Le citronnier et l'hibiscus sont déjà rentrés Octobre

Actualité : Les élections allemandes par Clauss, décroissance  avis de tempête
Humour : Vocabulaire : "On ne dit pas"  Expo : "La DS"
Sagesse : quelques propositions présentées en 2003
Photos
: les randonnées de Françoise *, les pages de Thérèse C.
La page de Jphi
journal du mois (et  voir le blog), Le théâtre à domicile
vers le mois de Septembre films et diaporamas écrivez nous : cliquez ! album 2005 en Novembre

Le Journal d'Octobre
Tommyla grippevie tranquille, la "cata", dans le jardinété indien, Alzheimer, Cath,  chez les Franciscains,
Haloween se prépare,  revenant de Sigonce,   l'appareil photo de Thérèse C.   le temps des chrysanthèmes   le départ  


Les "filles" à l'Escoub
Tommy
Acte 1
Comme en septembre, commençons le mois en parlant de Tommy.
Il grandit rapidement et je cherche à profiter au maximum de la petite enfance qu’il va quitter si vite. Ses frères et sœurs, sont juste un peu plus grands et ses cousines sont déjà des jeunes filles.
De ma baie vitrée je les vois arriver pour jouer dans le jardin quand ils n’ont pas d’autres occupations. Alors je m’accorde une petite récréation et débouche du patio en fonçant sur eux. Ils n’attendent que ce moment pour filer avec des grands cris vers le fond du jardin en se dispersant Bien sûr c’est Tommy que je rattrape en premier ! Alors il se retourne et clame « Je suis avec toi Grand père ! » …
(voir la vidéo de Grand père courant après Camilla en 2003)
Acte 2
Tommy : « Tu sais Maman Grand père y m’a étranglé » (il a du vocabulaire à 4 ans et demi)
Grand père (cherchant une complicité avec Tommy) : « Je t’avais dit de ne pas le dire à Maman »
Sa maman : « C’est pas possible ! Tu dois être trop casse cou avec Grand père »
En fait, les rencontres avec Tommy sont spontanées, souvent brusques et se terminent par un calin ; il adore se frotter la tête qu’il a , comme un bébé, encore bien grosse. Souvent Grand père a bien du mal à se défaire des accrochages de cette boule d’énergie.
Boule d’énergie
En dirons nous autant pour Laurence ?
Ne nous y trompons pas, David, le spécialiste du bidouillage n’est pas loin.

Dimanche 2 : la grippe
Je ne suis pas très en forme. Le temps se rafraîchit et les changements de saisons me font grelotter et je crains une petite grippe ; souhaitons que ce ne soit pas la fameuse "grippe aviaire" qui fait baisser la vente des poulets de 20% !

JeanPhi semblait triste de quitter l'Europe. Ils sont bien isolés à Tokyo mais attendent de la visite pour bientôt.
La reprise des cours de yoga est un peu difficile et après ma séance hier je me suis fait mal en levant Vincent...
J’ai été secoué ce 3 octobre par l’annonce du décès de Jean Jacques Lamy, mon cousin germain le plus proche et avec qui j’ai partagé de longs moments de mon enfance.
Nous nous voyions une fois par an en moyenne pour la réunion traditionnelle de la famille Lamy. Nos  parcours se sont séparés après le lycée, lui ne s’est jamais marié et il part sans descendance. Il va être inhumé à côté de sa mère à Morgat, un coin très pittoresque paraît il,  sur la côte bretonne, là où il aimait passer ses vacances depuis tout petit.
Vie tranquille
Le 6
Nous menons avec Françoise une petite vie tranquille. Et quand elle n'est pas là j'oublie facilement les rendez vous importants.
Et bien aujourd'hui je suis tout seul. Françoise s'est inscrite dans un groupe de randonnée et elle va aller marcher tous les jeudi. Elle est partie ce matin pour la première fois et je me retrouve au calme mais avec un mal de dos du au changement de saison auquel je m'adapte toujours très difficilement. Je me demande si je vais aller mieux ou rester complètement bloqué.
Jean Phi nous a demandé de prendre une photo de l'estampe japonaise qui nous a été offerte par ses amis chez qui nous avons été reçus lors de notre séjour.
Je suis connecté sur Messenger en attendant une éventuelle conversation en direct avec ce dernier !
Et quand personne ne répond je ne me trouve pas abandonné. Grace à la messagerie, je me dis que je serai lu à un moment ou à un autre. Le fait de partager sa vie avec une personne modifie un peu le style de relations épistolaires que nous pouvons avoir avec nos correspondants. C'est un problème qui rejoint les fameuses copies cachées ou les pages web accessibles à tout le monde. Cependant, la vraie affection ou amitié ne s'embarrasse pas, à mon avis, de ces détails.
Ainsi ce matin je reçois dans mon courrier un message de Brigitte qui reprend une conversation interrompue depuis quelques années... Je reçois aussi tout un paquet de photos de Jean Louis que je vais ajouter à ma page ARTANNES et des accompagnements musicaux que Vincent m'a trouvé pour renouveler mon répertoire.
Ici il fait un temps superbe et mes petits états grippaux se dissipent.

