Au mois d'octobre


La DS 19
,  
Humour"On ne dit pas",  en .pps Précepte bouddhique,  
Casse têtes (en .pps) , illusion (en ligne)
principes de sagesse (réédition 2003) la grippe aviaire,
Actualité : Les élections allemandes par notre ami Clauss,  tempêtevers la décroissance (Le Monde diplomatique)
L'abbé Pierre
Engagement contre la société de consommation,  faire marcher les bureaux de la Poste ... un cauchemar : l'eau
Et si le théâtre venait chez vous ?  JPhi en octobre

Le 10 octobre la famille Delenne s'est déplacée jusqu'à Paris pour participer à la fête de la DS !










   

La DS

L'exposition :
Il y a cinquante ans, Citroën dévoilait, au Salon de Paris, sa nouvelle création : la DS 19. Le succès fut immédiat !
La DS affichait des formes aérodynamiques, des couleurs inédites, et une technologie novatrice : la DS était " la modernité " !
Elle devient un véritable mythe, Roland Barthes va jusqu'à la surnommer " Déesse " !
Adoptée par les stars, la compétition, les officiels et ses 1 455 746 propriétaires, la DS a été la voiture vedette des 20 ans pendant laquelle elle a été produite.
Elle devient aussi star de cinéma, passant entre les mains de Louis de Funès, Jean Marais ou Lino Ventura !
Plus qu'une voiture, un mythe !
Le mythe de la DS ne s'est toujours pas démenti, et la Cité des Sciences et de l'Industrie, à l'occasion de son cinquantième anniversaire, lui consacre 600m² d'exposition !
L'exposition développe, autour de huit modèles, trois thèmes emblématiques de la gamme : le design, la technique et le succès auprès du public et en compétition.

Le design :
Le design de la DS, crée par Flaminio Bertoni, en collaboration avec André Lefebvre, un ingénieur, est illustré à travers trois modèles de DS : un DS 19 Berline, une DS 23 Pallas et une DS 20 break.
De plus, dessins industriels, films, maquettes et photos témoignent du style de l'auto et de sa mise en œuvre.
Pour tester, découvrir ou re-découvrir les sensations de la DS, vous pourrez y prendre place !

La technique :
Et pour avoir un aperçu de la technique de la Citroën, une DS, sans ailes ni portes, s'offre au regard des visiteurs.
Enfin, trois DS d'exception racontent son histoire d'amour avec les stars, les officiels et la compétition : un cabriolet noir, une DS noire officielle et un prototype de compétition.
En vingt ans, Citroën sortira près d'un million cinq cent mille exemplaires, et créera plus de 150 modèles de DS (à découvrir dans leur version miniature)
Voiture du 20ème siècle, le 21ème siècle lui consacre une exposition inédite !
 


Vocabulaire

Question de ... "On ne dit pas" (voir le .pps)

 - On ne dit pas : Hélène Segara, mais Hélène s'est perdue !
  - On ne dit pas "POLEMIQUER" mais "Paul et sa souris"
  - On ne dit pas "Le Massif Central" mais "Le gros du milieu"
  - On ne dit pas mon corridor, mais mon corps se repose.
  - On ne dit pas c'est l'Amazone, mais c'est là que j'habite.
  - On ne dit pas un ouvre-boîte, mais un portier de night-club.
  - On ne dit pas il est chétif, mais il est chez le coiffeur.
  - On ne dit pas la maîtresse d'école, mais l'institutrice prend  l'avion.
  - On ne dit pas jerrycan, mais je rigole.
  - On ne dit pas le ton monte, mais la fille moche prend l'ascenseur.
  - On ne dit pas javéliser, mais j'ai lu.
  - On ne dit pas un ingrat, mais un nain gros.
  - On ne dit pas le petit poucet, mais le gosse était constipé.
  - On ne dit pas mine de rien, mais gisement épuisé.
  - On ne dit pas démanger, mais vomir.
  - On ne dit pas un poète, mais un klaxon.
  - On ne dit pas un enfoiré, mais une année de perdue.
  - On ne dit pas une biroute, mais une route à deux voies.
  - On ne dit pas dégâts des eaux, mais des marins.
 - On ne dit pas je suis paniquée, mais je cherche un mec.
  - On ne dit pas adéquation, mais y a-t-il des questions.
  - On ne dit pas je suppute, mais je suis péripatéticienne.
 - On ne dit pas je suis très sain, mais j'aime les gros nichons.
  - On ne dit pas un conquistador, mais un imbécile narcissique.
  - On ne dit pas j'ai vaincu, mais je suis pluri-anal.
  - On ne dit pas faire des vendanges, mais péter comme un dieu.
  - On ne dit pas un microprocesseur, mais un petit prof.
  - On ne dit pas un oenologue, mais un sexologue.
  - On ne dit pas un homme hors pair, mais un eunuque.
 - On ne dit pas couper le beurre, mais circoncire.
 - On ne dit pas barbecue, mais poils aux fesses.
 - On ne dit pas la bonne paella, mais la femme de ménage est absente.
 - On ne dit pas mélodie en sous-sol, mais gare la voiture au parking souterrain.
 - On ne dit pas je tripote, mais j'ai trois amis.
 - On ne dit pas le processus de paix est enclenché, mais je vais lâcher une caisse.
 - On ne dit pas c'est alligator, mais c'est Mouloud qui a raison.
 - On ne dit pas un pinailleur, mais un mari infidèle

