie :

 

Moyennant quoi il continue à rouler depuis 1991 avec une superbe 205 rouge qui n'a causé aucun ennui depuis cette époque.

 

Les retombées du rêve

A partir du texte : "relation" j'avais fait un spot sur mon blog. Deux commentaires s'y sont ajoutés de façon anonyme. Plutôt que d'être interprété comme un appel d'offre, j'ai trouvé opportun de supprimer l'ensemble.

Voici la reproduction du spot :

Je rêve d'une liaison authentique, complice, légère, tendre, profonde, sensuelle, respectueuse de l'indépendance et de la liberté de l'autre. Une entente sans obligation, sans formalisme, sans possessivité.

Rester soi même ne pas avoir peur de froisser, ne pas avoir peur d'être jugé, se savoir accepté pour ce que l'on est, se savoir aimé et attendu, ne pas se sentir dépossédé par les activités ou les relations de l'autre, profiter à plein des instants que nous vivons, capitaliser leur intensité et attendre les retrouvailles dans une connivence partagée."

 

Les chrysanthèmes

Étymologiquement " chrysanthème " signifie " fleur d'or " (Ο χρυσος, l'or, et Το ανθος, la fleur).

Nous voici donc au temps des chrysanthèmes , ces fleurs que j'aime, les dernières de la saison.

Associés la plupart du temps à la Toussaint, elles prennent une place importante dans le jardin. Marie Hélène, notre fleuriste préférée, ancienne partenaire de danse d'Olivier (c'est le moment d'y penser aussi), a coutume, chaque année, fin novembre, de nous abandonner ses invendus.

Je récupère donc quelques plantes en pots et les place en pleine terre en espérant qu'elles reprendront l'année suivante. Moyennant un emplacement mi ombre, du compost "fait maison" près des racines, de l'arrosage tout l'été, nous obtenons parfois, et sans en connaître l'origine, des résultats surprenants et en général harmonieux.

Par ailleurs, alors qu'il fait toujours un soleil radieux j'ai rentré, peut être encore trop tôt, mes plantes d'intérieur pour éviter les rigueurs de l'hiver.

 

 

Que reste t il de nos amours d'antan ?

A Yvetot du 6 au 15. Sur un fond de paysage nuageux, les bêtes ont réapparu dans la pâture. C’est pourtant la gorge serrée qu’en premier plan, de la fenêtre je vois le balisage du futur lotissement. Les vaches ont été seulement repoussées plus loin. L’illusion d’être à la campagne ne va pas durer.

A Veauville, sans jeu de mot avec les lignes ci-dessus, je suis allé voir où en étaient les élagages entrepris en septembre. J’ai pu constater qu’Alain avait bien avancé.

 

Justement à propos d’amours, nous avons profité d’une promotion pour aller voir, à Yvetot dans une salle quasiment déserte, un film de Marc Esposito " Le cœur des hommes "

Alex, Antoine, Jeff et Manu, quatre amis à la fois solides et immatures, sont au tournant de leur vie d'adulte. Ils se voient régulièrement, aiment tchatcher, s'engueuler et rire ensemble. Issus de milieux populaires, ils ont atteint leurs objectifs professionnels : Alex et Jeff ont créé un petit groupe de presse sportive qui marche bien, Antoine est prof de gym dans un grand lycée parisien, Manu a une boutique charcuterie-traiteur qui ne désemplit pas.

Ce printemps-là, une série d'événements, la mort d'un père, l'infidélité d'une femme, le mariage d'une fille, les touche et les rapproche encore davantage. Confrontés à des situations qu'ils ne maîtrisent pas, ils se font des confidences, s'expliquent, s'aident, s'affrontent et se remettent en question. Leur rapport aux femmes est au coeur de tous leurs problèmes, de toutes leurs conversations, de tous leurs conflits...

Bien sûr j’ai eu du mal à entrer dans le film et suivre les dialogues difficilement audibles. Puis j’ai plongé. J’accrochais les personnages sympathiques et leurs aventures si proches de la réalité. Quelques caricatures bien pardonnables, la vie n’est elle pas une suite de parodies ? Ainsi la thérapie de Manu (Bernard Campan), hypersensible à la forme des pieds féminins…

 

Je  ne vois pas de problème grave dans la famille. (voir : Dialogue avec les nus propriétaires *)

Qu'il y ait parfois des tensions c'est naturel semble t il.