Samedi : La cata  
Ici c'est la cata aujourd'hui ! Nous avons été "visités" alors que nous étions en sortie. Nous étions allés voir Nicole qui jouait "Sophie ou personne ne m'aime",  mise en scène Hervé Haggaï , notre ancien et nouveau locataire(baptisé en se faisant voler son caméscope...)
Bien nous a pris de laisser la maison seule !
Le malvenu a réussi a emporter l'ordinateur  portable qui faisait les délices de Françoise. Mais en plus du matériel qui peut se remplacer il y avait tout son travail depuis deux années. Nous avons fait des sauvegardes mais certaines s'avèrent difficiles à récupérer.
Dimanche nous passons une agréable journée avec nos amis Cannella et Thérèse C.

 
Dans le jardin au mois d'octobre :
Depuis le début de l'année 2005 Françoise s'est installée ici avec moi. Et oui j'ai repris une vie à deux et en apprécie les joies et avantages.
De vieux célibataire je repars dans la vie sans prétention ni projet particulier. Chaque jour apporte son lot de surprises et je sais bien que l'énergie disponible ne durera pas éternellement. Je veux être prêt à quitter tout et en même temps assurer au maximum le bonheur de mon entourage sans me contraindre et en communiquant le mieux possible. Je pratique le yoga et l'ordinateur avec un œil sur le jardin.


une vidéo des kakis
   

Ete indien

Alors que Françoise a beaucoup de peine pour retrouver ses archives disparues avec l’ordinateur volé, nous nous partageons, dans le bureau, la machine qui n’a pas tenté le visiteur malvenu.
De mon côté, je me suis mis à jour dans l’élaboration et la mise à jour des différentes pages du site et du blog.
Dans le jardin, l'automne arrive doucement et nous fait profiter de l'été indien. Les derniers raisins se font manger par les pies, les pigeons se réunissent autour des petits bassins.



Alzheimer

Un carrefour sur la maladie d’Alzheimer  à La Baume les Aix. Je suis allé écouter Georges qui intervenait en historien sur la mémoire transmise par les images.
Je lui écris dans un mail :
« Je suis très content d'être venu vendredi après ma séance de yoga. Ton exposé était trop court pour moi. Parti sur ce sujet, tu pouvais nous passionner tout une matinée. J'ai eu beaucoup plus de mal à entendre et suivre la conférencière suivante.
J'ai compris entre autres pourquoi tu t'intéressais tant aux images. Celles que tu m'envoies aujourd'hui dans un diaporama pps qui se veut humoristique me semblent moins significatives et ne parleront peut être pas aussi bien à la postérité que les trois rois mages médiévaux que tu nous a montrés... mais sait on jamais ?
Quel bonheur en plus que tu aies été privé de micro ! Les résonances de cette grande salle étaient pour moi insupportables. Sera t il possible d'avoir le rapport de ce carrefour sur la mémoire ? »

Justement, dans la nuit, Anne Françoise et Matthieu étaient appelés au chevet de Marcel G. pour l’assister dans ses derniers moments et aider Suzy à lui dire « Adieu ». Elle l’a accompagné avec amour et dévouement pendant sa longue et inexorable maladie.


Cath
Nous étions passés à Aluze en septembre et nous avions passé un bon moment  avec François dans son atelier. Dans une fausse manœuvre j’ai anéanti toutes les photos que j’avais prises et que je promettais d’exposer. Nous gardons, heureusement en mémoire, les bons échanges que nous avons eus.
Catherine a écrit plusieurs livres que nous recommandons sur le couple. Dans les derniers, "Ces femmes qui en font trop" et "C'est de ta faute".
Ce matin, (17 oct) Cath passait à la télé sur la Cinq dans une émission sur le travail des femmes.

petite vidéo pour la "voir" parler
(quelques poèmes de Cath présentés en 2001)

Chez les Franciscains
J'ai profité d'être libre et que leur communauté apparaisse  réduite aujourd'hui pour me faire inviter à déjeuner chez les Franciscains.
Noël le responsable des repas m’a accepté ne réclamant que mon sourire ; Christophe et Jean Marie semblaient ravis de mon initiative.
C’est la première fois depuis quelques années que je n’avais pas fait cette démarche. Emu, entouré des sept frères, après l’apéritif dans le salon marocain, j’ai été accueilli solennellement par le père Luc.
Nous avons partagé le repas du dimanche dans la salle à manger qui ressemble plus à un réfectoire. J’ai pu évoquer la mémoire des disparus Daniel et Gilles et faire un peu mieux la connaissance des nouvelles têtes, Olivier le gardien et Marcel.
Après les constatations habituelles sur la fréquentation de plus en plus clairsemée et vieillissante de l’assemblée dans les paroisses, le manque de relève pour assurer les fonctions ministérielles et la place des femmes dans l’Eglise, je n’ai pas manqué de placer mon sujet favori à savoir l’annonce de l’Evangile par Internet.
A mon voisin Christophe j’ai proposé de réserver une rubrique régulière sur mes pages pour y placer par exemple une méditation hebdomadaire. Il n’a pas dit non…

De ma fenêtre je viens de voir passer deux gros hérons... Gare à mes poissons !