Octobre 2005 -
La grippe aviaire

Avis de tempêtes

Brésil, le gâchis,  par Ignacio Ramonet

DERRIÈRE LA FATALITÉ, L'ÉPURATION SOCIALE
  Chaque catastrophe « naturelle » révèle, s'il en était besoin, l'extrême fragilité des classes populaires, dont  la vie comme la survie se trouvent dévaluées. Pis, la compassion pour les pauvres, affichée au coup par coup,  masque mal que de tout temps des penseurs ont cherché à  justifier la misère - en culpabilisant au besoin ses  victimes - et à rejeter toute politique sérieuse pour l'éradiquer.

EUROPE SOCIALE : LA FIN DE L'ÉTAT PROVIDENCE ?

   Après le « non » aux référendums français et néerlandais, le scrutin législatif en Allemagne marque un nouveau revers pour les tenants du néolibéralisme : les électeurs ont sanctionné le chancelier Gerhard Schröder pour ses réformes antisociales, comme sa rivale Angela Merkel pour celles, plus graves encore, qu'elle annonçait.

  Ces orientations continuent néanmoins à être mises en oeuvre sur le Vieux Continent (fiscalité plus favorable aux riches, mesures punitives contre les chômeurs), et nombre de citoyens considèrent désormais l'Europe sociale comme une Arlésienne. En dépit du matraquage médiatique, ils ne prennent pas davantage au sérieux la religion des « modèles » étrangers à laquelle on prétend les convertir.

VERS LA DÉCROISSANCE
   Émissions de gaz à effet de serre, pollution de l'air, consommation des ressources non renouvelables et de l'eau... Comment enclencher les cercles vertueux de la décroissance tout en garantissant la justice sociale, sans laquelle l'humanité est condamnée au désordre ?

BRAS DE FER AUTOUR DU NUCLÉAIRE IRANIEN
   Principaux responsables de l'échec de la conférence sur le traité de non-prolifération (TNP) en mai 2005, les Etats-Unis (mais aussi la Grande-Bretagne et la France) s'apprêtent à se lancer dans la fabrication d'une nouvelle génération d'armes nucléaires. D'autre part, selon des documents du Pentagone, Washington envisage d'utiliser de telles armes, de manière préventive, dans des situations de crise, même si l'adversaire ne dispose pas de bombes nucléaires. Cette posture agressive n'empêche pas l'administration Bush de multiplier les pressions pour traduire l'Iran devant le Conseil de sécurité des Nations unies, pour ses manquements au TNP.