Je disais à JPhi que somme toute, après une période de maturation la qualité de la relation avec mes voisins du bas s'est  améliorée. Pour moi les discussions que nous avons eues même par mail ont des conséquences positives. Et là il n'était plus d'accord avec moi.

D’après lui je me mettrais à l’extérieur alors que c’est à moi de prendre des positions de décideur. Je n’aurais réussi qu’à créer des malaises comme pour David et Matthieu.

Je trouve que ce sont des conclusions hâtives et difficiles à accepter.

JPhi et Cordula sont donc venus pour le week end et sont repartis sur Paris. Ils ont eu un temps normand mais ont pu apprécier le calme de la maison et la région que nous leur avons fait visiter.

Voir les photos du jour : clic

 

Distance et détachement

Parler de la mort, c’est morbide me dit on. " Y a quequ’chose qui va pas… " T’es dépressif ? Personne ne peut nous aider. Il faut y passer.

Se préparer à la mort, est ce bien nécessaire ? On verra bien quand ça arrivera.

Et pourtant ! N’est ce pas le grand voyage qui demande de l’attention et une certaine préparation ? Chacun a son billet mais heureusement que nous ne connaissons pas la date du départ…

Je faisais mes commentaires. S’ajoute cette confirmation pour moi, qu'avec la grande différence d'âge que nous avons entre Françoise et moi, il est bon de conserver une certaine distance pour se préparer à la vraie séparation de la mort. Certes, à l’heure actuelle, je peux revendiquer une certaine autonomie, garder mes distances mais que serai je devenu dans dix ou quinze ans ?

 

Novembre

 

Haloween

Cet après midi, alors que je me trouvais à l'Escoubaïre, les petites filles de la maison sont venues apporter une citrouille creusée avec une bougie à l'intérieur. La consigne était que Grand père devait l'installer devant sa porte, bien en vue, la bougie allumée.

Mais oui, c'est Halloween !!! Une coutume nouvelle ou plutôt très ancienne qui est partie de France il y a bien longtemps et qui nous est revenue !!!

Je pensais alors à mes petits voisins qui viendraient ce soir sonner à ma porte. En prévision de leur visite, je m'arrête au "casino" près de chez moi, pour acheter des friandises. Le magasin n'était pas encore ouvert, je rentre à la maison me promettant de revenir et m'installe devant l'ordinateur.

Quelques heures plus tard, un coup se sonnette, assez insistant, me fait de suite penser aux bonbons, chamalos et malabars que je devais acheter, enfin tout ce qu'exigent ces petits monstres déguisés, le soir d'HALLOWEEN.

Aussi, confuse, je ne réponds pas aux coups de sonnettes....

De toute la soirée, je suis restée cachée , dans le noir, devant mon appareil. La honte !

Colette

Vieux conducteur

certains vieux conducteurs sont dangereux… m'écrit Lambert.

Par appréhension de ce qui peut arriver sans doute mais d'après les statistiques, ce sont surtout les jeunes conducteurs qui ont les accidents.

Voici bientôt 54 années qu'un examinateur a accordé le permis de conduire à un jeune homme de 18 ans et un mois qui n'avait pris que deux leçons juste pour avoir le droit d'être présenté par l'auto école.

Il pourrait présenter ses "trucs" pour éviter les pépins et les dépenses d'énergie :

Moyennant quoi il continue à rouler depuis 1991 avec une superbe 205 rouge qui n'a causé aucun ennui depuis cette époque.

 

Les retombées du rêve

A partir du texte : "relation" j'avais fait un spot sur mon blog. Deux commentaires s'y sont ajoutés de façon anonyme. Plutôt que d'être interprété comme un appel d'offre, j'ai trouvé opportun de supprimer l'ensemble.

Liberté, intimité, complicité.

 

Les chrysanthèmes

Étymologiquement " chrysanthème " signifie " fleur d'or " (Ο χρυσος, l'or, et Το ανθος, la fleur).

Nous voici donc au temps des chrysanthèmes , ces fleurs que j'aime, les dernières de la saison.

