Humour

Prouvé scientifiquement
Question de vocabulaire

Prouvé scientifiquement:
Le week-end dernier, euh non, avant-dernier, avec quelques copains au bistrot, on discutait de choses et d'autres, lorsque l'un d'entre  nous sort :
"Hé les gars, j'ai lu quelque part qu'il y a des hormones  femelles dans la bière!"
Vu qu'on est un peu scientifique dans l'âme, on a décidé de vérifier la véracité de ces propos. Du coup, on a vidé une vingtaine de demis, dans l'intérêt de la science, bien sûr!

Le résultat de cette expérience in vivo fut stupéfiant. Au bout de 20 tournées :
1.        On avait tous pris du poids;
2.        On parlait beaucoup pour ne rien dire;
3.        On éprouvait des difficultés à conduire correctement;
4.        Il nous était impossible de tenir un raisonnement simple;
5.        On refusait obstinément de reconnaître qu'on avait tort, même lorsque c'était évident !
6.        Et pour couronner le tout, on allait pisser toutes les 5 minutes, à deux, en plus.

Je pense qu'il est inutile de pousser l'expérience plus loin. Il y a bien des hormones femelles dans la bière. Prouvé scientifiquement :
Le week-end dernier, euh non, avant-dernier, avec quelques copains au bistrot, on discutait de choses et d'autres, lorsque l'un d'entre  nous sort :
"Hé les gars, j'ai lu quelque part qu'il y a des hormones  femelles dans la bière!"
Vu qu'on est un peu scientifique dans l'âme, on a décidé de vérifier la véracité de ces propos. Du coup, on a vidé une vingtaine de demis, dans l'intérêt de la science, bien sûr !
Le résultat de cette expérience in vivo fut stupéfiant. Au bout de 20 tournées :
... Je pense qu'il est inutile de pousser l'expérience plus loin. Il y a bien des hormones femelles dans la bière.


vers plan du site
films et diaporamas  écrivez nous : cliquez ! album 2005 vers Août

Objet :
comment apprivoiser un petit sauvageon... mais NE PAS le ramener chez soi

Le dictionnaire du Sauvageon à l'usage des gens bien élevés
  • Balle (c'est d' la) :  exprime l'enthousiasme, quelque chose de bien, de beau, de positif.
Cette meuf, c'est d'la balle.  (Je ne suis pas insensible aux charmes de cette demoiselle.)
Ben Laden, c'est d'la balle.  (Le mercantile Oncle Sam ne pouvait pas indéfiniment exploiter sans retour les  richesses de l'orient sans déclencher le juste courroux de l'homme des montagnes.)
  • Bouffon :  qui ne s'apparente pas au clan.
Nique lui sa race à c'bouffon !  (Rabat lui son caquet à cet individu qui ne s'apparente pas à notre milieu !)
  • Carotte :  du verbe carotter (extorquer, voler), mais dans une forme invariable.
Il m'a carotte un zedou de teuchi, l'bâtard, tu vas voir comment je vais l'niquer grave.
(Le scélérat m'a dérobé douze grammes de cannabis, il va s'en mordre les doigts.)
  • Chelou :  bizarre, inhabituel. Par extension, qui ne s'apparente pas au clan.
La prof d'anglais elle a des veuch tout chelous.  (Ce n'est pas tous les jours que l'on voit une coupe de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeur d'anglais, qui par extension ne s'apparente pas à notre milieu.)
  • Comment :  exprime l'intensité.
Comment je lui ai niqué sa race à c'bouffon !  (Je sors indéniablement vainqueur du combat qui m'a opposé à cet individu qui ne s'apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s'entend, et avec la sportivité qui s'impose en de pareilles circonstances.)
  • Foncedé :  se dit d'une personne qui vient de consommer du cannabis.
Je suis foncedé.  (Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s'écoule sur mon menton et je rigole comme un décérébré, sans aucune raison. J'ai payé assez cher pour me mettre dans cet état. Bref: je viens de consommer du cannabis.)
  • Gun :  arme à feu.
Ziva prête moi ton gun, l'aut'batârd il m'a manqué de respect.
(Pourrais-tu s'il te plaît me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l'importun qui n'a été qu'à moitié urbain à mon égard.)
  • Kiff (er) :  apprécier.
Comment je kiffe trop son cul.  (Le sien postérieur n'est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise.)
  • Mortel :  bien, beau, dont on peut se réjouir (invariable).
Elles sont trop mortel tes Nike.
(Vos chausses s'entendraient fort bien avec mes pieds, aussi vous demanderai-je de m'en faire l'offrande sans opposer de résistance.)
  • Mito :  mensonge. Dérivé de mythomane (menteur).
On me fait pas des mitos à moi, bouffon ! (Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos sornettes, individu qui n'appartient pas à notre milieu !)
  • Race (sa) :  exprime le mécontentement.
Sa race !  (Je suis d'humeur maussade.)
Sa race, c'bouffon !  (Mon anneau pylorique est complètement fermé. C'est le résultat de la  proximité de cet individu.)
  • Sérieux :  indique que le propos est grave, solennel, et qu'il faut donc lui accorder le plus grand crédit.
Sérieux, j'kiffe trop son cul à ta fille.  (Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander la main de votre fille.)
  • Tèj :  jeter, refuser, réfuter, envoyer promener.
T'aurais vu comment Jamel il a tèj la prof d'anglais !
(Le facétieux Jamel ne s'est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeur d'anglais !)
  • Trop :  exprime l'intensité. En cela, synonyme de comment. Trop et comment peuvent éventuellement cohabiter pour exprimer une intensité très élevée.
Trop la honte, ce blouson.  (Ce blouson est ridicule, et dans des proportions considérables.)
Trop comment je suis foncedé !  (J'ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle en pâtisse pour la paire d'heures à venir.)
  • Truc-de-ouf :  désigne une chose peu commune, qui dépasse l'entendement.
C'est un truc de ouf !  (Mon dieu, mon entendement est tout dépassé !)
  • Zyva :  indique que la demande est pressante.
Zyva, fait méfu, sale chacal.
(Ne sois donc pas si avare de ta cigarette purgative, et fais en profiter ton vieil ami qui trépigne d'impatience.)

vers plan du site films et diaporamas  écrivez nous : cliquez ! album 2005 vers Août