L'abbé pierre
Ardent défenseur des droits de l'homme et notamment du droit au logement, l'abbé Pierre est devenu l'une des personnalités les plus aimées de cette fin de siècle…

Si l'abbé Pierre (né en 1912) est devenu, pour certain, l'image du prêtre idéal, c'est qu'il a su jouer son rôle de réconciliateur. Il est la preuve vivante qu'une seule âme a le pouvoir de réveiller les consciences de milliers d'autres et de soulever les montagnes ! Par lui, nous savons que la volonté d'aimer nos frères est la clé d'un monde plus humain comme celle de notre épanouissement christique. Alors, de grâce, respectons les coups de gueule et la gravité d'une sainte âme qui n'aura de cesse de répéter : « Tant qu'il existera la misère, aussi longtemps que régnera l'exclusion, nous ne connaîtrons ni la paix de l'âme, ni la paix, ni la joie du cœur. »

L'ABBÉ PIERRE, dans son dernier livre avoue avoir eu des relations sexuelles avec des femmes, «de manière passagère», sans laisser le désir s'enraciner. L'an dernier, on apprenait qu'à l'adolescence «l'insurgé de Dieu» avait éprouvé une longue passion platonique pour un choriste à la voix d'ange. L'abbé Pierre est un homme généreux, aucun tabou catholique ne lui résiste. Il entend le clamer aussi fort que ses appels à plus de justice.
Marc-Olivier Fogiel, s'est emparé de ce «pain bénit» médiatique. Une interview a été diffusée dimanche soir, histoire de bien lancer le débat.
Il faut dire que le fondateur d'Emmaüs n'y va pas de main morte. L'aveu de ses faiblesses est l'occasion de redire son opposition au célibat obligatoire pour les prêtres. Ses écarts lui permettent aussi de manifester ouvertement de la compréhension pour les autres consacrés qui cèdent comme lui «à la tentation charnelle», une «force vitale extrêmement puissante». Mais il va plus loin. «On voit mal, dit-il, pourquoi refuser aux femmes qui s'en sentent la vocation et les capacités l'accès aux ministères ordonnés.» Il ne s'agit, selon l'abbé Pierre, que d'un «problème d'évolution des mentalités».




Les élections allemandes

un petit mot de Hambourg  par Clauss

Nous venons d'apprendre les résultats des élections au Bundestag, notre parlement. Notre chancelier M. Schröder a donc demandé ces élections anticipées à cause d'un manque de consentement pour sa politique, aussi de son propre parti. Depuis des années l'Allemagne semble ' partagé ' , il y a la nécessité urgente de réformes sur les secteurs économiques et sociaux, ainsi on trouve deux opinions majeures.  Les partis conservateurs et leurs adhérents demandent des réformes pour devenir de nouveau capable de supporter la concurrence européenne et globale, cela entraînerait certainement des renoncements économiques et sociaux chez les citoyens. Surtout notre système social est bien cher et pousse les prix de production en haut. Chaque jour 1000 de chômeurs de plus.
Chaque semaine des entreprises qui déménagent vers l'est.  Maintenant presque 6 millions de chômeurs. - Les partis sociaux demandent donc aussi des réformes, mais sans vouloir ' blesser ' , sans causer trop de mal. M.Schröder a essayé pendant son gouvernent de 7 années de réaliser de telles réformes, malheureusement avec
peu de succès. L'endettement de l'Allemagne augmente et semble de plus en plus inquiétante. C'est ainsi que les voisins européens semblent menacé aussi.

La campagne électorale a été assez '  bizarre ', une lutte pour le pouvoir , des promesses souvent incroyables de tous les partis , des affronts réciproques entres les hommes et femmes politiques. La télévision et le journaux ont saisi leur chance d'influencer ' à la manière américaine '. Un nouveau parti socialiste / gauche a promis ' l'état social total ', surtout des anciens communistes et socialistes du ' DDR ', l'ancien Allemagne de l'est.... environ 8 % ont voté pour ce parti.
Maintenant tout le monde connaît les résultats, un pat, ni les ' noirs ' avec Mme Merkel ni les socialistes avec M. Schröder ont atteint la majorité. Il nous faudra une coalition .... tout le monde est en train de trouver une possibilité: rouge-rouge-verte   -    noir-jaune( Libérales )-verte    -   grande coalition noir-rouge - rouge-verte-jaune  -  noir-jaune comme minorité toléré par les autres  ..... une vraie catastrophe parce chaque coalition imaginable serait une coalition faible, une coalition des compromis au niveau bas. L'Allemagne aura peu de chances de réaliser les réformes nécessaires, au journal on parle déjà de ' l'homme malade de l'Europe '. Les gens ne sont pas encore assez prêt à diminuer leur ' réseau social '  pour devenir compétitif. Les élections c'était donc la décision entre l'ancien système social, entre-temps un peu modernisé, et le passage à un système plus moderne pour assurer le futur de nos enfants. Eh bien,  la majorité s'est décidé pour la première possibilité ... Il faut que la situation  s'aggrave encore avant que la disposition pour le réformes nécessaires augmente ?