Associés la plupart du temps à la Toussaint, elles prennent une place importante dans le jardin. Marie Hélène, notre fleuriste préférée, ancienne partenaire de danse d'Olivier (c'est le moment d'y penser aussi), a coutume, chaque année, fin novembre, de nous abandonner ses invendus.

Je récupère donc quelques plantes en pots et les place en pleine terre en espérant qu'elles reprendront l'année suivante. Moyennant un emplacement mi ombre, du compost "fait maison" près des racines, de l'arrosage tout l'été, nous obtenons parfois, et sans en connaître l'origine, des résultats surprenants et en général harmonieux.

Par ailleurs, alors qu'il fait toujours un soleil radieux j'ai rentré, peut être encore trop tôt, mes plantes d'intérieur pour éviter les rigueurs de l'hiver.

 

Que reste t il de nos amours d'antan ?

A Yvetot du 6 au 15. Sur un fond de paysage nuageux, les bêtes ont réapparu dans la pâture. C’est pourtant la gorge serrée qu’en premier plan, de la fenêtre je vois le balisage du futur lotissement. Les vaches ont été seulement repoussées plus loin. L’illusion d’être à la campagne ne va pas durer.

A Veauville, sans jeu de mot avec les lignes ci-dessus, je suis allé voir où en étaient les élagages entrepris en septembre. J’ai pu constater qu’Alain avait bien avancé.

Justement à propos d’amours, nous avons profité d’une promotion pour aller voir, à Yvetot dans une salle quasiment déserte, un film de Marc Esposito " Le cœur des hommes "

Alex, Antoine, Jeff et Manu, quatre amis à la fois solides et immatures, sont au tournant de leur vie d'adulte. Ils se voient régulièrement, aiment tchatcher, s'engueuler et rire ensemble. Issus de milieux populaires, ils ont atteint leurs objectifs professionnels : Alex et Jeff ont créé un petit groupe de presse sportive qui marche bien, Antoine est prof de gym dans un grand lycée parisien, Manu a une boutique charcuterie-traiteur qui ne désemplit pas.

Ce printemps-là, une série d'événements, la mort d'un père, l'infidélité d'une femme, le mariage d'une fille, les touche et les rapproche encore davantage. Confrontés à des situations qu'ils ne maîtrisent pas, ils se font des confidences, s'expliquent, s'aident, s'affrontent et se remettent en question. Leur rapport aux femmes est au coeur de tous leurs problèmes, de toutes leurs conversations, de tous leurs conflits...

Bien sûr j’ai eu du mal à entrer dans le film et suivre les dialogues difficilement audibles. Puis j’ai plongé. J’accrochais les personnages sympathiques et leurs aventures si proches de la réalité. Quelques caricatures bien pardonnables, la vie n’est elle pas une suite de parodies ? Ainsi la thérapie de Manu (Bernard Campan), hypersensible à la forme des pieds féminins…

 

Je  ne vois pas de problème grave dans la famille.

Qu'il y ait parfois des tensions c'est naturel semble t il.

Je disais à JPhi que somme toute, après une période de maturation la qualité de la relation avec mes voisins du bas s'est  améliorée. Pour moi les discussions que nous avons eues même par mail ont des conséquences positives. Et là il n'était plus d'accord avec moi.

D’après lui je me mettrais à l’extérieur alors que c’est à moi de prendre des positions de décideur. Je n’aurais réussi qu’à créer des malaises comme pour David et Matthieu.

Je trouve que ce sont des conclusions hâtives et difficiles à accepter.

JPhi et Cordula sont donc venus pour le week end et sont repartis sur Paris. Ils ont eu un temps normand mais ont pu apprécier le calme de la maison et la région que nous leur avons fait visiter.

Voir les photos du jour : clic

 

Distance et détachement

Parler de la mort, c’est morbide me dit on. " Y a quequ’chose qui va pas… " T’es dépressif ? Personne ne peut faire le pas à notre place. Il faut y passer.

Se préparer à la mort, est ce bien nécessaire ? On verra bien quand ça arrivera et le plus tard possible.