Les enfants en vacances préparent Haloween. Chez Flavie, Matis s'entraîne.

On vous le disait ...
Revenant de Sigonce
« Je suis émerveillé de voir que, Yaël et toi en premier, dis je à Sylvie, vous savez prendre du bon temps au calme, dans les conditions idéales de proximité de la nature et loin de l'agitation des villes.
J'ai cueilli quelques olives dans le silence de la campagne troublé régulièrement par les coups de feu de chasseurs que j'imaginais à porter de voix ( et donc à portée de fusil...). Mais que c'est ingrat de procéder d'une façon tout artisanale ! Françoise y tient et c'est vrai que l'année passée nous avions  bien préparées celles du jardin. Rien sur nos deux arbres cette année ; la taille effectuée a du être trop sévère.
Ce petit tour avec toi dans la colline que je commence à bien connaître m'a fait du bien. La mare aux sangliers et la tombe de Mr Ballanche m'ont fait rêver. Mais le pigeonnier en ruine, perdu dans la forêt, même devant un paysage paisible et grandiose, me parait tout à fait utopique et irréalisable pour une acquisition. Sauf si tu voulais en faire un lieu de retraite comme une ermite, pour une semaine chaque année par exemple. »
Les feuilles de papier délavées et appliquées sur les arbres comportant la prescription « chasse interdite » écrites par Yaël probablement, m’ont fait sourire. Grande amoureuse des animaux ou préparant la course d’orientation du week end prochain qui doit se dérouler à plusieurs kilomètres,  elle souhaite ainsi mettre les participants à l’abri des balles perdues ce jour là, en tentant de dissuader, plusieurs jours à l’avance, les chasseurs de faire usage de leur arme. Gageons que le rare gibier des environs ne sera pas épargné grâce à ses affiches !


L'appareil photo de Thérèse C.
A la pointe du progrès Thérèse n’attend personne pour prendre des photos en toute circonstance et souvent même de la télé quand elle est toute seule.
Elle a consommé une grande quantité d’appareils surtout quand il s’agissait de « jetables »… A la longue il s’est avéré que son budget s’en est trouvé fort alourdi car elle tenait à garder tous ses clichés tirés le plus souvent en double exemplaires, avec ou sans promotion, sur papier, pour pouvoir les montrer et les distribuer largement.
Depuis quelques temps, comme la plupart des professionnels, elle a adopté le Numérique. Non pas le Nikon dernier modèle ! non Thérèse n’est pas prétentieuse, elle s’accommode très bien d’un miniature qu’elle a trouvé à Mac Dan pour 6 euros. Oui moins cher qu’un jetable ! Et, ravie, elle ne se prive plus de « fusiller » durant ses émissions préférées. Son impatience se trouve à l’épreuve et doit être contenue ensuite, tant mieux pour son porte monnaie, car elle doit passer par l’ordinateur pour prendre connaissance de sa production. Le tri est difficile car sa tolérance est grande pour les flous ou mal cadrés qui peuvent inspirer ses aquarelles, mais parfois, il arrive que, l’on puisse, reconnaître un sujet.
le temps des chrysanthèmes Le temps des chrysanthèmes
Nos amis Philippe et Marie Thérèse (voir en 2003 *), en visite après un voyage culturel en en Afrique du Nord, les Normands de St Wandrille Rançon(près du monastère où s'est retiré L'abbé Pierre pendant un temps).

A propos de l'abbé interviewé hier soir sur France2 par le redoutable Fogiel, Marie Thérèse, qui avec Philippe a tenu pendant plus de trente ans la quincaillerie Quertier à Caudebec en Caux. nous a rapporté ce fait de vie :
    Une après midi de l’année 2000 alors qu’elle tenait le magasin elle voit arriver l’abbé Pierre avec un paquet : « Pouvez vous me rendre un petit service ? Je voudrais offrir ce poste de radio à quelqu’un mais je ne veux pas qu’il soupçonne que je l’ai acheté pour lui. Alors si vous pouviez me l’emballer comme un article d’ occasion… » Et il a fallu défaire l’emballage, les protections, les garanties afin que l’abbé puisse offrir simplement et discrètement son cadeau… 
Une bonne façon de situer le personnage.
Espérons que Marie Thérèse n'ait pas été en contact avec des oiseaux pendant son voyage car elle rapporte une grippe..., ou tout du moins un rhume carabiné.

Parmi les occupations de ce 30 octobre ensoleillé et printanier,

la cueillette des kakis choisis bien mûrs... et la lecture bien entourée...

Le départ vers la Normandie... 31/10
(à suivre)
vers le mois de Septembre films et diaporamas écrivez nous : cliquez ! album 2005 plan du site