Qu'en pensez-vous en France? Certainement vous aussi vous vous trouvez dans la situation de devoir diminuer vos systèmes sociaux ? Quel est l'attitude des Français ?  En Allemagne, face à cette situation , tout le monde semble bien embarrassé , en ce moment il n'y pas de solution comment sortir de cette crise . A mon avis nos hommes et femmes politiques nous montrent qu'ils / elles ne semblent pas encore assez ' mûri ' pour la démocratie.
  Claus de Hambourg
Plus tard :
Nous sommes un peu plus curieux de voir comment notre nouveau gouvernement va s'installer.
Alors, on aura une chancelière, on aura une 'grande ' coalition entre les socialistes et les conservatoires , hier soir les présidents des deux partis ont présenté ' leurs ' ministres, 8 ministres socialistes, 8 ministres conservatoires. Maintenant il faut ' seulement encore ' trouver les programmes communs pour pouvoir saisir les problèmes du pays.
Après la lectures des journaux du week-end la population attend des solutions, des perspectives futures pour leur vie individuelle indépendamment de la composition du gouvernement.
Le chômage augmente donc tous le jours ainsi que le nombre des entreprises qui ' déménagent ' vers l'est. Face à presque 6 millions de chômeurs il faut que quelque chose ' bouge '.
vu d'Allemagne (11 novembre)
C'est très intéressant de comparer les opinions des nos journaux et ceux des Français  (secoués par les derniers événements). 450 communes touchées sur 36000, ce n'est pas la majorité, c'est vrai, mais ces 450 communes accueillent donc la grande majorité des Français, c'est donc la majorité qui est  concernée. Je suis bien d'avis de M. Sarkozy, des jeunes voyous qui jettent des pierres, ou des objets lourds sur les policiers et les pompiers, ce sont vraiment des délinquants qu'il faut punir.
> L'Etat a  donc le devoir de protéger ses citoyens. M.Sakozy a même répété ses reproches. Certainement le conflit va se calmer, mais ces jeunes gens ont éprouvé leur ' pouvoir ' et pourraient peut-être commencer à ' s'organiser ' ... ce sont surtout des Islamistes ayant tendance au extrémisme religieux dont nous connaissons les conséquences en Irak etc. A mon avis il faut / faudra rester prudent en France, on ne peut plus ' effacer ' ces problèmes, au contraire, peut-être les gens de ces quartiers ont pris conscience de leur situation plus claire et ne seront plus prêt à se faire calmer par des promesses en l'air, dont - selon les rapport aux journaux -  plusieurs sont sans conséquences positives. Surtout les jeunes hommes en Irak, en Algérie etc. , la plupart au chômage, sont souvent un 'arme' bien utile pour les chefs des organisations terroristes. Peut-être en futur il faut développer de nouvelles stratégies .... mais ça coûte, ce sera cher. La raison la plus importante me semble être le chômage surtout des jeunes hommes. L'homme veut donc travailler, pour gagner ses revenus, mais aussi pour participer à un procès social, sans travail l'homme est  toujours en danger de se clochardiser, de tomber bien bas.
En ce moment ici à Hambourg deux familles en chômage ont laissé mourir de faim leur petit enfant. Alors, trouver - fabriquer - créer du travail, des jobs ... en France comme en Allemagne ... mais comment ?
 