Et pourtant ! N’est ce pas le grand voyage qui demande de l’attention et une certaine préparation ? Chacun a son billet mais heureusement que nous ne connaissons pas la date du départ…

Catherine Singer : "derniers fragments d'un long voyage" (éditions Albin Michel)

Quel livre ! Je trouve édifiant ce récit des ces six derniers mois qu'un médecin lui avait donné à vivre.

Comme si elle écrivait de déjà un autre monde. Son corps se consumait alors que sa tête était hyper activée.

On peut trouver qu'elle se gargarise de sa souffrance et qu'il y a d'autres soucis pour gérer la vie quotidienne.

Elle a eu pourtant bien raison, je trouve, de s'exprimer alors qu'elle pouvait encore le faire. Quitte à divaguer peut être ! Certains autres ont disparu sans nous communiquer leurs états d'âme et c'est bien dommage. Je pensais à PM qui est parti en pleine jeunesse à 20 ans après dix mois de maladie et nous n'avons pas su ce qu'il pensait.

Françoise elle, trouve que le livre reste superficiel.

Je faisais mes commentaires. S’ajoute cette confirmation pour moi, qu'avec la grande différence d'âge que nous avons entre Françoise et moi, il est bon de conserver une certaine distance pour se préparer à la vraie séparation de la mort. Certes, à l’heure actuelle, je peux revendiquer une certaine autonomie, garder mes distances mais que serai je devenu dans dix ou quinze ans ?

 

Avec l'ordi

Nous avons abandonné Messenger qui nous a communiqué des virus importants.

Pour l'ordi j'ai télécharché le pilote LogMeIn.msi

Mais rien n'a changé et je ne sais pas si c'est le pilote de ma carte son. Et comment faut il l'installer ? J'espérais que ça se ferait tout seul. En fait AZUS est noté comme lecteur CDROM. Et je ne connais pas le pilote de ma carte son. Je crois que je vais me faire dépanner car il faut ouvrir le PC.

Le fichier joint est un petit utilitaire pour supprimer le virus qui infecte les PC par MSN.

Il faut décompresser le fichier sur votre bureau, puis exécuter le

fichier "MSNFix.bat" et suivre les consignes.

Merci de l'envoi ! mais !

Ce fichier s'ouvre avec ACDSEE mais comment le décompresser ?

Winzip m'ouvre un fichier :MSNFix.rar

>> Il faut utiliser "Winrar" : http://www.clubic.com/telecharger-fiche9632-winrar.html

J'y suis arrivé avec :

http://www.01net.com/index.html

Merci ! J'espère que le problème va être solutionné.

 

L'organisation des fêtes de Noël et …

L'organisation des fêtes de Noël se met en place non pas sans quelques remous ici et là.

A part ça tout va bien. Françoise est encore à Yvetot avec sa belle fille pour quelques jours. Elle doit ensuite faire un séjour ici à Aix puis elle revient en Normandie pour le 9 décembre.

Moi j'arriverai là bas le 20.

 

Le 29 : Poursuivre Françoise

Sur le point d'aller à Marseille participer à une réunion du groupe Poursuivre (des anciens de la Vie Nouvelle...) j'ai téléphoné, afin de me faire préciser l'heure du rendez vous, à la responsable MONIQUE qui m'informe que la date est remise à plus tard. Bien m'en a pris, j'avais mal compris ou je n'écoute pas bien les consignes données. J'ai l'impression pourtant que les Avril qui ne répondent pas, sont, eux, partis à cette réunion.

Je n'aime pas trop aller me perdre à Marseille mais je me suis engagé et je trouve des gens sympathiques qui ont mon âge et qui sont prêts à se bouger ce qui est dynamisant je trouve.

Françoise, de son côté, est partie pour la journée avec un groupe d'amis pour randonner dans la région de Jouques. Elle adore ses copains qui l'ont adoptée sérieusement et c'est une raison de plus pour elle de faire la coupure avec ses attaches normandes.

Elle pense donc s'enraciner encore plus dans la région et souhaiterait y installer ses meubles pour pouvoir louer sa maison à Yvetot. Ici il est possible certes, de trouver de la place mais les enfants qui en sont les propriétaires préféreraient sans doute vendre si il y a un consensus dans ce sens.

Hier je me suis fait une bonne séance de yoga au soleil et ma pensée s'est tournée naturellement avec tous les personnes avec qui je pratiquais dans le bonheur. J'y retourne ce matin…

 

… de la maison

Je suis toujours en recherche d'idées et de direction à prendre pour la maison, après le départ qui semble se préciser, des Delenne ; ils sont allés à la découverte de la maison idéale du côté de St Flour.

J'envisageais de prendre des locataires pour l'Escoub.

Ceci en attendant que les nus propriétaires se décident à vendre, solution qui ne me paraît pas encore bien mûre tellement les uns et les autres aimeraient y garder un petit pied à terre. Alors je pensais réserver le sous sol et la salle afin de louer rez de chaussée et premier étage en un seul lot avec le jardin et la piscine dans de bonnes conditions. Nous pourrions tour à tour venir dans les lieux et rayonner dans la région. Certes ceci présente des inconvénients et Françoise les craint. De maison familiale elle deviendrait "autre chose". Les locataires sont exigeants, il serait nécessaire d'être vigilants, d'assurer une présence et faire quelques travaux d'isolation par exemple.

Françoise ne veut pas envisager de loger en sous sol, ce qui peut se comprendre ; elle se plait de moins en moins à Yvetot et de plus en plus à Aix. Elle constate que de ne pas avoir fait le pas assez vite de tout quitter pour nous installer en Normandie a créé de la distance avec son passé là bas. Sans avoir fixé de limite de temps pour me donner la possibilité de trouver un statut pour l'Escoubaïre, je gardais pourtant cette direction.

 

La situation évolue.

Les Delenne ont signé pour une acquisition dans le Cantal et pourraient donc s'y installer … prochainement. Flavie va quitter son appartement fin décembre pour suivre son berger dans le Beaujolais.

Je voudrais donc tenir compte de ces différents éléments et je me verrais bien, plutôt que d'entreprendre des chamboulements peu rassurants continuer d'assurer et tenir ma place dans la maison pour y accueillir ceux et celles qui voudraient bien y venir. Je me trouve bien partout et en particulier ici. Je peux m'organiser pour que les charges d'entretien soient moins lourdes pour moi et confier les travaux d'aménagement à des professionnels.

Je suis bien conscient que ce n'est pas une solution d'avenir et que les problèmes de succession et financiers des enfants ne seront pas résolus. En l'absence d'un consensus franc et massif pour la vente de la maison nous en resterons là pour le moment.

Laissons les enfants réfléchir sans les influencer, dit Françoise.

Les idées font leur chemin malgré tout. Nous en sommes à redistribuer les emplacements des meubles afin de pouvoir accueillir ceux d'Yvetot que Françoise ne veut pas laisser à des locataires. Nous utiliserions alors l'appartement de Flavie sans le relouer et au départ des Delenne nous pourrions faire une colocation pour étudiants.

 

Décembre

Articulations *
Position délicate *
Le cas d'Anne Françoise *
Ici et ailleurs *
Pour l'ordi *
Fraternité et la maladie du bonheur *
Déjeuner en tête à tête *

Articulations
Il s'agit des articulations entre nos différents systèmes de vie et nos façons de penser. Non ce n'est pas un problème de santé, tout va bien ou presque de ce côté. Si ce n'est les répercussions de nos discussions sur le système digestif.
2007 aura été une année de réflexions, de confrontations, de directions à prendre pour les uns et les autres et pour l'Escoubaïre.
Le rendez vous approche, celui fixé par les enfants à Noël pour se retrouver et adopter une position. Le mieux serait de préciser chacun où nous en sommes afin de ne pas s'égarer dans des méandres marécageux que la surprise pourrait provoquer.
Pour moi je me suis expliqué en faisant part par mail de l'évolution de la situation et malgré les apparentes divergences d'options il me semble que je garde une certaine cohérence. Je cherche à organiser ma vie avec Françoise que ce soit dans la maison ou ailleurs.
Autant il est important d'habiter ici dans les meilleures conditions et de conserver à la maison une vocation familiale, autant s'il y a des changements de destinations et des soucis matériels à faciliter, c'est l'occasion de régler des problèmes de succession qui n'auront plus à se poser ensuite. Je veux tenir compte des choix de vie et de la situation matérielle de mes enfants.
Je suis donc prêt soit à continuer à gérer la maison et installer Françoise dans les lieux soit à accepter la vente si c'est un consensus de tous.
 