> Depuis ce matin les Allemands peuvent avoir l'espoir ( je suis bien prudent ! ) d'avoir un nouveau gouvernement ... noir-rouge ... les négociations n'ont pas réglé tous les problèmes ' brûlants ' , par exemple la sortie de l'énergie nucléaire, la réforme des caisses de maladie, mais on veut essayer. Lundi prochain les deux partis doivent agréer .... il y a beaucoup de députés qui ne sont pas content, soit le programme décidé est trop peu socialiste, soit trop peu libéral.... on verra. La question centrale de toutes les négociations était pendant toute la semaine .... le chômage, on a essayé de trouver des moyens pour produire des jobs, ce serait donc la solution pour la plupart des problèmes. Lorsque les gens travaillent, il payeront des impôts, leurs contributions aux caisses sociales, l'Etat reçoit de l'argent pour réaliser ses devoirs. Nous sommes assez curieux comment ces programmes de la coalition vont agir.

 Et si le théâtre venait chez vous ?



Blog Jphi Octobre

De retour ! 08/10, Ma mère est là ! 17/10, Une carte de perdue... 26/10,  Izu  27/10,  "Hightech" le 28/10

De retour ! 08/10
Ca fait déjà un bout de temps que je n'avais rien écrit mais me voici de retour ! Alors, pour résumer le mois passé :
- il y a eu une semaine occupée a faire le budget de ma compagnie, - puis une autre à préparer mon départ (avec même un saut a l'Ambassade de France la veille pour refaire un passeport qui n'était plus valable de puis un mois déjà !),
- enfin, deux semaines et demie de bonheur a voir (ou a essayer de voir) toutes les personnes qui nous sont chères en Europe. Ca nous a balladé a Goettingen (3 jours), Munich (4 jours), Aix (5 jours), Paris (1 jour) et enfin Dinkelsbuehl (2 jours).

Pour moi, c’était suffisant mais Cordula a « résigné » pour 2 jours supplémentaires à DKB puis 2 jours à Munich ! Avec ça, je suis rentre crevé mais il fallait me lancer dans le boulot (pour une fois, j'étais surchargé).

Et oui, en octobre, c'est le milieu d'année. Donc, pleins de rapport à faire, à vérifier, à envoyer, à tamponner (avec des beaux tampons rouges...). C'est pour ça, qu'aujourd'hui, samedi, je travaille. Comme vous pouvez le voir sur la photo ?

J'ai toujours adoré travailler les jours fériés. C'est bien plus calme et les quelques collègues qui sont là, sont plus décontractés. En plus, a midi, on va tous manger ensemble, ce qui est loin d'être la règle d'habitude... Vous pouvez nous voir, sur la photo, prêt a avaler dans « bon menu japonais ».

Voilà, il est à présent 17h et je ne vais pas tarder et rentrer, retrouver Cordula qui vient d'arriver ! Aplus

Ma mère est là ! 17/10
Depuis vendredi dernier, nous avons la visite de Maman et Alain. Ils vont rester ici plus de 2 semaines (en fait 2 semaines et 3 week end).
Ca avait plutôt bien commencé, surtout au niveau temps. Par contre, le décalage horaire a été dur à surmonter. Mais samedi fut une grande journée, avec visite ensoleillée de Shinjuku (malheureusement l'immeuble du Gouvernement de Tokyo etait fermé justement le 15 octobre !). Puis un café a Ginza. La, la pluie nous a rejoint et ne veut plus nous laisser...
Dimanche fut donc plutôt pluvieux et fatigant. Nous avons donc choisi une activité a l'intérieur et sommes allés voir l'aquarium de Tokyo tout près de chez nous.
Aujourd'hui, c'est retour au bureau. Si Maman et Alain arrivent à se lever, alors on déjeunera ensemble...
 
Le déjeuner en semaine 20/10
Comme ma mère est au Japon, nous avons organisé un déjeuner ensemble pendant ma pause de midi.
Nous avons choisi un restaurant dont la spécialité est le tempora (poissons ou légumes frits). En fin de compte, seulement Cordula en a pris. Alain avait l'intermédiaire entre le tempora et l'omelette. Maman et moi avions complètement autre chose.
En tout cas, ca c'est très bien passe. Evidement, les observations furent nombreuses du coté de ma mère, telles que les Japonais mangent vite ; il y a une écrasante majorite d'hommes ; il n'y a pas beaucoup de couleurs ; c'est très bon...
Ce sont effectivement des réactions que nous, Cordula et moi, avons eues au début et qui nous font remarquer, qu'en fin de compte, on s'habitue à tout.