Position délicate
Me voici dans une position délicate face à l'avalanche de reproches qui me sont adressés ces derniers temps concernant mes différentes propositions.
Si je suis encore capitaine du navire je ne suis pas maître des éléments avec lesquels je dois composer pour tracer le chemin. Ma position première est de ne pas nuire ensuite de chercher à satisfaire les uns et les autres.
J'entends Françoise qui défend ses intérêts et ses choix de vie ; je la comprends et je comprends aussi ceux de mes enfants en ne m'opposant pas par exemple à la vente de la maison s'il y a un consensus sans réserves pour cette opération. Ils se sont mis de lourds emprunts sur le dos ; nous pouvons seulement espérer qu'ils pourront trouver d'autres arrangements et qu'ils demanderont aux prêteurs de repousser les échéances.
Françoise qui a eu du mal à s'adapter à la région et à la maison, s'est recréée maintenant dans un environnement qu'elle abandonnerait difficilement. Elle se réjouissait déjà d'installer ici ses meubles de sa maison d'Yvetot et ainsi libérer la place pour une location normande afin de rentabiliser son capital. Cette solution ne me paraissait pas à retenir du fait qu'elle aurait à les déménager tôt ou tard puisque elle n'est pas chez elle mais il est évident pour elle qu'elle quitterait les lieux rapidement si je décède avant elle.
Une installation commune dans une autre propriété acquise dans la région me paraît difficilement réalisable. Et si je dois partir de l'Escoub, la région ne me tente pas particulièrement, elle est trop "chargée" et ne correspond plus au style de vie auquel j'aspire. Mais encore une fois rien n'est impossible.
 
Le cas d'Anne Françoise
Si je suis embarrassé, ma fille Anne Françoise ne l'est pas moins, tiraillée depuis deux ans entre les mises en question du logement familial et le rôle de maîtresse de maison qu'elle tenait ici depuis 1995.
Nous avions établi un type de relation père fille bien harmonieux et nous mélangions sans problèmes les lieux de vie. Cette proximité avec elle et les enfants, avec Matthieu dans notre collaboration, était ma joie de vivre principale.
Nos mises au point familiales du début d'année 2007 ont secoué Matthieu au point qu'il a parlé de quitter l'Escoub. Je me suis alors alerté et ai contacté sa mère pour tenter d'arranger les choses. J'ai demandé à Marie Jo de son côté de voir le problème avec Anne Françoise. Le signal était donné et ils réalisent leur idée.
Ajoutées quelques maladresses de ma part alors que je suis tiraillé de différents côtés, la situation devient douloureuse pour Anne Françoise, j'en suis tout remué.
 
Ici et ailleurs
(le 5) Nous sommes en grandes discussions avec les enfants pour l'avenir de la maison. Françoise ne se voit pas encore très bien, elle a du mal à imaginer sa place.
Ce n'est pas facile et Françoise n'a pas non plus de solution toute faite pour s'installer quelque part car elle se sent de moins en moins repartir en Normandie.
Même à l'Escoub elle ne se voit pas y vivre comme elle le souhaite. Elle imaginait vendre rapidement sa maison d'Yvetot et trouver quelque chose qui lui convienne ici.
Mais dans la région, ce n'est pas comme au Québec les grands espaces sont resserrés et les places sont chères.
A mon goût, pour en faire un résumé, la situation telle que je la vois, ce serait :
1. Nous sommes reconduits à la garde la maison et nous nous organisons pour la gérer dans de bonnes conditions.
2. La maison est vendue et nous établissons notre point d'ancrage à Yvetot où sans nous y enfermer nous nous donnons la possibilité de rayonner plus ou moins régulièrement chez les uns et les autres ou de recevoir.
3. Il se met en place une SCI qui réalise une vente des parts disponibles et qui gère la propriété en attendant la liquidation.
En espérant que ces arrangements conviendraient à Françoise qui se plaint de n'être pas prise en compte.
Françoise, qui apprécie de plus en plus le pays et moi, aimerions trouver un chez nous ailleurs qu'ici, dans la région plutôt qu'en Normandie. Pour moi il me paraît nécessaire de faire le pas maintenant.
Si je prends un peu de hauteur pour voir où nous en sommes, il me semble que je suis engagé dans un processus irréversible de changements matériels et familiaux. Alors que je me voyais mener une retraite tranquille me voici entraîné dans un tourbillon de revirements derrière Françoise. C'est ainsi.
Pour l'ordi
Je voudrais un deuxième disque dur externe pour stoker et mettre en sécurité mes données.
Sébastien Vire me dit que rien ne vaut les disques gravés et particulièrement les DVD et il voulait me vendre un graveur sur une autre console (voir le devis joint). Pour le moment mon poste fixe me convient et je trouve que les disques externes sont bien pratiques.
J'apprécie le souci de Jphi pour trouver des bonnes solutions pour mon ordi. En réfléchissant bien nous avons déjà fait ce qu'il proposes avec le disque dur de l'ordi qui avait lâché. Toutes les données ont été récupérées et nous avons ajouté un disque en interne qui fonctionne très bien et qui me donne largement de la place pour toutes mes données. (En tout j'ai près de 40Go de disponible à l'intérieur et une sauvegarde externe de 28Go)
Je craignais seulement qu'il soit à la merci d'un beug comme le disque C puisqu'il est à l'intérieur. C'est pour prévenir cette éventualité que nous pourrions le mettre en externe.
 
Fraternité et la maladie du bonheur
Je suis touché qu'un internaute tombe sur mes pages et apprécie mes écrits que je cherche à montrer d'une façon toute simple, sans prétention.
J'ai la chance d'avoir des enfants autour de moi qui me permettent de faire des petits reportages photos mais correspondre avec des inconnus me grise comme si une large fraternité pouvait s'établir grâce à Internet.
En attendant plus de détails que j'attends avec étonnement voici la "maladie du bonheur" que nous propose Anne, une amie de longue date. (clic)
Et "Comment faire s'il manque quelques symptômes ?"
 
Déjeuner en tête à tête
Ce matin (11dec), au saut du lit je suis sollicité par Joanna (8 ans ) Encore heureux que je n'ai pas été dans la baignoire… :
"Est ce que t'es là ce matin ?" dit elle.
"Oui, mais j'ai un rendez vous à 11h à la banque"
"ah !" …
"Quel est le problème, tu n'as pas école ?"
"Oui mais je voudrais déjeuner avec toi"
"Bonne idée ! Tu m'attendras peut être un peu à la maison mais c'est d'accord et ça me fait très plaisir."
"Non ! Il faut que tu viennes me chercher à l'école à 11h30" …!
"Je ne suis pas sûr d'être à l'heure ; tu peux peut être remonter à pieds ?"
"Non j'attendrai devant le portail de l'école"
"Bon, je ferai pour le mieux"
"Ouais !" lance t'elle en dévalant l'escalier pour annoncer la nouvelle à sa mère.
Autant dire que les verbiages des conseillers financiers, pour m'expliquer les démarches à effectuer, pour la sauvegarde de mes intérêts ont été écourtés ; je ne voulais pas faire attendre ma petite fille.
Grand père est arrivé à l'heure, Joanna a sauté de joie et nous avons déjeuné en tête à tête comme des amoureux.
Sur le chemin du retour à l'école, la main dans la main, Joanna évoquait la séance de yoga à laquelle Grand père l'avait invitée avec Camilla en 2004. Les deux fillettes ont été des modèles d'attention ce jour là, pendant une heure mais il n'aurait pas fallu que ça dure plus longtemps. Une belle expérience qui n'a pas été renouvelée…

la politique de Sarkosy pour défendre les privilèges des producteurs de disques :
http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-12-11-Accord-Olivennes
Il fait un temps superbe ici ! Les bassins sont recouverts de glace et je suis au calme. Seulement la visite de Colette ce midi qui s'est invitée à déjeuner.
Je tente de la lancer à mettre à jour son blog mais elle a du mal à s'y mettre.
As tu enregistré le fichier de nos échanges mis à jour ? Je le trouve vraiment intéressant mais j'aimerais que vous le trouviez à votre goût aussi de façon à ce que je puisse le montrer sans appréhension et qu'il soit une référence.