Une carte de perdue... 26/10
... n'est pas vraiment perdue ici !
Et oui, samedi matin, dans la précipitation du départ pour Izu (des photos prochainement), j'ai perdu ma carte de métro valable pour 3 mois (près de 200 Euros quand même). En plus de mon malaise, Cordula en profitait et en rajoutait que je ne range jamais mes affaires à leur place et que c'était une bonne leçon et que je ferai attention à partir de maintenant... et tout et tout.

Donc, lundi matin, après avoir demande à la compagnie de métro si elle pouvait m'en faire une nouvelle, j'ai du en acheter une seconde. Je commençais à m'y faire. J'ai même promis à Cordula de lui faire 8 fois à manger comme pénitence !

Mais c'était sans compter l'honnêteté japonaise ! En effet, mardi matin, Tokyo Métro a appelé à la maison pour me dire qu'ils avaient trouve ma carte !! Que je pouvais aller la chercher ? Impressionnant, non ? Il semblerait que quelqu'un ait trouvé ma carte par terre et l'ait apportée à un guichet... Je n'en revenais pas. J'ai même pu me faire rembourser ma seconde carte en grande partie !

Bon. Reste que je dois toujours faire 8 fois la cuisine pour Cordula...

PS: on peut remarquer sur la photo, le format de date utilise ici : d'abord, de gauche à droite, l'année puis le mois enfin le jour. L'année est celle du règne de l'Empereur actuel. En 2005, nous sommes dans l’année 17 du règne de Akihito (Heisei Tennô), le 125e empereur du Japon.
Izu
Le week end dernier, donc, nous sommes partis voir le Japon "vert".
A seulement 150/200 km de Tokyo, donc 3 heures de train, nous arrivons en plein milieu de la Péninsule de Izu.

Grâce a ses montagnes, cette presqu'ile est restée très sauvage. De nombreuses sources d'eau chaude ont contribué à développer un tourisme de retraite du monde urbain tokyoite.

Nous avions donc réservé dans un de ces hôtels proposant plusieurs bains différents (intérieures et extérieurs), des chambres à la japonaise et un diner ainsi qu'un petit déjeuner traditionnels japonais.


Ce fut un réel plaisir et nous avons bien profité de toutes ses opportunitées!


Le dimanche, nous avons même pu faire une immersion totale dans la forêt japonaise (quasi tropicale) par un super soleil et suivant une rivière qui nous aurait presque tentés pour un bain (avec quelques degrés de plus pour l'eau...).

Voilà. Voici donc déjà quelques vues. Nous ferons probablement une vraie page Internet avec plus de photos.

High tech et tradition
Le Japon est incroyable.

Parfois, « high tech » et tradition cohabitent dans le même quartier, dans le même immeuble et même, dans la même personne. Ainsi, lors d'une pause avec Cordula, nous avons surpris cette petite femme. Je dirais qu'elle approchait la cinquantaine, elle avait sa petite valise à roulettes (en voyage d'affaire), son superbe kimono (et pas simplement un yukata) et enfin, pour compléter tout ca, son téléphone portable ouvert à coté d'elle et son laptop sur les genoux (il est même possible qu'elle était connectée a Internet car nous étions dans une zone Wifi).

N'est ce pas fascinant ?

Ainsi, il est important, ici, d'avoir le dernier cri en électronique mais aussi des chaussures trop grandes pour les enlever facilement pour entrer dans un restaurant; on peut travailler dans une boite super high tech (comme construire des superbes robots qui testent des puces électroniques qu'on insérera dans d'autres robots) mais continuer a signer tous les papiers les plus confidentiels avec un tampon rouge qu'on peut se faire faire dans tous les super marchés du coin. On peut être un jeune célibataire névrosé croulant sous les heures de boulot n'ayant aucune vie privée et rentrer dans sa ville natale une semaine en août quand tous les japonais rentrent chez leurs parents. Il n'y a aucun jour férié qui pourrait donner une occasion valable de faire autrement et tous les moyens de transport sont saturés...

Et j'en passe...


vers le mois de Septembre films et diaporamas écrivez nous : cliquez ! album 2005 vers le blog